DzActiviste.info Publié le dim 1 Sep 2013

Cri de détresse du mouvement associatif à Oran. Silence, on rase des arbres !

Partager

canastel-oranColère citoyenne, litige foncier et musellement de la société civile sur fond de polémique sur la protection de l’environnement l L’affaire dite de la forêt de Canastel 2, à Oran, n’en finit pas de se corser l Une association a d’ailleurs été suspendue pour taire toute voix discordante.

Il est hors de question qu’on les laisse détruire cette forêt. Vous voyez ces arbres arrachés, ce sont des arbres centenaires qui ont vu grandir tous les enfants de Canastel et d’Oran.» L’homme, la quarantaine, agite les mains et s’offusque davantage. «C’est un véritable massacre qui se joue ici», lâche-t-il en tentant de relever un des arbres arrachés. Autour de lui, d’autres arbres centenaires intacts règnent encore sur cette étendue de près d’une vingtaine d’hectares appartenant au patrimoine forestier du secteur urbain El Menzeh, ex-Canastel, de l’Est oranais. «Il faut que les associations de protection de l’environnement fassent quelque chose et vite, deux hectares ont déjà été détruits !», ajoute-t-il encore sous l’œil scrutateur du caméraman.

La vidéo (il y en a plusieurs du genre) fait le tour de la Toile depuis sa mise en ligne le 17 septembre 2012 et son appel semble avoir été entendu. Une association de protection de l’environnement a justement été créée pour protéger la forêt de Canastel, le 30 mai 2013. Constituée d’habitants de Canastel, l’association en question, intitulée Association des résidents de Canastel (ARC) a fait de la protection de cette forêt son cheval de bataille depuis. Pour l’arrêt immédiat des travaux et la destruction des arbres, l’ARC n’a pas hésité à déposer des plaintes en référé contre l’APC d’Oran et les propriétaires des lots de terrain, objet du litige. «C’est un projet de construction illicite dans un domaine forestier censé être protégé, nous avons donc convoqué la justice pour protéger cet espace considéré par les Oranais comme le poumon de la ville», explique M. Bouridène, habitant de Canastel et président de l’ARC. Suite à ses dépôts de plainte, l’ARC obtient l’arrêt des travaux avant d’apprendre, le 14 juillet 2013, la suspension de ses activités pour cause «d’ingérence dans les affaires internes du pays».

Suspension de l’association

L’administration locale n’a pas manqué de lui couper l’herbe sous le pied en convoquant l’article 39 de la nouvelle loi sur les associations qui dispose qu’«il est procédé à la suspension d’activité de l’association ou à sa dissolution en cas d’ingérence dans les affaires intérieures du pays ou d’atteinte à la souveraineté nationale». La dénonciation n’a pas tardé à tomber. Ceux-là mêmes qui étaient scandalisés par l’adoption le 13 décembre 2011 par le Parlement d’une telle loi répressive se sont élevés contre son application (associations, ligue de défense des droits de l’homme). Selon Me Sid Ali Boudiaf, juriste, contacté par nos soins : «L’ARC a défendu un intérêt relatif aux principes de l’association qui est la protection de l’environnement, la Constitution algérienne garantit au citoyen le droit de se doter d’institutions fondées sur la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques et qui réalisent la justice sociale, l’égalité et la liberté de chacun et de tous.»

Le wali d’Oran n’a pas manqué de réagir. «L’association a entamé une action en justice contre la wilaya pour arrêter un projet d’utilité publique sans respecter la loi sur les associations. Le DRAG a suspendu l’association pour une durée de six mois en attendant la décision définitive de la justice», a-t-il expliqué mercredi dernier à un confrère de Liberté. Une procédure que le juriste, Me Sid Ali Boudiaf, a du mal à comprendre : «Les libertés d’expression, d’association et de réunion sont garanties au citoyen pour défendre un intérêt commun.» Pour lui, la procédure est loin de respecter la loi étant donné que les autorités ont procédé à la suspension de l’association sans notifier la décision aux parties concernées, alors que la loi l’oblige.

Manœuvre judiciaire ?

L’affaire remonte à loin et n’en est pas à son premier rebondissement. Le wali d’Oran avait publié un arrêté daté du 19 août 2006, dont El Watan détient une copie, garantissant «la protection permanente du site de la forêt de Canastel contre toute atteinte et l’interdiction de toute installation d’équipement ou d’habitat». La polémique s’est tassée et la forêt a pu être préservée à cette époque. Seulement, la même problématique d’exploitation de cette assiette a refait surface en 2012 lorsque les premiers arbres ont été rasés et que la grogne des habitants a repris. D’autant que la wilaya s’est ravisée depuis. Pour Sid Ali Boudiaf, la suspension de l’association pourrait relever de la manipulation. «Le jugement du tribunal administratif d’Oran datant du 7 juillet 2013, (dont El Watan détient une copie soumise à Me Boudiaf pour analyse, ndlr) a ordonné l’arrêt des travaux effectués à la demande de l’ARC.

A travers la suspension de l’association, l’exécuteur (l’association, ndlr) perd sa qualité aux yeux de la loi». En clair, selon lui, la suspension de l’association impliquerait de fait la suspension de l’arrêt des travaux. Le litige se corse, d’autant que les propriétaires des lots de terrain en question se plaignent d’injustice. «C’est une grave atteinte au droit de la propriété», s’inquiétaient-ils il y a quelques jours dans les colonnes d’El Watan.
L’affaire semble complexe et n’a pas encore livré tous ses secrets. Le tribunal administratif d’Oran statuera sur le gel de l’association aujourd’hui même. Ce pourquoi, les habitants de Canastel et plusieurs associations solidaires (RAJ, Bahia, Fahd, etc.) ont organisé dans la journée d’hier un pique-nique symbolique dans la forêt. Le dernier peut-être. 

Fella Bouredji
El Watan 01 09 2013


Nombre de lectures: 1616 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. Journaliste dit :

    Cette affaire a débutée en 2007, quant pour des raisons obscures, l’agence foncière d’Oran a vendue des terrains dans une zone de Canastèl qui appartiens à la Direction des forets, une zone officiellement enregistrée jusqu’à présent zone forestière en 2012, deux acquéreurs (gros bonnets) ont facilement obtenus les permis de construire, ils ont rasés la forêt l’un à construit sur une superficie de 800 m2 toute dallée et le second a construit sur une superficie de 600 m2, tout en envoyant les responsables les contrôleurs et le peuple balader. Le wali d’Oran avait en 2007 interdit toute utilisation de cette zone à la construction. Les rapports de l’expert faisant foi. Alors dernièrement le wali d’Oran a marché dans la combine et pour des raisons qui demeurent obscures a dépassé ses prérogatives, en prenant la décision de suspendre l’association ARC (Association des Résidents de Canastèle) qui avait dénoncée cette violation, cet abus de pouvoir, cet abus d’autorité. Jamais dans l’histoire de l’Algérie indépendante, le pays n’a connu une période de corruption de dilapidation, de hogra, comme l’actuelle. Où sont les nationalistes de ce pays, sont t-ils achetés aussi avec les dollars et l’euros ?. le patriotisme a disparu, et les corrompus et les assoiffés de pouvoir ont apparu.

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>