DzActiviste.info Publié le mer 5 Juin 2013

Croire en la vie !

Partager

Je vis depuis longtemps dans la tourmente de l’oisiveté, les malheurs de la maladie de l’âme. Et jamais encore revenu vraiment de celle « des contrastes des mondes ». Et souvent des « moments de torture ». Au lieu d’y croire à mon salut, de retrouver les joies, souhaiter aussi celui de l’humanité, espérer les hommes à jamais libérés des flots des misères.

J’ai d’abord accusé l’échec à me former vraiment. Mais j’ai vu depuis des tas d’ignorants heureux et bien dans leurs peaux.

Puis j’avais naïvement accusé l’amour. Mais Nos histoires n’étaient elles point si belles ? Ne fallait-il pas accepter leurs libertés de partir, vivre les moments fous que d’essayer, de toujours les retenir pour fonder un foyer ? J’ai compris, qu’ils, même en société d’abondance, nous fallait des moyens pour notre amour, Dom était à la préparation de son mémoire, Ruth, n’avait pas de travail…

Puis j’ai accusé la famille. Mais pourquoi reprocher aux siens de ne pas rouler sur l’or ? Et c’est certain que leur indifférence et insouciance, à la préservation des biens familiaux, me tue. Et cette façon de ne pas considérer la liberté de l’autre, m’avait toujours laissé dans des rages folles.

J’en veux avec la presse et les militants de l’opposition, à l’autorité. Mais je sais que notre salut, ne tient pas qu’à leur départ….

Il faut peut être parfois cessé de fouiner dans le passé et de s’accepter aussi comme simplement un nul. Qui n’avait pas su profiter des opportunités qui s’étaient offertes à lui. Et croire aujourd’hui aussi à ce qui nous reste à vivre malgré les difficultés de la vie qui nous accablent

De Boghni le 4/06/2013
Amokrane Nourdine


Nombre de lectures: 488 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>