DzActiviste.info Publié le mer 29 Mai 2013

Des docteurs algériens issus de l’émigration, empêchés d’enseigner en Algérie

Partager

Armée et savoirhttp://www.echoroukonline.com

Fadhila Mokhtari/version française: Taibouche Idir
2013/05/27(Dernière modification: 2013/05/28 à 18:34)

Le ministère de l’Enseignement supérieur a refusé d’approuver la décision du retour des enseignants universitaires algériens à l’étranger pour enseigner dans les universités algériennes. Le ministère se justifie, entre autres, que certains d’entre eux avaient quitté le pays sans autorisation administrative préalable. Le ministère de l’Enseignement supérieur, a aussi confirmé que certains d’entre eux, ne peuvent être recrutés que dans la catégorie des débutants, même possédant des diplômes supérieurs de l’étranger.

 

Car,  il n’a pas d’éléments d’équivalence dans le  système de l’enseignement supérieur en Algérie qui  permet la reconnaissance des diplômes  scientifiques supérieurs étrangers, même si c’est de Harvard. Le ministère de l’Enseignement supérieur,  a approuvé après l’intervention du Premier ministre, M. Abdelmalek  Sellal, en avril dernier,  à l’exception limitée des cadres  algériens, qui avaient déjà travaillé en Algérie et a promu au grade de professeur ou chargé de cours magistraux seulement, car ça permet à ces derniers de reprendre  leurs postes. Sachant qu’ils  se comptent  sur les bouts des doigts. Quant aux autres, ils seront contraints de passer des concours. Dans cette situation, le ministère de l’Enseignement supérieur, a  fermé la porte à un grand nombre de ces cadres, tout en leur coupant l’espoir d’un éventuel retour. N’importe quel professeur algérien, même si à l’étranger il sort d’Harvard ou d’Oxford, ne peut être nommé à l’Université algérienne, sauf s’il acceptera les conditions de recommencer par le premier palier.


Nombre de lectures: 303 Views
Embed This