DzActiviste.info Publié le sam 29 Juin 2013

Égypte, Les « Frères Musulmans », Morsi, Et La Démocratie…..

Partager

Par Yahia Bounouar
In Kalima DZ 29 juin 2013

Coup-de-force-constitutionnel-de-Mohamed-Morsi-en-Egypte_article_mainCe que fait la secte des « frères musulmans » en Égypte est inacceptable. Depuis un an que Morsi est au pouvoir, il place ses hommes en fonction de la longueur de leurs barbes, de leurs kamis et de la tâche sur leurs fronts aux postes de responsabilités, exactement comme le faisait le régime précédent, en choisissant les gens en fonction de leurs allégeance. Le mérite, la compétence, le travail, sont marginalisés au profit du clientélisme et des intérêts partisans. Depuis que l’opposition a annoncé son intention de manifester le 30 juin 2013, les « frères musulmans » n’arrêtent pas de menacer d’une guerre civile. Ils accusent, tous ceux qui sont contre Morsi et contre les « frères musulmans » d’être contre Dieu et contre l’islam. Comme si les « frères musulmans » étaient les représentants de Dieu et de l’islam sur terre. Ça me rappelle, avec beaucoup de souffrance, le discours du FIS en Algérie, entre 1989 et 1992.

Pour être franc, Morsi a gagné les élections, c’est un président légitime. Mais cette légitimité ne lui donne aucun droit, ni à lui, et encore moins à sa confrérie, d’ikhwaniser les institutions, et de se servir de la religion comme registre de commerce. Il doit régler les problèmes des citoyens égyptiens, offrir un travail aux jeunes égyptiens, développer l’agriculture, le tourisme etc…

Les régimes dictatoriaux, autoritaires, ceux qui sont tombés, comme en Égypte, en Tunisie, comme ceux qui sont en place ( Algérie, Maroc, Syrie etc,,) accusaient systématiquement leurs opposants d’être à la solde de la fameuse « main étrangère ». Les islamistes au pouvoir vont hélas plus loin, en accusant ceux qui s’opposent à eux, d’être des mécréants, des ivrognes, des fornicateurs, bref, d’être islamophobe. Autrement dit, ou tu es pour Morsi et les « Ikhwanes » ou tu es contre l’islam et en filigrane contre Dieu. Dans ces conditions, le concept même, d’opposition politique est remis en cause par des arguties religieuses. Chaque opposant est d’abord et immédiatement un mécréant, il est contre Dieu. Autant interdire l’opposition et déclarer la dictature religieuse en remplacement de la dictature militaire, policière ou mafieuse.

Les islamistes doivent comprendre, une fois pour toutes, que gagner des élections ne donne droit qu’à la gestion des affaires publiques, de l’État, de ce que les citoyens ont en commun, les routes, les hôpitaux, les écoles, l’administration, la justice et en aucun cas, des libertés privées. En démocratie, la première règle est de respecter les droits de la minorité, qui peut et doit devenir la prochaine majorité. La démocratie c’est l’alternance, c’est la participation de tous, d’une manière ou d’une autre, à un moment ou à un autre, à la gestion du pays. Croire, que parce que l’on a gagné une élection, une fois, donne tous les droits, ne relève pas de la démocratie. Les frères musulmans d’Égypte doivent revoir leurs concepts.

Y.B


Nombre de lectures: 922 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>