DzActiviste.info Publié le dim 20 Jan 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-01-20 09:47:00

Partager
Hollande renoue avec le passé colonial de la SFIO au MALI 

François Hollande, un va en guerre qui admire le sionisme et les conquêtes coloniales.
Après avoir approuvé, lui et le parti socialiste l’intervention militaire en Libye, puis il a été le premier, en Occident, à expulser l’ambassadrice de la Syrie à Paris et le premier aussi à approuver une autre guerre en Syrie. Voilà qu’il se lance dans une guerre coloniale au Mali avec la bénédiction de l’Empire US-Sioniste pour des réserves gazières au Mali.
N’oublions pas le peuple Touareg persécuté par le gouvernement central du Mali. Ce peuple a droit à son indépendance. L’action de la France est que ce peuple demeure sous le joug du gouvernement de Bamako .
Mais au final, l’intervention de la France pourrait être également due à d’importants enjeux économiques et financiers, encore une fois sur fond de forte odeur de pétrole et de gaz.Pure coïncidence ou remake d’un scénario proche de celui prévalant en Afghanistan ? … Voire mise à exécution d’une stratégie du chaos menée par les  lobbies pétroliers et militaires américains en échange de soutiens financiers de campagnes électorales US  pour éviter une avancée trop importante de majors pétrolières étrangères concurrentes ?
1 – Un important gisement de pétrole au nord du Mali La carte d’implantation d’Aqmi (al-Qaida au Maghreb islamique) au Sahel correspond à tout point à celle du  bassin de Taoudeni …large de 1,5 million de kilomètres carrés, partagé entre le Mali, l’Algérie, la Mauritanie et le Niger …
. Les récentes découvertes de richesses minières contenues dans cette zone  provoquent en effet depuis quelques mois un vif intérêt pour cette région.
Jean François Arrighi de Casanova, directeur Afrique du Nord de Total avait ainsi fait état d’immenses découvertes gazières dans le secteur, freinant la progression du puits vers la zone pétrolière, en Mauritanie et le conduisant même à parler « d’un nouvel Eldorado ».

2 – Découverte d’un important gisement de gaz au sud Mali
La Société d’exploitation pétrolière du Mali (Petroma),Aliou Boubacar Diallo, PDG de Wassoul’Or a fait la découverte d’un gisement gigantesque de gaz à Bourakèbougou (cercle de Kati, Commune rurale de Dièdougou Torodo). Les essais d’exploitation du gaz ont déjà commencé.
Situé à 60 km de Bamako et 45 km de Kati, le site de Bourakèbougou renferme un grand gisement de gaz. Petroma SA, dont Aliou Boubacar Diallo, PDG de Wassoul’Or SA, est le promoteur, vient d’y faire la découverte de cet important gisement de gaz.

Le gaz de Bourakèbougou, c’est de l’hydrogène à l’état pur (98,8 % hydrogène et 2 % méthane). Selon M. Diallo, c’est la première fois qu’on découvre un gisement d’hydrogène au Mali et dans le monde. « Il y a beaucoup d’application avec ce gaz. Mais, on a décidé de faire l’électricité avec », dira-t-il. Et de souligner que les indicateurs montrent qu’il y a une réserve gigantesque dans la zone.
( cf : http://www.malijet.com/actualite_economique_du_mali/44150-kati-decouverte-d-un-important-gisement-de-gaz.html
http://www.afrik.com/article25745.html


3 François Hollande renoue ainsi indéniablement avec le passé colonial de la SFIO

La SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière),- ancêtre et matrice de l’actuel PS – qui, en 1956, alors qu’elle dirigeait le gouvernement dit de «  Front républicain » avait voté la loi dite « des pouvoirs spéciaux » qui déléguait les pouvoirs civils à l’armée en Algérie.
Ces pouvoirs spéciaux, votés avec le soutien de la droite et des députés communistes, allaient donner à l’armée – celle des paras du général Massu et du colonel Bigeard- un rôle considérable dans cette guerre génocidaire contre le peuple Algérien.
En effet, cette loi servira ainsi, en particulier dans la capitale, à justifier les arrestations massives, les exécutions sommaires, la systématisation de la torture, les disparitions, les viols. C’est cette même armée qui, en mai 1958,sera au centre des tous les complots algérois qui allaient entraîner – avec la prise du gouvernorat général, la création des comités de salut public – la chute de la IVème république et le retour aux affaires du général de Gaulle, retour adoubé par les dirigeants de La SFIO et particulièrement par son secrétaire général, Guy Mollet.
Il ne faut surtout pas oublier que pendant les trois premières années de la guerre d’Algérie 1954-1957, François Mitterrand, futur secrétaire général du PS et futur président de la République, est tour à tour ministre de l’Intérieur puis ministre de la Justice. Il est l’un des personnages de premier plan des gouvernements de la IVeme République qui appliquent en Algérie une politique particulièrement répressive. Celui qui fut Garde des Sceaux entre 1956 et 1957, au sein du gouvernement socialiste de Guy Mollet, laissa guillotiner 45 moudjahidinne Algériens en s’opposant à 80% des recours en grâce
François Mitterrand dira « L’Algérie, c’est la France. Et la France ne reconnaîtra pas chez elle d’autre autorité que la sienne.

Mais au colonialisme français, on peut répondre : les algériens n’ont jamais demandé que la France occuper leur pays, sachant que le colonialisme français a spolié les meilleures terres, établi un apartheid : les arabes n’avaient pas les mêmes droits que les autres habitants de l’Algérie. En effet , les musulmans étaient de naissance sujet de la France, ils n’en n’ étaient pas citoyens, pour le devenir ils devaient trahir leur religion !!!! – aux musulmans les terres pauvres, aux colons les beaux domaines, sachant que les indigènes aux yeux des colons étaient fait pour les taches les plus serviles et ne comprenant que la manière forte !!!

CONCLUSION

C’est trop facile le chantage au terrorisme que fait le gouvernement français. Ce terrorisme islamiste dont tout le monde sait qui le finance et qui le soutient.

Ainsi la France fait la guerre aux djihadistes au Mali, au même moment en Syrie, elle leur fournit une aide logistique et un soutien diplomatique en partenariat avec les pétro-monarchies du Golfe et des USA.
Mais tout ceci a un point commun : le GAZ, car la Syrie comme le Mali ont d’énormes réserves de gaz.
La gauche anti-impérialiste doit de nouveau affirmer sa solidarité avec les peuples contre le colonialisme.


Nombre de lectures: 300 Views
Embed This