DzActiviste.info Publié le lun 20 Oct 2014

[DOCUMENTS] ORAN. Affaire ERCO, privatisation sauvage et travailleurs trompés par le ministre Temmar

Partager

Knauf-Oran (1)ORAN.Comment l’ancien ministre Temmar a driblé les travailleurspour privatiser sauvagement leur gagne pain en leur proposant une part du prix de cession qu’ils n’ont jamais perçu.

Enquête: Mohamed Ibn Khaldoun

Tout à commencé un 4 juillet 2005, devant un huissier de justice saisi officiellement par la direction générale de l’ERCO, pour consigner officiellement la quotte part des 156 travailleurs du complexe des plâtres de Fleurus, le plus grand complexe plâtrier en Afrique et au monde. Un pourcentage de 10% du prix de cession du complexe qui a été visé par la privatisation au profit du groupe Allemand KNAUF, qui est le même groupe qui a construit ce complexe en 1974, il revient plus de trente années après s’accaparer ce gagne pain des algériens. Mais il fallait bercer les travailleurs Pour qu’ils acceptent la privatisation et ne s’opposeraient pas au désir du ministre Temmar. Alors que ce complexe réalisé en 1974, par le même groupe KNAUF, et rentré en phase de production en 1978, a toujours et régulièrementréalisé des bénéfices nets dépassant les 20 milliards de centimes. Il prenait en charge les salaires des travailleurs de l’unité Amiante de Zahana et l’unité de la chaux à Saida, deux unités de l’Erco en faillite.

Cette proposition officielle de 10 % du prix de cession à 8 millions d’euros a été décidée devant un huissier de justice saisi officiellement par l’ERCO, dont ci-jointe la copie du PV de l’huissier. L’ex ministre de la privatisation M. Abdelhamid Temmar rencontré à cette époque nous a déclaré que cette privatisation est une bonne initiative et que les travailleurs bénéficieront d’un avenir prospère avec beaucoup d’avantage, notamment avec le nouveau patron étranger, KNAUF qui a pris les destinées du complexe le 16 mars 2006 et devient le patron incontesté. Seulement, ce partenaire étranger avait ramené d’Allemagne des manœuvres qui ont été hébergés au frais de l’ERCO à l’hôtel Sheraton d’Oran, en plus de cela, il a procédé à des recrutements bizarres de personnes venues d’Alger moyennant un salaire mensuel de plus de 30 millions. Des recrues parrainées par … ! ?

Quelques temps après, SOPLAF (société des plâtres de Fleurus) filiale SODEPAC du groupe ERCO en compagnie du nouveau patron étranger avait incité les travailleurs algériens à quitter le complexe, en proposant aux éventuels démissionnaires un pécule de 45 jours pour chaque année travaillée. Alors que le complexe n’a jamais été déficitaire, on ouvre ainsi la porte aux départs volontaires. Malgré cette situation financière confortable, la direction générale supervisée par le DG Tayeb Belbey, soutenu par quatre hauts cadres de l’ERCO dont le PDG Sodepac ont organisé cette opération de départs volontaires. Ainsi Pour masquer le départ volontaire qui n’en était pas un en réalité, on a incité le travailleur à déposer des lettres de démissions, les autres taravailleurs ont tout simplement été mis à la retraite anticipée et proportionnelle, contre un pécule de 21 jours pour chaque année travaillée.

Le comble c’est que, depuis le départ de la majorité des 156 travailleurs, la quotte- part des travailleurs qui est à 10% a disparu, les travailleurs concernés n’ont jamais rien perçu à ce jour. Plusieurs doléances ont été expédiées en ce sens au ministre ministre de l’époque M. Temmar , au premier ministre et au président de la République, lesquelles n’avaient jamais fait suite ou répondu aux travailleurs.

Les travailleurs aujourd’hui, avec leur PV d’huissier de justice, ne savent plus à quelle autorité du pays se vouer !!! Toutes les portes relatives à cette affaire sont fermées, Temmar n’est plus le ministre de la privatisation, et l’ERCO et la SGP n’ont pas encore assumés leur responsabilité. L’unique bénéficiaire dans cette transaction demeure le groupe Allemand Knauf qui a acquis le complexe pour une bouchée de pain bradé par Temmar et les quatre cadres dirigeants de l’ERCO. Quant aux travailleurs, ils ont été en quelque sorte dupés par les parties complices de cette privatisation.

Bien que depuis plusieurs scandales, ont touché ce groupe KNAUF avec la douane algérienne et surtout l’affaire qui a éclatée en Allemagne, dont les limiers enquêteurs allemands avaient découvert le pot aux roses et saisis officiellement la justice Algérienne à Oran, par commission rogatoire dont le juge d’instruction, avait ordonné le mois de mai 2012, la mise sous mandat de dépôt, du représentant de KNAUF Algérie et la mise en examen des quatre cadres algériens, soupçonnés de corruption et de bradage d’usine. L’enquête pour élucider cette affaire et déterminer si délit de corruption il y’a est demeurée dans les confidences, ni les travailleurs ni les médias n’avaient pris connaissance des résultats de l’enquête judiciaire. En parallèle à cette privatisation la direction générale de l’ERCO avait dilapidé une somme de plus de 124 000 euros en achetant un équipement de France, et dés sa réception a été sur ordre du DG du complexe mis aux ‘’ordures’’.

Mais l’affaire de la disparition de la quotte part des travailleurs demeure une énigme. Les travailleurs bénéficiaires se posent la question qui s’est accaparé cette somme? Nous nous sommes adressés à la direction Knauf qui a expliqué que le problème ne la concernait pas. La direction du groupe ERCO et son juriste Mansouri Mohamed se sont dérobés pour ne pas répondre clairement à nos questions. L’unique réponse que nous avons obtenus est que cette affaire concerne la SGP et le ministre de la privatisation. Quant au syndicat UGTA, cette dernière n’a jamais plaidée la cause des travailleurs, même pas pour cette affaire d’indemnités qui se trouve entre les mains de la justice depuis plus de dix années.

Aujourd’hui, après avoir tapé à toutes les portes du gouvernement, les travailleurs victimes de cette supercherie dont le seul bénéficiaire est le partenaire étranger au détriment de leur gagne pain, interpellent toutes les organisations de défense des droits de l’homme et des travailleurs en Algérie et à l’étranger afin de leur venir en aide et de les assister dans leur lutte pour recouvrir leurs droits et indemnités usurpés.

Ci-joint documents justificatifs

ERCO-PV Huissier-page0001


Nombre de lectures: 1354 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>