DzActiviste.info Publié le dim 20 Juil 2014

Diwane Es-Salihine. Si Makhlouf Parle

Partager

Le-Ramadhan-à-Dechra-Ghir-HakDe notre envoyé spécial Si Ramdane à Dechra Ghir Hak
Scénario: Abdelkader BENBRIK

Si Makhlouf, el Bombardé, Kbir Ed-Dechra fi Dechra Ghir Hak, membrede Diwane Es-Salihine, On dénonçant la magouille accusant des mountakhbine, il a été isolé.et mis en quarantaine. Aujourd’hui il ne désespère pas de voir la justice faire toute la lumière, il attends, il mit en exergue les connexions entre les barons de l’immobilier et des coopérative de construction et certains hauts responsables de Bled Tout Fric..

Vous êtes Cheikh Ed-Dechra à Dechra Ghir Hak. Qu’est-ce qui vous a poussé à faire une enquête sur le phénomène de la Dilapidation, corruption et les transactions occultes?

D’abord, je tiens à préciser que cela fait de longues années que je m’intéresse à ce fléau. De Béni klab, depuis notre fondation de Diwane Es-Salihine Au début, de par ma fonction de Cheikh Ed-Dechra dont je ne dépends d’aucun parti politique, mon seul parti est Diwane Es-Salihine, j’ai reçu des informations de citoyens patriotes, effarants sur la dilapidation dans le milieu des membres. C’est alors que j’ai mené ma propre enquête qui a duré plusieurs mois.. J’ai découvert que les barons bénéficiaient de la complicité de ceux-là mêmes qui étaient censés protéger la Dechra de ce mal ravageur. J’ai alors établi un rapport détaillé et je l’ai remis en main propre à un gradé du Dar Rouina wa Smid (DRS), lequel à son tour a fait son travail, puisqu’il a mené des investigations sur le milieu et il est arrivé aux mêmes résultats. J’ai par la suite transmis le même dossier à Abdovitchi fi Alssima et j’ai même été reçu par ibral riehkleb, dans son bureau à la maison d’Abdovitchi, alors directeur de son cabinet.. A l’époque, Abdovitchi était venu au Dechra et a lancé une phrase qui a fait l’effet d’un séisme au sein de l’organisation. Il avait demandé à la population du Dechra de l’aider à couper la tête à la mafia. Ces déclarations ont été suivies par l’arrestation d’un prédateur puis trois autres, ce dernier dont le gardien du puits.. Ceux qui ont été arrêtés à l’époque n’étaient que des chauffeurs ou des agents d’exécution du réseau. Les vrais parrains n’ont jamais été cités ou inquiétés. J’ai également profité de la visite du Mufti à cette époque Si Kaddour El Alami, lors d’une visite aux Tolba du Dechra, pour lui parler de ce que j’ai qualifié à l’époque de complot contre l’Bled, lequel a été destinataire d’un rapport détaillé. La riposte des mis en cause a été rapide, puisque j’ai été convoqué, pour soi-disant une affaire de détournement. Avec la mise aux arrêts du gradé de Dar Rouina wa Smid, le trio a rendu dociles tous les gardes à l’échelle locale et aucun responsable n’osait dire la vérité à sa hiérarchie fonctionnelle fel Assima. Ils étaient obligés, sous la menace, de rédiger des rapports complaisants à. Qiadat el majliss qui était coupée de ses relais d’information au niveau de toutes les Dechra. Pour revenir à mon cas, la convocation et l’entretien avec lemaâlmine a été pour moi une expérience. On m’a dit ‘’quant on touche à tes poches tu peux dénoncer, aux affaires et dossiers dont tu écris des rapports, ma kane ma dakhlek’’.De retour j’ai été totalement isolé de l’activité de la Dechra et j’ai même failli être privé de son statut de Kbir Ed-Dechra J’ai fais l’objet d’une campagne médiatique virulente par les éditeurs chekama, Mais brébbi j’ai tenu tête.

