DzActiviste.info Publié le mer 16 Mai 2012

Elections législatives Algériennes du 10/05/2012: règlement de compte F.L.N / R.N.D

Partager

LE RND «DOUTE FORT» DES RÉSULTATS DES LÉGISLATIVES
Les messages codés d’Ouyahia à Belkhadem
En tirant à boulets rouges sur le FLN, donc sur Abdelaziz Belkhadem, Seddik Chihab, un des leaders du RND, a donné des signaux clairs. «Le FLN a bénéficié de l’appui de l’Administration», et le gros score enregistré semble avoir été délibérément le résultat d’un tour de passepasse. En tout cas, les résultats enregistrés par le FLN «sont exagérés». Venant de Seddik Chihab, un des lieutenants d’Ouyahia, ces paroles ressemblent, à s’y méprendre, à des accusations. Et si on prend en ligne de compte que Seddik Chihab n’agit pas sans l’aval de son patron, le secrétaire général du parti et Premier ministre sortant, tout indique que la sortie du numéro 3 du RND est une opération de déstabilisation opérée par Ouyahia contre son «frère-ennemi», Belkhadem. Plusieurs grilles de lecture se présentent à nous de prime abord, pour décrypter cette attaque : il s’agit d’abord de deux hommes qui aspirent à la magistrature suprême, et ce duel à distance peut se prêter au jeu des concurrents. Ensuite, on peut aussi comprendre que, voulant profiter des attaques, dont est l’objet Belkhadem, à l’intérieur même du parti, Ouyahia ajoute une pierre à l’édifice anti- Belkhadem. Une autre lecture aussi s’impose : c’est la volonté du RND de s’amarrer à la locomotive de la contestation anti-FLN qui s’opère dans les partis politiques, consternés par le «score exagéré» du FLN. En tout cas, le RND sent qu’il va perdre le poste de Premier ministre, qui a tant fait gagner au parti, comme il sent que le FLN cherche une autre coalition que celle du RND. Tout cela fait que la guerre des tranchées entre FLN et RND a déjà commencé. Les résultats enregistrés, lors des élections législatives, continuent à soulever des vagues parmi les partis politiques. La reconduction du même scénario politique, alors que le peuple voulait un changement, et que même le président cherchait à «désenclaver » l’univers qui gravite autour des centres de décision, n’est pas pour régler les problèmes des citoyens. Avec 220 sièges pour le FLN, le RND en seconde position, puis les islamistes du conglomérat «Alliance de l’Algérie verte», c’est un statu quo qui est observé, ou pis encore : un maintien dangereux des choses en l’état.
Fayçal Oukaci (Courrier d’Algérie)


Nombre de lectures: 296 Views
Embed This