DzActiviste.info Publié le sam 15 Déc 2012

ELWATAN-ALHABIB 2012-12-15 20:53:00

Partager

Retour sur une arnaque de Chakib Khelil 

 

 

Il vient d’être recruté par une nouvelle société canadienne : 

 Le retour du conseiller Chakib Khelil

L’ancien ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, vient d’être recruté en qualité de conseiller principal, dans une entreprise canadienne dont les propriétaires ont bénéficié, durant une décennie, de facilités inimaginables en Algérie. L’argent gagné au détriment de Sonatrach est recyclé à travers une nouvelle société pétrolière qui risque de revenir une nouvelle fois dans le pays et accéder à de nouveaux contrats.

Ainsi, la société dénommée Wilton Ressources a embauché, il y a quelques jours, notre ancien ministre de l’Energie et des Mines avec de nouvelles ambitions d’accéder aux marchés africains et surtout algérien. Wilton Ressources est constitué par les anciens responsables de la société canadienne First Calgary Petroleum (FCP) qui a bénéficié de la complicité de Chakib Khelil pour la réalisation de la plus grande arnaque de l’histoire du pétrole algérien.


Un scénario tissé sur 10 ans

L’histoire de First Calgary Petroleum (FCP) est digne des grands scénarii sur les arnaques dont sont victimes les Etats. Cette société canadienne inconnue a été accueillie, début 2000, en Algérie en grande pompe. Chakib Khelil la présentait en utilisant les termes : «géant pétrolier» et «investisseur de premier ordre». Avant même son installation en Algérie, Chakib Khelil lui organise l’environnement technico-réglementaire adéquat pour exploiter le maximum d’opportunités qu’offre le secteur énergétique national. Cette petite société se propulse d’abord à hauteur de 75 % des parts sociales d’une association avec Sonatrach qui, tout en étant actionnaire minoritaire, s’est retrouvée forcée de mettre beaucoup plus de moyens dans cette joint-venture. Le «génie» de Chakib Khelil se manifeste ensuite par l’attribution à cette association FCP-Sonatrach d’un périmètre d’une richesse inespérée. Alnaft, qui obéissait incontestablement à son ministre de tutelle, accordera facilement à cette association le permis d’exploitation du bloc 405b de Menzel Ledjmet-Est (MLE) situé dans le bassin de Berkine, l’un des plus importants du pays. Les études réalisées antérieurement par Sonatrach mettaient en évidence un important potentiel gazier sur ce bloc. Le groupe public pouvait exploiter seul ce bloc, mais Chakib Khelil avait décidé de mettre les trois quarts de sa production dans les comptes de la canadienne FCP. Le montant de l’investissement de départ devait être de 26,25 millions de dollars alors qu’il devait rapporter pas moins de deux milliards de dollars, car le potentiel était évalué à 1,3 trillion pieds cubes (TCF) d’équivalent gaz (environ 230 millions de barils équivalent pétrole). Selon des indiscrétions de Wilton Ressources, l’association devait produire, fin 2012, pas moins de 35 000 barils équivalent pétrole par jour (bep/j) et atteindre plus tard un pic de 120 000 bep/j. Toutefois, FCP n’était pas en mesure de lever les fonds nécessaires à cet investissement qui allait nécessiter plus de moyens que prévu. Des membres du conseil d’administration de First Calgary Petroleum commençaient alors à se révolter contre leur P-dg. Mais Chakib Khelil était là pour le sauver. Dans une intervention publique datant d’avril 2008, Chakib Khelil a menacé de rompre le contrat d’association liant Sonatrach à FCP si le président-directeur général de la compagnie canadienne venait à être destitué par les actionnaires. Dans une lettre adressée au conseil d’administration, notre ex-ministre avait exprimé sans retenue son opposition à la motion de destitution de leur P-dg Richard Anderson (un nom à retenir). Six mois plus tard, le géant italien ENI va clôturer ce dossier en procédant à l’achat de tous les actifs de First Calgary Petroleum pour un montant de 607 5 millions de dollars. Tout le monde trouvait son compte dans cette opération. Les Italiens étaient agréablement surpris de la découverte d’un nouveau potentiel pétrolier sur ce bloc et parvenaient par là même à booster le chiffre d’affaires de leur filiale Saipem à travers la construction de toutes les installations de MLE. Chakib Khelil et ses amis canadiens pouvaient se réjouir de ce dénouement.


Cap sur la Mauritanie

Après la vente de FCP, Richard Anderson et quelques-uns de ses collaborateurs ont fondé une nouvelle société, Wilton Ressources Inc, qui active dans le domaine du pétrole et du gaz. Pour mieux développer son réseau relationnel, Richard Anderson, le P-dg de la nouvelle société, vient d’engager Chakib Khelil en qualité de principal conseiller de l’entreprise. Il gère un conseil consultatif dans lequel siège également Rilwanu Lukman, l’ancien ministre de l’Energie du Nigeria. Selon un document de Wilton Ressources, «le Dr Chakib Khelil et le Dr Rilwanu Lukman fournissent actuellement des services de consultation à Wilton relatifs à l’identification et l’évaluation des projets internationaux du pétrole et des possibilités spécifiques de gaz. En leur qualité de membres du conseil consultatif, MM. Khelil et Lukman vont également fournir des commentaires et des conseils pour la gestion de Wilton et du conseil d’administration sur le développement pétrolier de la société et la stratégie d’exploration de gaz». Autrement dit, Chakib Khelil devra mobiliser tout son potentiel pour procurer à la société de bonnes affaires, telles le bloc 405b de Berkine. Selon certaines informations, la nouvelle société de Chakib Khelil est sur le point d’obtenir un permis d’exploitation du pétrole en Mauritanie.

 Mokhtar Benzaki


LeSoir d’Algérie, 11 déc. 12


Nombre de lectures: 332 Views
Embed This