DzActiviste.info Publié le mar 16 Oct 2012

ELWATAN-ALHABIB 2012-10-16 19:48:00

Partager

L’Algérie menacée par Hillary Clinton 

 

 



Notre pays, qui ne doit rien aux Etats-Unis, ni a une quelconque puissance « démocratique », bien au contraire, aurait « beaucoup à gagner en adoptant les changements qui s’opèrent (autour de lui) ». C’est madame Hillary Clinton qui vient de nous le dire.



Ahmed Halfaoui
Mardi 16 Octobre 2012


L'Algérie menacée par Hillary Clinton
Notre pays qui a eu à se libérer de la barbarie coloniale, soutenue par les forces de l’OTAN, au prix de centaines de milliers de morts et de souffrances insoutenables, a droit à l’outrecuidance de la dame qui se croit tout permis, quand il s’agit des ex indigènes. Ici, on peut avoir une réaction qui peut aller du pincement au cœur aux cris d’indignation, devant le silence des représentants de l’Etat algérien, alors que la moindre des choses était de les entendre l’envoyer paître et s’occuper des dizaines de millions de ses compatriotes livrés à la misère. Au moins on aurait aimé les voir lui dire, poliment, de se mêler de ce qui la regarde. Et comme si Mme Clinton savait à qui elle avait à faire, elle délivre des bons points d’encouragement. « Peut mieux faire » dit le maître d’école pour pousser son élève. C’est ce qu’elle a fait, en partie, en suggérant son mécontentement: « l’Algérie a beaucoup de travail devant elle pour atteindre et consacrer les droits universels et créer un espace pour la société civile ». Le pouvoir doit donc faire attention. Les bons points ne sont pas suffisants, il faut qu’il fasse plus pour que la dame ne se fâche pas pour de vrai et ne décide de faire faire les choses à d’autres et autrement, tel qu’elle procède sous d’autres latitudes, là où on n’aime pas qu’on s’ingère dans sa maison. Pour le moment, elle dit qu’elle attend la suite, dans cette langue sibylline, que seuls peuvent inspirer la perfidie et le cynisme. A moitié contente, ce qu’elle montre. A moitié menaçante, ce qu’elle montre aussi, sûre de faire peur, sûre de faire de l’effet. Donc pour le moment, et pour le moment seulement, nous pouvons être tranquilles. Comme elle a certainement un barème qui lui permet d’évaluer et de noter les performances, Mme Clinton a constaté que nous avons faits « certains progrès », sans avoir eu besoin d’une « révolution », elle le dit crûment: « ils n’ont pas vécu ces révolutions, mais ces événements récents ont testé leurs valeurs et leur détermination ». A la bonne heure! On devrait la remercier de sa sollicitude et ne pas voir qu’elle doit enrager de ne pas avoir assisté à la précipitation du pays dans un chaos, dont il ne se relèverait pas, ouvrant la voie des champs d’hydrocarbures aux compagnies étatsuniennes, accompagnées des GI’s. On devrait aussi faire semblant de ne pas comprendre que ces propos n’ont pas été plus insultants, qu’ils ne sont, ni plus agressifs, à cause du fait que le moment n’est pas propice à une aventure de conquête. Faiblesse des supplétifs locaux, d’une part, expérience syrienne très peu encourageante et risque militaire certain de s’engager dans une Algérie au peuple très au fait des intentions réelles des « démocraties ». C’est pourquoi les Etats-Unis se contentent du peu, faute d’avoir le tout, en attendant des jours meilleurs, en faisant pression, avec beaucoup de succès du reste. Ce qui n’est plus possible en Amérique du sud, l’est en Afrique et chez ce qui reste comme Arabes et assimilés comme effet du terrorisme impérialiste.

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Ahmed_Halfaoui.151012.htm http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Ahmed_Halfaoui.151012.htm


Nombre de lectures: 202 Views
Embed This