DzActiviste.info Publié le lun 12 Nov 2012

ELWATAN-ALHABIB 2012-11-12 17:10:00

Partager
Les tambours de la guerre 
 
 
 
par Moncef Wafi

Les tambours de la guerre se font de plus en plus précis, nous arrivant à l’oreille par-dessus les dunes et traversant les ergs de l’immense Sahara. Le forcing de Paris pour avoir sa guerre par procuration et libérer ses otages a fini par payer et ce ne sont pas les sacro-saints principes de l’Algérie qui y vont changer grand-chose. Le Sahel, cette contrée semi-lunaire à cheval entre plusieurs territoires de chasse, devra donc être colonisé par l’Africom qui peut remercier au passage ces alliés d’Al-Qaïda et sa succursale régionale l’Aqmi. Pour ceux qui ne connaissent pas l’Africom, c’est un commandement unifié pour l’Afrique, United States Africa Command pour les anglophones, et qui est destiné à coordonner toutes les activités militaires et sécuritaires des Etats-Unis sur ce continent.

En gestation depuis plusieurs années, il fut décidé de créer un état-major spécifique pour le continent africain durant l’été 2006. Sur la base de constat, un think tank israélo-américain, l’Institute for Advanced Strategic and Political Studies (IASPS), a préconisé la création de l’Africom. Annoncé par l’administration Bush le 6 février 2007, il a commencé à fonctionner le 1er octobre 2008. Ça c’est pour le cours d’histoire et pour les amoureux des conspirations sachez que la création d’Aqmi ne répondait qu’à un seul objectif, celui de permettre l’implantation des GI’s aux portes sud de l’Algérie. La Cédéao, bras armé de Paris pour la circonstance, attend d’Alger et d’autres capitales africaines d’engager leurs troupes au sol pour libérer le Nord-Mali en renfort des drones américains et des troupes d’élite françaises, celles-là mêmes qui ont assassiné Kadhafi. Le dernier sommet à Abuja, au Nigéria, doit entériner le plan stratégique pour une intervention armée dans la région avant de le transmettre au Conseil de sécurité de l’ONU, via l’Union africaine, avant la fin novembre, calendrier oblige. Ce plan a revu en gros les effectifs de la chair aux canons, issue de diverses nationalités, et la présence de 200 à 400 militaires européens pour mener directement des actions d’élimination.

Une drôle de guerre devra donc éclater et se répandre au-delà des frontières physiques consacrant par là une présence de fait de troupes étrangères dans une région aux richesses souterraines insoupçonnables. Les pays qui auront tiré une balle ou envoyé un bon d’essence pour faire voler un drone assassin revendiqueront une part du gâteau pour relancer leur économie moribonde. L’Espagne et l’Italie, au bord de l’asphyxie, feront prévaloir la présence de deux caporaux dans le contingent européen parti à l’assaut de la cinquième armée du monde pour discuter un contrat pétrolier ou prétendre à un champ minier. Voilà pourquoi l’Europe s’empresse de claironner à la guerre et ce n’est ni pour éradiquer le terrorisme, ni pour sauver les populations africaines de la misère. Quoi qu’il en soit, leur guerre, et c’est un grand mot, aura lieu. Des soldats africains seront tués, peut-être même des Algériens et en fin de compte rien ne changera. Le terrorisme sera toujours résiduel tant qu’il arrange les affaires des grands de ce monde.


Nombre de lectures: 313 Views
Embed This