DzActiviste.info Publié le lun 16 Avr 2012

Corruption et trafics d’influences gangrène HADJOUT

Partager

Quand la corruption fait des ravages

«QU’APPELLEZ-VOUS CORRUPTION ? NOUS ONT DEMANDÉ NOS INTERLOCUTEURS. SI ACCEPTER UN DÉJEUNER, C’EST DE LA CORRUPTION, ALORS JE SUIS L’HOMME LE PLUS CORROMPU», ONT-ILS AJOUTÉ EN SOURIANT. 

Étrennes, gros cadeaux, repas, voyages à  l’étranger et même les Lieux Saints de l’Islam n’ont pas échappé a ce trafic d’influence, ou des chambres luxueuses sont payées rubis sur l’ongle par des intermédiaires et autres entrepreneurs. Tout cela relève dans la wilaya de Mascara des pratiques commerciales et sociales habituelles. Le tout est de savoir quand l’un exagère et quand l’autre le tient, à l’exemple de la corruption institution qui dans les marchés publics est endémique et sert pour une large part à financer certains haut responsables et autres cercles vicieux au niveau local. La corruption officielle qui est reconnue de fait par une certaine autorité, notamment par le premier magistrat du pays, et ce, à l’occasion de ses diverses interventions éclatantes contre le phénomène de la corruption, sans pour autant désappointer les irascibles cols blancs qui excellent dans la déchéance administrative. Les opérations d’addition et de soustraction sont monnaie courante depuis un certain temps dans la wilaya de Tipasa et la daïra de HADJOUT où les affaires de corruption à la mode des ripoux, dont on ne parle plus ou la première constatation est éloquente vu le black-out ou l’information est extraite au compte-goutte. Le sujet est tabou et personne ne voudrait s’exprimer sur la question, par crainte d’être harcelé par les divers tenants et aboutissants où traiter de ce thème serait commettre une mauvaise action contre les absolutistes locaux, sans pour autant les désigner. Face à la crise, face au poids grandissant de l’Etat, se développe une économie parallèle, souterraine, avec comme moteur le travail au noir, la fraude, la combine, le piston, trafics d’influences et la corruption, qui sévissent à grande échelle au niveau de la wilaya et dont il est impossible de délimiter les frontières. C’est cette gangrène qui fait la gravité du phénomène, une gangrène qui menace à terme le libre jeu de la concurrence et même le fonctionnement de la démocratie. La crise rend gourmand, et plus elle durcit, plus il est tentant de donner un coup aux décisions en donnant un pot-de-vin aux décisionnaires ou dans ce code du savoir-vivre, pensez à donner quelque chose de sa main est devenue un impératif moral. Villa clés en main, cadeau de véhicules (de marque roi de la forêt), lot de terrain, etc. Tels sont les formes et types de cadeaux qui ont cours et qui participent de la mise en place de la culture de la tchippa… Selon une présentation courante au niveau de la wilaya de Tipasa notamment la daïra de HADJOUT, faire des cadeaux passe pour être une des causes les plus importantes de la corruption systématique, qui s’est malheureusement généralisée, et ce, à tous les niveaux. En apparence, elle semble contribuer à la personnalisation des rapports, ce qui rend les gens disponibles pour des pratiques comme le favoritisme quand elle ne les y oblige pas. Toute fonction peut être mise au service d’intérêts privés et servir ainsi la corruption. Cela arrive quand celui qui l’exerce nourrit des intentions corruptrices, il détourne alors la fonction de sa mission première de service public, et ceci est relativement aisé quand avec le temps cette mission tombe en cession. Nous avons vu auparavant que dans la wilaya de TIPASA notamment la daïra de HADJOUT, quand une fonction perd sa substance, tout peut arriver. Il y a aussi des lieux privilégiés et des codes ou seuls les initiés, ceux qui sont dans les affaires juteuses des marchés et autres contrats publics, d’où la nébuleuse coutume illégitime d’extorsions de biens. En réalité, le problème est plus fragile, dans la mesure où la corruption est un fait social, c’est-à-dire non pas un objet physique mais une démarche achevée par des individus, dans la cadence où elle est déterminée à partir de desseins via ces mêmes individus. On voit mal comment elle peut avoir lieu dans l’espace social, façonner des effets dans la conscience des individus qui veulent, facturent, promeuvent des stratégies avant de passer à l’acte sans que la société ne la révèle par un mot. Ce qui est frappant, c’est le non-sentiment de culpabilité aussi bien chez les corrupteurs que chez les corrompus… C’est notamment vrai où on entend parler que des entrepreneurs très entreprenants sont obligés de verser une ristourne pour obtenir un marché ou un chantier. Du donnant-donnant ! En conséquence, on ne voit de solution à ce fatal phénomène que dans la moralisation, dans l’éducation civique et dans l’adoption des codes d’éthique, seules capables de délivrer les individus du penchant de l’argent facile et de ladrerie, qui ont pris des proportions alarmantes dans la wilaya et la Daïra suscité. N’est-il pas vrai, entre dîner au prix du mensonge et jeûner pour prix de la vérité, le choix d’un homme digne est clair.


Nombre de lectures: 562 Views
Embed This