Peut-on connaître quelques détails du contenu du rapport que vous avez transmis à Abdovitchi ?
J’ai dénoncé l’existence d’un vaste réseau de trafic d’immobilier, de transaction frauduleuse des terres et lots, de corruption et dilapidation, parrainé par le trio élu, l’Hadj Brahim, Aissa l’Ôkli et Allouche et madame Dalila. Durant l’exercice de leurs fonctions, ces élus ont terrorisé les cadres et tous ceux qui osaient s’opposer à leur œuvre macabre,. Avec des dossiers préfabriqués, ils ont jeté fe lhabs le quart de l’effectif de la Baladia, des patriotes sincères. Ils ont organisé une véritable chasse à l’homme qui n’a épargné aucun milieu. Tout élément jugé hostile à leur organisation se voit viré, muté, rappelé à d’autres fonctions radier ou mis à la retraite d’office. Ils avaient la mainmise totale sur l’ensemble des secteurs, les juridictions locales se sont transformées en appareils-appendices chargés d’exécuter les projets de règlements de compte de ce trio. Son objectif était de mettre tous les secteurs d’activité au service du crime organisé international. A la Dechra échappait complètement aux lois du Baylek.

Selon vous, Allouche ne constitue en fin de compte qu’un élément ordinaire dans les transactions occultes?

Allouche n’est qu’un exécutant. Je peux même affirmer qu’il est la victime de l’organisation…
N’a-t-il pas profité de ce réseau ?

Il agissait sous leur protection. Sans eux, il n’aurait jamais pu transformer Dar Thakafa à un fonds de commerce dont il profite. Lorsque je menais mon enquête, j’ai découvert que Allouche s’occupait des prêtes noms. J’espère qu’un jour qu’il dévoilera toutes les ramifications de cette organisation au sein de l’administration et des institutions du Baylek. Certains peuvent penser que cette affaire va être étouffée. Quant à moi, je suis persuadé que le Baylek a tout à gagner à faire un procès en bonne et due forme en traduisant devant le Cadi toutes les personnes impliquées, quel que soit leur rang. Chez le Cadi, il ne devrait pas y avoir d’exception.. La corruption est une affaire de destruction du potentiel humain du peuple à long terme. Se taire, c’est être complice d’un crime contre l’humanité. J’ai toujours appelé à l’ouverture d’un débat national à tous les niveaux du pouvoir et de la société civile. Nos prisons recèlent des données inestimables sur les réseaux de la mafia locale et peuvent donc servir pour assainir les rouages du Baylek infectés par des complices au service du crime organisé aux frontières.

Allouche était un vrai idiot du Dechra, je vais te raconter, une de ses idioties Une nuit d’hiver il s’est retrouvé sur le bord de la route au milieu d’une très sombre nuit en faisant du stop pour arriver à la Dechra. En même temps une terrible tempête se déchaîne. Quelque temps plus tard personne ne s’est arrêté. La tempête et l’orage sont si forts qu’il est impossible de voir plus loin d’un mètre devant soi. Tout à coup il voit une voiture qui s’approche lentement et qui s’arrête.
Allouche sans se poser de questions monte dans la voiture et ferme la porte, lorsqu’il se retourne il se rend compte qu’il n’y a personne à la place du conducteur.

La voiture avance doucement, il voit que sur la route il y a un virage en approche, effrayé, il commence à prier. Il n’a n’a pas fini d’être étonné lorsque juste avant d’arriver sur le virage, la porte du conducteur s’entre-ouvre et une main entre pour faire tourner le volant dans le virage.
Paralysé par sa peur il s’accroche avec toutes ses forces à son siège. Il reste immobile et voit que la même chose arrive à chaque fois qu’il y a un virage sur la route.

La tempête augmente en force, et Allouche qui a sorti des forces de là où il n’en reste pas, descend de la voiture et part en courant de toutes ses forces jusqu’à la Dechra et entre dans le café de Si Moh, demande deux verres de l’ben doubles et en tremblant commence à raconter à tous ce qui lui est arrivé. Environ une demi-heure plus tard arrivent Rezki et Chaabane complètement trempés, l’air extenués et Rezki dit à Chaabane :

– Regarde là-bas au coin, c’est Allouche qui est monté dans la voiture pendant qu’on la poussait, il nous a même pas donné un coup de main.

A demain


Nombre de lectures: 708 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>