DzActiviste.info Publié le ven 26 Juil 2013

Défaut de solidarité !

Partager

andre-cresp_2ga8h_166x212_11g2ewLorsque ce sont ceux, de l’autre côté de la barrière, du côté des nantis, qui croient et sont convaincus, que le pays et ses richesses leur appartiennent, et qu’ils peuvent en disposer à leurs guises, s’acharnent par tous les moyens et par les forces des forces répressives, à vous dispenser de vos droits, cela peut se comprendre. C’est de bonne guerre, diraient les forts d’entre nous, qui ne cessent pas de résister. Mais lorsque cela venait, en cette vie pénible, de la part de nos frères de misère, qui se trompaient souvent de cible, cela me devenait insupportable. Je ne sais pas combien d’années ou de décennies, je suis resté sans jamais comprendre pourquoi tant d’incompréhensions et même de méchancetés de la part de mes semblables. Alors, que je souffrais comme eux dans les dénis de mes droits. Cela m’avait tant préoccupé et accablé. Les gens avaient-ils été déçus, blasés par les promesses jamais tenues, durant quasiment une cinquantaine d’années, après l’indépendance de 1962 ? Combien de fois, j’avais entendu cette même phrase dans les bouches de mes compatriotes bien avertis : « ce sont tous les mêmes… ». Ce qui est assez compréhensif, puisque tant de décennies, après le départ des colons, nous n’avons toujours pas, pour la plupart gouté aux libertés. Pendant que toujours la même minorité, jouit encore des richesses du pays. Il n’y a pas longtemps, les salaires des enseignants, des médecins, des fonctionnaires restaient au plus bas.

Sans droits aux rassemblements et aux protestations… J’ai mis assez de temps, pour comprendre que nous subissons tous les mêmes coups de bâtons et combien depuis belle lurette, la majorité s’est radicalisée dans ses opinions. A cause de mon absence du pays, j’avais moins conscience des intransigeances des pouvoirs.

Pour enfin comprendre que l’indifférence des uns et des autres éduque et pousse à nous soucier de nous-mêmes. Et ma paix est venue, en oubliant aussi les autres et leurs problèmes. Paradoxalement la solidarité est dans les retenues, lorsque notre tête se pose solidement sur notre corps, déterminée, sans exiger quoi que ce soit de tous les autres, ou les culpabiliser ou les condamner, les envahir ou les blesser. On apprend, qu’il faut que chacun travaille à se libérer, pour faire profiter de sa personne épanouie tous les autres. C’est en cessant de juger les autres, de les regarder, de les critiquer, qu’on finit par ne pas être leur cible favorite. On apprend qu’ils sont divers dans leurs opinions, et pas si abrutis qu’on le pense souvent. Le gauchiste en moi, toujours en colère avait quelques peu cessé d’exister. Et même si j’ai réalisé ne pas être fait pour l’arène moderne de « partis » politiques en Algérie, mon réveil permanent me permet de me retrouver chaque fois face à moi et mes incertitudes et mes problèmes. Sans plus m’inquiéter maladivement et, délivré de quelques peurs, sans prier toujours pour le salut des algériens et du pays. Il me reste qu’à prier encore pour que Dieu nous donne les moyens de nous aimer de nous aider, sans condamner d’autres peuples différents de nous dans leurs cultures. Nous aimer et accepter pour qu’on se tende tous les mains pour s’entraider. Dans ce monde fou.

De Boghni le 25 juillet
Amokrane Nourdine


Nombre de lectures: 983 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 1 Comments
Participer à la discussion
  1. Diabaoui dit :

    je veut m’abonner pour recevoir les nouvelles

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>