DzActiviste.info Publié le jeu 28 Fév 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-02-28 22:12:00

Partager

François Hollande et Abdelaziz Bouteflika coresponsables du nouveau terrorisme au Mali

 

 

dfgsdgdf
dffhfLes populations touarègues et arabes du nord du Mali tombent de Charybde en Scylla. Après le règne des obscurantistes «islamistes», voici venu le temps de la terreur des soldats maliens. Ils doivent ce «bonheur» à la douce France et à la courtoisie et à la précieuse assistance du président Bouteflika, surnommé Abdelkader El Mali pendant la guerre de libération nationale. Amorcée sous un déluge de feu, transité par l’Algérie et ayant causé des dizaines de morts, l’opération Serval a fait plus de victimes que le terrorisme qu’il prétend combattre.
Malgré le huis clos imposé par les nouveaux maîtres du nord Mali, des bribes de nouvelles terrifiantes ont pu arriver à l’opinion publique mondiale. Les nouvelles font état de la poursuite des représailles de l’armée malienne contre les populations touareg et arabes qui se font sous le regard de l’armée française. Aux victimes de l’armée française s’ajoute une longue liste de victimes des supplétifs maliens. Des exécutions sommaires, des disparitions et des tortures, des pillages, des lynchages…, ont été rapportées par la presse française et par les ONG internationales. L’appel du ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, lancé aux cadres de l’armée malienne, de prendre des mesures contre les exactions commises par leurs troupes n’a pas été entendu. Sur le terrain, rien n’a changé. Sous la protection des troupes tricolores, des hordes barbares de militaires maliens s’emparent des villes et villages du Nord malien et se livrent à une vengeance sanglante. Ils pourchassent les hommes suspectés de sympathie avec les islamistes et les exécutent sans autre forme de procès. Ils jettent les corps dans des puits ou les font ensabler dans la périphérie des villages.
La France n’est pas étrangère à ces crimes contre l’humanité. Involontairement, Alexandra Renard (sur l’image), une journaliste du « Grand reporter », a jeté un pavé dans la mare. Elle a révélé à France24 que lorsqu’ils sont alertés, les soldats français n’interviennent pas au moment où des exactions se produisent. Ils considèrent que ce sont des affaires maliennes et qu’ils n’ont pas à s’y immiscer. Étrange attitude de l’armée française qui occupe un territoire pour sauver des habitants du terrorisme et les livre, poings et mains liées, à une autre terreur. Le dérisoire appel à la retenue de Jean-Yves Le Drian semble être lancé pour faire bonne figure devant l’opinion publique. En la réalité, les faits montrent que le ministre de la Défense français se soucie du tiers comme du quart de la sécurité des habitants qu’il prétend être venu les défendre. La France ne retient pas visiblement les leçons de sa propre histoire, elle est en train de commettre les mêmes turpitudes qu’elle a commises au Rwanda en 1994. Sans doute, à l’époque, quand elle avait la possibilité d’empêcher le génocide rwandais — un million de victimes —, avait-elle considéré, exactement comme elle le fait aujourd’hui, que les tensions interethniques étaient une affaire intérieure du pays dans lequel son armée était présente.
Tous ces drames concernent les Algériens et les accablent. En ouvrant l’espace aérien à l’armée française, leur président, Abdelaziz Bouteflika, a sali l’honneur de leur pays. Il ne nous le pardonneront pas avant longtemps. Les populations du nord Mali tiendront l’Algérie coresponsable des crimes contre l’humanité qui ont été commis par la France et par l’armée malienne. Avec sa compromission au Mali, le président Bouteflika a bouclé la boucle, l’Algérie est complètement isolée dans sa propre région. Il ne sera pas celui qui construira des relations solides avec les pays de la région et ne sera pas celui qui participera à l’émergence d’un bloc économique solide. Quand il quittera la présidence, il laissera pour l’Algérie un lourd fardeau politique et un contexte géopolitique le plus sombre qu’a connu l’Algérie. Tous les peuples de la région nous haïssent pour une raison ou autre.
 

région nsent pour une raison ou une


Nombre de lectures: 280 Views
Embed This