DzActiviste.info Publié le jeu 1 Août 2013

El Halqa (23) Les conférences de Si Ramdane Fi Ramadhan – Rahoum Galou !

Partager

PAR : Abdelkader BEN BRIK

al halqaSi Ramdane, a décidé de nous parler aujourd’hui, d’une arme redoutable, qui est la rumeur. Un phénomène qui trouve son crédit dans notre société, qui malheureusement croit et amplifiaient le discours de ‘’Rahoum Galou’’, parfois même la presse, ne résiste pas à la tentation. C’est pourquoi les journaux consistent une page spéciale pour les infos non confirmés.

Si Ramdane, l’ancien professeur chercheur en retraite, profite des longues heurs des journées du mois du Ramadhan pour animer avec ses voisins une Halqa, pour les assister à comprendre certaines actualités. Aujourd’hui, il veut nous parler de la rumeur :

« ‘’Rahoum Galou’’, ‘’Ils ont dits’’, ‘’Il parait que…’’, Ils disent que la sardine est descendue à 40 da le kg et la viande à 200 da’’ Tous les mécanismes sont réglés selon le SMIG à 18 000 da. La rumeur sous la chaleur de l’été durant ce mois sacré se propage au début de la journée, par une personne, elle court et prend de plus en plus d’ampleur et finit par se propager à une vitesse telle qu’elle devient vite le sujet de l’actualité avant le Maghreb.Parfois ses auteurs finissaient par ‘’croire’’ leur mensonge. En été, la rumeur détrône parfois les informations les plus sûres et les plus sérieuses. Nos grand parents, ils étaient illettrés mais très intelligents, dés que quelqu’un leur balance une info bizarre, ils l’a rejette carrément on la désignant venir des producteurs du ‘’Guetrane’’, « Hadi taâ El Guetrane » disaient-ils, c’est-à-dire une fausse nouvelle qui permet la réussite de la production. Tu veux bien Kaddour nous expliquer le Guetrane ? » : »Ma âla balich cheikh, hadi ma Qrinahach » répond Kaddour l’étudiant.
« Enfin » reprend Si Ramdane « Dans nos jours avec la nouvelle génération, qui croit en tous, elle croit même au père Noël. La rumeur aujourd’hui, dés qu’elle est entendue qu’on a envie tout de suite de l’amplifier et la répéter, sans même la vérifier et, en rajoutant parfois quelques détails inédits, elle devient tout de suite d’une authenticité inégalable et d’une véracité à toute épreuve » Si Ramdane s’adresse à Kaddour l’étudiant : « La prochaine rentrée universitaire est bénéfique, la bourse des étudiant sera augmenté à 100 %, c’est-à-dire au chiffre de 10 000 da ! » Kaddour réplique : « Wah ya cheikh hadi smaânaha fi khams snine, ou ma kane walou ! » Si Ramdane rectifiera : « Non Kaddour hadi n’est qu’une rumeur ! »
Si Ramdane nous expliqua que selon certains documentaires, le concept de la rumeur a pour origine les recherches de psychologie judiciaire entreprises à partir de 1902 par le psychologue allemand louis Stern. Un fait divers est raconté à un premier maillon d’une longue chaîne de sujets et, petit à petit, à partir du quatrième maillon de la chaîne, on s’aperçoit que le fait divers choisi par Stern, qui comportait 149 détails diminue, changeant et se déformant au fil de l’expérience. D’autres études françaises démontrent qu’avant les expérimentations psychologiques de Stern et de ses disciples plus tard, le protocole de la rumeur, sous le nom de ‘’jeu des petits papiers ‘’, et il s’est poursuivi sous forme de jeu de société dans les colonies de vacances, sous la dénomination de ‘’jeu du téléphone’’. Chez nous, l’expression ‘’téléphone’ arabe’’, encore utilisée de nos jours, pourquoi faire ya Kaddour ? » « Ma âla balich cheikh, hadi ma Qrinahach » répond Kaddour. Alors si Ramdane enchaine : « C’est pour qualifier la rumeur, est en fait une locution spécifiquement française, créée et utilisée pour la première fois par les militaires français en 1962 pour stigmatiser les moyens techniques des Algériens par opposition au téléphone de campagne dont ils disposaient. Elle renvoie à l’indication selon laquelle la rumeur est véhiculée par la masse, et émane toujours de sources non autorisées, ignorantes alors que l’information vérifiée tire sa source des autorités, qualifiées de sources sûres. De nos jours, l’expression ‘’téléphone arabe’’ est utilisée aussi pour parler d’une information véhiculée de bouche à oreille et qui a toutes les chances d’être déformée en cours de route, et ce sans possibilité de vérifier son intégrité en bout de chaîne. ‘’L’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours’’ est une autre expression française qui se dit d’une histoire dont la source n’est pas de première main et qui généralement, n’est pas vérifiable. J’espère que vous avez compris que la rumeur est dangereuse, j’observe Kaddour qui ne cesse de vérifier sa montre quoi de neuf ya Kaddour ? » « Bientôt el Adhane, Cheikh ! » Saha Ftourkom.


Nombre de lectures: 695 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>