DzActiviste.info Publié le mar 19 Fév 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-02-19 19:51:00

Partager

L’INFERNAL ARMEMENT SECTAIRE 
 
 
 

par M. Saadoune

De l’Irak au Pakistan, des attaques meurtrières contre les chiites viennent confirmer que le monde arabo-islamique est travaillé par le démon du sectarisme. Le même réarmement du clivage confessionnel s’est opéré en Syrie tandis qu’à Bahreïn, la majorité chiite continue d’être brimée dans un silence hypocrite général. La maladie du sectarisme dispose, hélas, d’un grand potentiel au Liban et en Egypte.

Il y a une trentaine d’années encore, hormis quelques problèmes localisés, les peuples musulmans ne faisaient pas vraiment attention à la différence entre chiite et sunnite. Les gens n’ignoraient pas les différences mais n’en faisaient pas des éléments de clivage. Cela tient probablement au fait que les establishments religieux étaient en général mobilisés par les régimes contre le «communisme» et la gauche en général. Si pour la construction de l’ennemi en Occident le musulman-islamiste a remplacé le bolchevik, dans le monde arabe les potentats en majorité sunnites ont depuis une vingtaine d’années mené une politique agressive pour faire du «chiite» l’ennemi principal. Et par extension, au plan politique, l’Iran est devenu un «ennemi» beaucoup plus dangereux qu’Israël. Peu importe le fait que l’Iran n’a jamais fait une guerre contre un autre pays et qu’il a subi un conflit désastreux décidé par Saddam Hussein, avec le soutien des régimes du Golfe et des Occidentaux.

Les médias du Golfe ont, depuis le décollage de la chaîne MBC qui a fait par la suite des centaines de petits, insidieusement au début et par la suite ouvertement fait de l’anti-chiisme leur besogne quotidienne. Et une armée de religieux frustres n’attendait que cela pour fustiger des «hérétiques». Ce message est devenu plus violent au cours des dernières années après la résistance du Hezbollah à l’agression israélienne en juillet 2006. La popularité du Hezbollah dans le monde arabe a été insupportable pour les régimes et les establishments religieux, le discours des médias est devenu plus violent à l’égard d’un fantasmatique «ennemi perso-chiite». L’implosion de l’Irak en communautés en «défiance» pour ne pas dire en guerre et les grandes violences que subissent les chiites au Pakistan sont un effet de cette politique.

L’ENFERMEMENT DE LA SYRIE DANS LA GUERRE ET LE VERROUILLAGE DE LA VOIE POLITIQUE EST, EN PARTIE, L’EFFET DE CETTE LOGIQUE SECTAIRE QUI CHERCHE DESORMAIS A ELIMINER «L’AUTRE». ELLE A SI BIEN REUSSI QUE LE REGIME SYRIEN, AUX ABOIS, PEUT SE PREVALOIR DU SOUTIEN DE MINORITES QUI VOIENT DANS LES SALAFISTES UNE MENACE EXISTENTIELLE. C’EST UNE GUERRE DE DIVERSION QUE DES POLITICIENS PRONENT ET QUE DES RELIGIEUX OBSCURANTISTES SE CHARGENT DE DIFFUSER. AVEC L’ASSURANCE D’UN GRAND IMPACT DANS DES SOCIETES AFFECTEES PAR LA PAUVRETE, L’ABSENCE DE LIBERTES ET LA DEFAILLANCE DES ETATS. CELA A DEJA ETE SOULIGNE ICI, L’ISLAM EST PRIS EN OTAGE PAR LA LECTURE DOMINANTE IMPOSEE PAR LES RELIGIEUX SAOUDIENS QUI, GRACE A L’ARGENT DU ROYAUME, PARVIENNENT A FAIRE «AUTORITE» ET A IMPOSER UNE PRETENDUE NORME. LES MORTS DE BAGHDAD, DE QUETTA ET D’AILLEURS SONT LEUR ŒUVRE.


Nombre de lectures: 281 Views
Embed This