DzActiviste.info Publié le lun 7 Oct 2013

Corruptions : Conséquences de la corruption sur le droit et les institutions. Dégénérescence générale du tissu social

Partager

djilali-hadjadj-algerie-corruptionLa corruption ne respecte pas les frontières, ne fait pas de distinctions économiques et gangrène toutes les formes de gouvernement. A long terme, aucun pays ne peut se permettre de supporter les coûts sociaux, politiques ou économiques qu’induit la corruption. Il n’y a pas si longtemps, corrompre des agents publics dans des pays étrangers pour obtenir des marchés constituait une pratique commerciale, sinon acceptable, du moins tolérée dans de nombreux pays.

Aujourd’hui, le dossier de la corruption fait partie des principales préoccupations des pouvoirs publics à l’échelle mondiale car ses répercussions dramatiques sur le développement économique et ses effets corrosifs sur la stabilité politique et les institutions démocratiques sont devenus de plus en plus évidents. Mais ce n’est malheureusement toujours pas le cas en Algérie. Aucun pays n’est entièrement exempt de corruption. Mais lorsque la corruption prend des proportions telles qu’elle risque de freiner la croissance économique et de contrarier les efforts accomplis en vue d’instaurer une bonne gouvernance, elle entraîne la dégénérescence générale du tissu social.

Obstacle au développement durable, la corruption peut éventuellement aggraver les disparités économiques et favoriser la criminalité organisée. En fait, si la corruption se développe sans entrave, la démocratie peut difficilement s’épanouir, la liberté se répandre, la justice prévaloir.

Depuis quelques années, les efforts accomplis à l’échelle internationale pour combattre la corruption, encourager la transparence et accroître la responsabilité prennent de l’ampleur, parce que l’on comprend mieux le coût politique, économique et social de la corruption.

Les tentacules de la corruption
S’il est difficile de chiffrer les coûts de la corruption de par la nature même des pratiques en cause, il est clair que, compte tenu du niveau des enjeux, les économies ne peuvent se permettre d’en supporter le poids, surtout dans les pays en développement.

En termes de coûts directs, la corruption entraîne des pertes financières énormes pour l’Etat, la réalisation d’achats ou de projets non prioritaires, voire totalement inutiles, le renchérissement des prix et la baisse de la qualité des services publics.

En termes de coûts indirects, la corruption provoque la fuite des investisseurs étrangers, crée des distorsions dans le fonctionnement de l’économie de marché et porte un préjudice socioéconomique aux entreprises compétitives. Elle a un impact négatif sur le cadre et la qualité de vie (architecture, services publics, santé, etc.), sur les ressources humaines où la «confiance» prévaut sur la compétence et peut générer un climat de risque où les responsables intègres sont parfois menacés de violence. Si les méfaits de la corruption ont longtemps été sous-estimés, voire ignorés, pour diverses raisons plus ou moins avouables – absence de mesures empiriques fiables, logique de la guerre froide faisant de la corruption un moyen des deux grands blocs pour s’allier les pays en développement, etc. – ils sont depuis les années 1990 largement reconnus : pauvreté, retard de développement, dérèglement politique et atteinte à la démocratie, généralisation de la criminalité organisée et de trafics en tous genres…

Les tentacules de la corruption s’étendent dans chacune des sphères de la vie publique et privée, rendant la production des biens publics de base (santé, nourriture, démocratie…) impossible dans la plupart des pays en développement.

L’Algérie n’échappe pas à ce constat, malgré les importantes recettes issues de ses ressources naturelles qu’elle engrange chaque année. L’Algérie, pays riche et peuple pauvre ? Le coût de la corruption pour les Algériens est très élevé : Etat déliquescent, terrorisme sempiternellement «résiduel», pouvoir rentier, économie en faillite, pauvreté et marginalisation de masse, taux de chômage trop élevé, administration publique gangrenée et obsolète, etc.

Djilali Hadjadj . Le Soir d’Algérie 07/10/2013


Nombre de lectures: 3012 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. facebook_salim.salimani.3 dit :

    Définition du colonialisme……………………A comparer et appliquer à la situation de l’Algérie , grosse d’une fausse indépendance .

    Etymologie : du latin colonia, venant de colere, cultiver. Etymologiquement une colonie est une population qui s’installe sur une terre lointaine pour y cultiver la terre et pratiquer son culte.

    Le colonialisme est une doctrine politique qui préconise ou cherche à justifier l’exploitation d’une colonie, d’un territoire ou d’un Etat par un Etat étranger. La souveraineté que le pays colonisateur exerce sur sa colonie se traduit par une domination politique (mise en place d’une administration, d’un gouverneur…), militaire et une exploitation économique au détriment des populations locales.

    L’expansion des pays colonisateurs s’effectue sur des territoires moins développés ou militairement plus faibles. Les motivations du colonialisme peuvent être variées :
    Accaparer des ressources naturelles, des matières premières.
    S’assurer de nouveaux débouchés en cas de surproduction.
    Disposer d’un espace de peuplement, lorsque le pays colonisateur apparaît trop étroit.
    Contrôler des routes commerciales et assurer leur sécurité.
    Empêcher l’expansion de puissances concurrentes.
    Disposer de bases militaires avancées à des emplacements stratégiques.
    Accomplir une « mission civilisatrice » (voir ci-dessous).
    Les grandes puissances coloniales comme la France, l’Angleterre, la Belgique, l’Espagne, le Portugal ont longtemps considéré qu’il était de leur devoir, en tant que pays civilisés de race blanche, d’aller « apporter la civilisation à des races inférieures ». Depuis la Seconde Guerre Mondiale, le colonialisme est perçu négativement car il s’oppose au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>