DzActiviste.info Publié le mar 13 Nov 2012

Crash de l’avion algérien: Des questions lancinantes !

Partager
                   
Il semble bien, si l’on observe les mesures prises par les enquêteurs français et algériens, pour éloigner tous les journalistes du lieu de l’accident, et du silence observé par la partie algérienne sur certains détails de ce tragique évènement, que des instructions soient tombées du plus haut des deux Etats, pour mettre une sourdine.

Encore la supposée Raison d’Etat, pour occulter des scandales. Le Président français doit se rendre en Algérie à la fin de l’année. Et ce voyage est d’une importance capitale pour les uns et les autres. Pour les Français, parce que ce voyage pourrait aider à renflouer des caisses désespérément vides, et pour les Algériens, ou plutôt pour l’oligarchie qui dirige ce pays, de se ménager un soutien supplémentaire, et de s’assurer que les « amis » français se rangeraient à ses côtés, si ça pète dans la cambuse. L’exemple libyen est là, qui les a traumatisé.
Mais cela ne nous empêche pas de chercher à savoir. Pourquoi ce silence sur tant de graves questions ?
L’argent fiduciaire était-il encore dans l’avion, au moment de son crash ?
Que disent les boites noires ? Puisque nous savons qu’elles ont parlé.
Pourquoi le papier fiduciaire, qui est fabriqué en Allemagne transite-t-il obligatoirement par la France ?
Après les enquêtes européennes de 2006, sur le braquage d’une grosse quantité de ce papier, dans la région lyonnaise, et dont la valeur est d’environ 250 millions d’euros, au prix du change parallèle, il s’est avéré qu’une partie du papier dérobé avait été trouvé dans des locaux appartenant à un adjoint du capo di tutti capi de la Camorra. Il s’est avéré aussi que cette organisation qui avait volé le papier et qui l’avait imprimé était directement connectée à Alger. Qui sont ces gens ? Et s’ils ne font pas partie du DRS, comment se fait-il que celui-ci n’ait pas réussi à les démasquer, et à les présenter à la justice ? N’est-ce pas là son rôle, que de défendre les intérêts du pays ? Est-il incapable, à ce point, de faire un boulot aussi élémentaire ? Ses moyens disproportionnés, voire extravagants, ne lui servent-ils donc qu’à terroriser la population ?
En tout cas, l’un dans l’autre, il semble que la connivence entre le régime algérien et ses amis français ait atteint des niveaux insupportables. Et si nous pouvons comprendre que le parquet français puisse marcher dans ces combines, nous ne comprenons pas cependant le silence de la presse française sur cette affaire.
Pour ce qui nous concerne, nous restons en ligne.
DB


Nombre de lectures: 398 Views
Embed This