DzActiviste.info Publié le mer 2 Juil 2014

Diwane Es-Salihine. Les Archives du Dechra

Partager

Le-Ramadhan-à-Dechra-Ghir-HakDe notre envoyé spécial à Dechra Ghir Hak

Scénario: Abdelkader BENBRIK

Notre envoyé spécial à Bled Tout Fric, Si Ramdane, en compagnie  de Si Makhlouf el Bombardé, nous conduisent aujourd’hui dans les sous-sols de Dechra Ghir Hak pour jeter un coup d’œil sur les archives et la documentation, du moins ce qui restait ou sauvé des incendies répétés, chaque   week-end, causés selon toutes les enquêtes d’usage, par des courts-circuits électriques !. Si Makhlouf a fait remarquer que les installations énergétiques  ne comprenaient pas de fusibles de prévention, ce qui a favorisé l’émergence du phénomène parasitisme.

Effectivement, lorsqu’on parle, par exemple de parasitisme, on se présente aussitôt une situation subalterne et grotesque de pique assiette, alors  qu’il s’agit d’autre chose dans le contexte de Dechra Ghir Hak hérité de l’ère féodale. N’ayant rien au presque  rien de préparatif, il s’agit d’une espèce d’institution  inhérente à la structure  de la famille patriarcale et qui a survécu paradoxalement, après l’extinction de cette dernière en 1962, en se transférant même, sous d’autres schémas, dans le milieu urbain.. Parasitisme  social est un mode d’existence d’un individu qui, faisant virtuellement partie de la « population active » et n’ayant pas  de revenus personnels justifiant socialement son oisiveté, vit d’une manière ou d’une autre aux dépens  de la collectivité. Cette définition exclut tous ceux qui ne sont pas en âge et en état de travailler, ainsi que les retraités, les rentiers etc. Certaines catégories de truands réussissent un parasitisme à la puissance 3 : tels les corrompus, qui vivent des Tchipa. Si cette définition s’applique dans son ensemble à un phénomène très répandu à Dechra Ghir Hak.

Quant à l’esprit du clan, il est déjà  esquissé derrière cette analyse- imparfaite, bien sûr, mais comportant une valeur indicative- et s’alimente à la même source des solidarités paresseuses et arbitraires qui se convertissent tactiquement en un système exploiteur, de pression, de noyautage, d’intimidation, etc…qui peut tendre très souvent vers des finalités injustes, agressives et déstabilisatrices, à proprement parler antinationales. Makhlouf el Bombardé, nous explique que tout cela  qui est encore plus grave que les maux sociaux  mis à l’index par les chartes  successives  puisqu’il les engendre au centuple, paraît bien être un facteur  de régression historique et un élément capable, non  seulement de déclasser nos propres valeurs mais de les appauvrir, de les rendre indigentes et médiocres. SI Makhlouf, évoque aussi un phénomène nouveau, à peine élu et installé à la tête  de Dchra Ghir Hak, le phénomène consistait  donc en l’irruption en force  d’un capitalisme soit disant Dechraoui mais sans  antécédents de travail et de production, étant, la plupart du temps, le fruit d’une situation trouble, parasitaire, spontanée et parfois truquée en vue de mener, odieusement, des projets anti Dechra  ou tout au moins de créer un état de choses contrenature propice à l’enrichissement sauvage des individus et des clans. Et peut être plus ajoute Si Makhlouf el Bombardé, qu’une mainmise sur l’économie et une  partie des biens immobiliers. Dont El Hadj  Brahim et El Ôkli sont les auteurs de la constitution de la mafia de Dechra Ghir Hak.

Quoi qu’il en soit dira Si Makhlouf el Bombardé, la présence idéologique, institutionnelle et même  affective de la  « renaissance » de Dechra Ghir Hak prouvait à tous, amis et ennemis que notre Dechra n’était pas viable sans cette renaissance et que tout le reste, malgré une inertie apparente et un discours mal ajusté aux faits nouveaux constituait aux yeux de la grande majorité des siens un ensemble de péripéties accessoires et de manœuvres de retardement plus au moins abouties. Et puis ajoute Si Makhlouf, en dehors  du noyautage affairiste entrepris sur une grande échelle par les amis  de Hadj Brahim spéculateurs  et leur masse de manœuvre subalterne composée de clientèles aussi médiocres et peu scrupuleuses, c’était, pour ainsi dire, de ‘’mauvaises guerres’’.

A demain.


Nombre de lectures: 550 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>