DzActiviste.info Publié le ven 22 Fév 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-02-22 21:04:00

Partager

Le général Toufik répond à H. Malti

 

 


 Sahraoui Mounir

Cher M. Malti,
Wesh ça va, labès? Apparemment tla3lek el guez, ce qui est un comble pour un expert en hydrocarbures ! J’ai bien reçu ta lettre ouverte que j’ai décachetée avec une grande appréhension. J’espère que tu as rédigé ton testament auparavant. Tu sais, on ne prend jamais assez de précautions quand on s’engage comme toi dans des aventures improvisées.
Je vais te répondre du mieux que je peux. D’abord tu prétends que dans la grosse affaire Sonatrach-2, la justice de l’Algérix n’a ouvert une enquête que suite à mon injonction. Faux ! Si tu avais connaissance de l’épisode Sonatrach-3 (en tournage) tu aurais pu t’éviter d’avancer une telle incongruité. En effet, notre justice n’a point besoin d’injonction, car je l’ai dressée de façon à ce qu’elle lise dans mes pensées, puis s’exécute d’elle-même sans que je lui fasse un dessin.
Dans ce cas précis, notre procureur sait que je cherche des poux dans la tête de Bouteflix. Il sait aussi que Mr Chakib est l’ami intime de Bouteflix. Dans les séances de dressage à la caserne de Béni Messous, les procureurs apprennent à saisir ma proie par la jugulaire, mais si elle s’échappe, ils se rabattent sur les amis de la proie, le plus intimes d’entre eux d’abord, et ainsi de suite…
Ensuite, tu me demandes si la justice va condamner pour corruption aggravée une longue liste de généraux, ministres, hommes de paille, ainsi que leurs corrupteurs chinois, français, canadiens, etc. As-tu lu notre Constitution ? Non ? C’est bien ce que je me disais…
Je vais donc te rappeler un principe cardinal de notre Constitution, à savoir la stricte séparation des pouvoirs. Moi, je suis le pouvoir exécutif, j’exécute, mais tu peux toujours demander la clémence. Le pouvoir législatif, lui, doit exécuter mes ordres, et le pouvoir judiciaire par contre, doit les deviner. Que va faire le procureur ? Je vais me laisser aller à une confidence ! Il va lire dans mes pensées ce qui suit : les généraux, on ne touche pas, c’est sacré, les ministres, on salit profusément mais sans plus, car c’est des binationaux, et je ne veux pas que leurs pays rallument la mèche du TPI, tandis que les étrangers, eh bien ils sont malheureusement déjà à l’étranger. Par contre, il y a bien dans Sonatrach des subalternes bouffeurs de miettes qui n’ont que le passeport de Zerhouni en poche, et ceux-là, je suis vraiment navré, mais il faut bien que quelqu’un paye… allez à l’attaque !
En guise de conclusion, tu t’insurges à propos de l’incompétence des rapaces dans notre jungle. Sur ce point, tu as raison, plutôt deux fois qu’une. En effet, dans Sonatrach-2, ils n’ont pu glaner que 200 millions sur un projet de 11 milliards, c.-à-d. 2%. Mais au moins ces pourcentages disqualifient les rumeurs sur les prétendus messieurs 5% ou 10%. C’est vrai, il nous reste des progrès à faire pour atteindre les taux de prélèvement obligatoires de nos amis russes ou kazakhs...
Mounir Sahraoui
21 février 2013


Nombre de lectures: 293 Views
Embed This