DzActiviste.info Publié le ven 29 Juin 2012

ELWATAN-ALHABIB 2012-06-29 19:42:00

Partager
Virus « Flame », drones, sanctions… qui est réellement le « provocateur » l’ Iran ou les occidentalo-sionistes?
L’équipe du site
Alors que les média Occidentaux répètent du matin au soir que l’Iran en est à sa énième provocation, un petit tour des actes de guerres commis contre ce pays par les pays de l’axe du Bien permet de remettre quelques idées en place et de déjouer la propagande typique des périodes d’avant-guerre.

Voici quelques titres de la presse Française : « L’Iran s’enfonce « dans une stratégie délibérée de provocation » » (20 Minutes) ; « Tirs de missiles : l’Iran continue ses provocations malgré les sanctions » (RFI) ; « L’Iran entre provocations et menaces » (France Culture) ; « Israël dénonce une nouvelle provocation de l’Iran » (Euronews). Il ne fait aucun doute, en lisant ces gros-titres, que l’Iran est maintes fois coupables de vouloir démarrer une guerre et que la paix ne saurait être due qu’à l’extrême tolérance des régimes Occidentaux et de la « communauté internationale » (qui, avec l’UE et les USA ne représente que 15% de la population mondiale).

Pourtant, depuis quelques années, l’Iran subit une succession d’agressions diplomatiques ou militaires venues des USA et d’Israël. Cette attitude belliqueuse vis-à-vis du régime de Téhéran est souvent justifiée, dans les média, par la menace nucléaire qu’il faudrait à tout prix combattre… Sans rouvrir le débat sur cette question, qu’il soit cependant rappelé brièvement et de façon factuelle, que le renseignement Américain et le renseignement Israélien ont publiquement expliqué qu’ils niaient que l’Iran poursuive un programme nucléaire militaire !
 Cette opposition totale entre le Renseignement et le Politique démontrent à quel point la suspicion et les accusations sont fabriquées de toutes pièces dans ce dossier, à l’image du scénario des armes de destruction massives en Irak.
L’apparition rocambolesque du virus FLAME, et l’entrée en vigueur de l’embargoe pétrolier sur l’Iran, donnent ainsi l’occasion de revenir sur l’ensemble des mesures hostiles dirigées contre ce pays.

1- Stuxnet et Flame : la nouvelle cyber-guerre
Ces deux virus sont les premiers exemples d’armes cybernétiques dans la nouvelle ère de la guerre informatique. Dans les deux cas ces virus ultra-sophistiqués furent développés par les USA et Israël[2][3] afin de saboter la recherche nucléaire Iranienne et dans une seconde mesure, de pratiquer l’espionnage.
2- L’assassinat de scientifiques civils

Depuis 2007, cinq physiciens perses participant aux programmes de développement nucléaire sont morts dans des explosions à la voiture piégée, le dernier en date étant Mostafa Ahamdi Roshan. Le schéma est toujours le même : alors qu’ils sont en voiture (parfois en famille), un motard dépose sur leur voiture une bombe qui est détonée quelques instants plus tard. Ces assassinats spectaculaires sont le fait de groupes clandestins en Iran liés au MEK et soutenus par la CIA et le Mossad.

3- La violation de l’espace aérien
Fin 2011, les Iraniens capturèrent un drone espion américain qui opérait dans leur ciel. Signe de l’impunité totale des Etats-Unis, ces derniers ne s’embarrassèrent même pas de nier ce qui ferait office de casus belli dans le cas réciproque, et poussèrent même le grotesque jusqu’à exiger de Téhéran que le drone soit restitué !
4- La guerre économique
Une kyrielle de sanctions ont été décrétées par les USA envers l’Iran, et reprises par l’Union Européenne ainsi que par d’autres pays. Un embargo sur le pétrole Iranien fut ainsi déclaré et devrait prendre effet au premier Juillet. Il convient de remarquer que l’Union Européenne (« contre-poids des États-Unis » selon certains) suit au doigt et à l’œil Washington dans un conflit qui ne la concerne pas, fût-ce au prix d’une hausse du coût du pétrole. Autre type de sanctions : les États-Unis ont exigé et obtenu d’une entreprise privée (SWIFT) que l’Iran soit expulsé du système bancaire international, il devient de fait impossible pour l’Iran d’effectuer des transactions avec d’autres pays.
Imaginons un instant la situation inverse : quelle serait la réaction des États-Unis, de l’UE, ou d’Israël, si l’Iran y envoyait des drones militaires, lançait des attaques informatiques, imposait un boycott, participait a l’assassinat de responsables civils de l’armement américain, et faisait stationner sa flotte militaire au large de Manhattan ?
Source : Agoravox


Nombre de lectures: 371 Views
Embed This