DzActiviste.info Publié le mer 11 Juin 2014

DES GRANDS ECRANS DU MAZAFRAN AU PETIT FILMEUR DE GHARDAIA

Partager

DaddaZineb Azouz

Aventurisme, opportunisme, incompétence et surtout appétences démesurées !
Au moment où l’on condamne à deux ans de prison à Ghardaia, Youcef Ould Dadda, celui qui a filmé le pillage d’un magasin par deux policiers, au Mazafran on continue de cloner les méthodes perfides du pouvoir, à savoir faire défiler et exhiber toute sorte de personnalités, personnages, woujouh, doyens, figurants, ex premiers ministres, futurs sénateurs, généraux à la retraite, islamistes négriers, négociants islamisés, députés rassis et éradicateurs moisis, un fatras mais doctement dosé pour semer le doute et le dégoût face à cette opposition qui croit pouvoir duper tout le peuple et tout le temps, une excroissance du pouvoir, de son armée et de toutes ses contradictions, qui veut aujourd’hui nous convaincre que les marginalisés du Harem peuvent constituer une force, si loin des Algériens, et qu’au nom de je ne sais quel compromis boiteux, toutes les compromissions seraient permises.

Bien sûr, aucun de ces Hô cerveaux n’a jamais rien vu, ni entendu, ni encore moins filmé quoi que ce soit de compromettant pour l’image et la sûreté de LEUR ETAT, ni pillage, ni saccage, ni torture, ni fraude, ni détournement, et ce, on l’aura compris, contrairement aux anonymes non conviés et autres bougres qui pratiquent la politique du terrain et de l’honneur, une case qui vous envoie, comme au Monopoly, directement en prison.
Consciemment ou pas, les grands écrans du Mazafran sont revenus défendre leurs mentors, draguer les restes et rappeler qu’ils sont toujours en forme pour occuper, et sans conditions, les quelques strapontins qui restent, pourvu et pour peu, que le peuple, ses victimes, ses opprimés et ses oubliés soit tenu à l’écart.Z.A.


Nombre de lectures: 237 Views
Embed This