DzActiviste.info Publié le dim 24 Mar 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-03-24 10:15:00

Partager
Colonialisme Juif Sioniste

Conseil De Guerre Obama Netanyahou Pour Peaufiner Les Prochaines Guerres Au Moyen Orient. 

 

 

 

Les chefs d’état major israéliens et américains se sont déjà rencontrés à plusieurs reprises au tour des dirigeants reconduits dans leurs fonctions, Obama II et Netanyahou II, de mettre au point les derniers détails politiques et militaires des prochaines guerres au Moyen Orient : Syrie, Liban, Iran avec un probable embrasement mondial si la Russie et la Chine n’interviennent pas de façon musclée c’est à dire par des actes et non des paroles dans ce climat de Nouvelle Guerre Froide élargie à l’Asie et qui ne dit pas son nom.



Conseil De Guerre Obama Netanyahou Pour Peaufiner Les Prochaines Guerres Au Moyen Orient.


Une décennie après la guerre d’Irak les US et leur principal allié armé jusqu’aux dents dans la région le régime sioniste se préparent à récidiver pour embraser tout le Moyen Orient. Israël et ses agents d’influence – liste bien documentée – dans les institutions et médias américains avaient fomentés la guerre d’Irak contre Saddam Hussein dont le régime constituait une menace directe non pas pour Washington ni même pour les intérêts américains dans la région mais une menace à l’hégémonie militaire et politique sioniste au Moyen Orient.

Désormais c’est l’Iran qui est considéré par les dirigeants sionistes comme l’Ennemi N°1 pour les mêmes raisons : obstacle à l’hégémonie de la dictature militaire messianique juive sioniste raciste au Moyen Orient.

Mais la route guerrière de Téhéran passe par Damas et Beyrouth. Sont considérés comme militairement dangereuses la Syrie gouvernée par le président Bashar Al Assad qui n’a jamais renié ses engagements de soutien à la Résistance au régime colonial juif sioniste raciste impliquant directement son pays la Syrie dans l’aide militaire aux mouvements de résistance palestiniens ( Hamas djihad Islamique), et la Résistance libanaise du Hezbollah et de ses alliés. La Syrie et le peuple syrien en paient actuellement le prix la chute de Bashar Al Assad est un ordre émanant directement de Tel Aviv.

La guerre de 2006 menée contre le Liban par Israël a montré les dégâts que l’aide militaire apportée à la fois par la Syrie et l’Iran à la Résistance libanaise pouvaient faire à l’intérieur même de la partie de la Palestine occupée par l’entité sioniste.

L’automne dernier, l’armée israélienne a bombardé la Bande de Gaza mais les résistants palestiniens de Gaza ont répliqué en lançant roquettes et missiles atteignant Tel Aviv. Malgré les fanfaronnades du régime sioniste sur la protection de son territoire par le Dôme D’acier ( Iron Dôme) ce dernier selon des experts n’a détruit que trés peu de ces missiles. Obama doit d’ailleurs inspecter ces installations de missiles anti missiles lors de sa visite dans le but de justifier une généreuse aide militaire à Israël pour les renforcer et ce malgré les restrictions budgétaires incluses celles touchant le Pentagone.

Depuis sa défaite au Liban en 2006 l’armée israélienne cherche également à restaurer ses capacités de dissuasion dans la région.

La guerre internationale menée en Syrie contre le gouvernement légitime du président Bashar Al Assad par des mercenaires à la solde des US/OTAN Israël Qatar et Arabie Saoudite regroupés sous les bannières de l’ASL, al Nusra al Qaeda et consorts dure en fait plus longtemps que tous ces va-t-en guerre avaient prévu.

Tel Aviv Washington Paris Londres Istanbul… malgré l’envoi de forces spéciales infiltrées en territoire syrien pour apporter une aide logistique aux mercenaires dans leurs attaques contre l’armée nationale syrienne, malgré l’entraînement en Turquie en Jordanie au Liban de ces milliers de mercenaires financés par les pétro dollars du Qatar et de l’Arabie Saoudite, n’ont pas réussi à chasser Bashar Al Assad pour le remplacer par un pantin « Made in CIA ».

Reste l’option militaire unilatérale contre la Syrie sans aval du CSONU ou le veto russe et chinois interdisent toute « guerre humanitaire à la libyenne  » en Syrie.

La rencontre Obama Netanyahou Jeudi doit régler les détails de cette intervention militaire.

Selon les médias israéliens, Netanyahou devrait demander à Obama de mener des attaques aériennes contre la Syrie s’il y a des preuves – fabriquées par le Mossad et le renseignement militaire israélien – que le gouvernement de Bashar Al Assad transfère des missiles ou des armes chimiques au Hezbollah. A défaut d’obtenir d’Obama que l’armée de l’air US attaque la Syrie – des informations circulent actuellement dans les médias faisant état de possibles frappes de drones américains/CIA à l’intérieur de la Syrie pour soit disant éliminer des islamistes – Netanyahou compte obtenir le feu vert d’Obama pour que l’armée de l’air israélienne puisse lancer des « attaques préventives » contre de soit disant transferts d’armement de la Syrie au Hezbollah. Netanyahou est prêt à provoquer des incidents frontaliers voire plus avec le Hezbollah.

Mais à défaut d’attaquer la Syrie pour le moment – attaque qui risque de ne pas être appréciée à Moscou qui renforce sa présence militaire maritime dans l’Est de la Méditerranée – Netanyahou pourrait lancer une nouvelle guerre contre le Liban en espérant que les mercenaires de la branche al Nusra al Qaeda infiltrés au Nord du Liban dans la région de Tripoli lui servent de supplétifs pour attaquer le Hezbollah dans le dos.

Cependant le sujet central du Conseil de Guerre Obama Netanyahou sera la prochaine guerre contre l’Iran.

Selon le quotidien israélien Haaretz, « Obama traverse un processus de maturation concernant la possibilité que les efforts diplomatiques vis à vis de l’Iran échouent et qu’il soit obligé de donner l’ordre d’attaquer les installations nucléaires iraniennes ».

Toujours selon le Haaretz :  » les hautes instances militaires US sont également touchées par ce même processus ».

Autrement dit selon le Haaretz, Obama et les dirigeants du Pentagone sont entrain de se rallier à la position de Netanyahou à savoir que les sanctions économiques sont inefficaces et qu’il faut attaquer l’Iran.

Ce n’est pas un hasard si la première visite à l’étranger d’Obama II est réservée à Netanyahou qu’il est supposé détester (version Hollywoodienne de leurs relations « tendues »).

Obama réaffirme ainsi clairement au monde entier la coopération étroite indéfectible US Israël pour continuer d’imposer leur hégémonie au Moyen Orient par des « guerres sans fin ».

Netanyahou II quant à lui s’est donné les moyens politiques d’attaquer ses voisins la Syrie et ou le Liban voire même l’Iran. Il vient de former un cabinet de sécurité restreint comprenant seulement 7 ministres au lieu des 15 dans l’ancienne administration. Font partie de ce cabinet de sécurité – de guerre – restreint le ministre de la défense Moshe Yaalon un faucon, le ministre des Finances Yair Lapid, la ministre de la Justice une ancienne du Mossad, Tzipi Livni, le ministre de l’économie et des finances Naftali Bennett , un ancien des unités d’élite à la tête du parti d’extrême droite  » Maison Juive » le parti des colons, le ministre de la défense civile Gilad Erdan et le ministre de la sécurité intérieure, Yitzhak Aharonovitch.

Netanyahou béneficie au moins de la majorité c’est à dire du soutien inconditionnel de 3 de ces ministres : Yaalon, Erdan, Aharonovitch plus son vote. Les autres pourraient également se rallier à son dictat. Par conséquent une décision d’attaquer la Syrie, le Liban, l’Iran compte tenue de la composition de ce mini cabinet de sécurité sera trés rapide sans opposition ferme et permettra de faire jouer l’élément de surprise nécessaire à toute attaque réussie de l’armée israélienne. Pendant l’administration Netanyahou I ce dernier avait décidé avec son ex ministre de la défense, Ehud Barak, d’attaquer l’Iran mais n’avait pu obtenir la majorité de l’ancien cabinet de sécurité. Netanyahou a donc cette fois pris ses précautions pour ne pas avoir à essuyer un nouveau refus.

Netanyahou a une position extrémiste messianique quant au destin de l’entité juive sioniste au Moyen Orient. Il est prêt à mettre toute la région et bien au delà à feu et à sang pour réaliser « sa vision ».

Obama II – tout comme Obama I – n’a pas l’envergure politique nécessaire – surtout qu’aux US la « vision messianique apocalyptique » de Netanyahou bénéficie de nombreux soutiens à la fois Juifs sionistes et Chrétiens sionistes – pour s’opposer à Netanyahou.

Les seuls actuellement à pouvoir éteindre l’incendie qui ravage déjà une partie du Moyen Orient en l’occurrence la Syrie, sont la Russie et la Chine, surtout la Russie (mais la Chine peut l’épauler).

Les condamnations verbales ne suffisent plus Il faut une démonstration de force maintenant pour faire comprendre à l’entité juive sioniste et à son parrain américain que le Moyen Orient n’est plus leur pré carré et surtout que l’unilatéralisme hégémonique US/Sionisme dans cette région appartient au passé.

Dans cette Nouvelle Guerre Froide élargie à l’Asie et qui ne dit pas son nom à chacun de se positionner fermement de redéfinir ses zones d’influence sans complexe. Les alliances se jouent sur des rapports de force inclus militaires et pas seulement économiques.


Mardi 19 Mars 2013
Mireille Delamarre


Nombre de lectures: 275 Views
Embed This