DzActiviste.info Publié le mer 3 Avr 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-04-03 15:19:00

Partager

La désinformation des rejetons de criminels contre l’Humanité dans toute sa laideur : Salah-Eddine SIDHOUM actionnaire d’Al Magharibiya et exilé en Europe depuis plus de 15 ans !!!

 

 

Hyène au pouvoirLa chaîne intégriste Al Magharibia s’est éteinte : le FIS perd son outil de propagande
Algérie patriotique2. AVRIL 2013 – 13:17
http://www.algeriepatriotique.com
Un outil de mensonge en moins. D. R.
La chaîne de télévision satellitaire algérienne à capitaux qataris, lancée en 2011 par le fils aîné de Abassi Madani, a cessé de diffuser depuis trois jours, à cause d’une accumulation de problèmes exacerbés par un conflit entre les principaux actionnaires, apprend-on de source informée. On croit savoir que l’objet du conflit, qui a fini par paralyser ce canal de propagande diffusant à partir de Londres, serait lié à des divergences sur la ligne politique de la chaîne. Selon nos sources, un de ces actionnaires, anonymes pour la plupart, l’Algérien Salah-Eddine Sidhoum, médecin et ancien partisan du FIS installé en Europe depuis plus de 15 ans, aurait étalé ses désaccords avec les autres actionnaires, dont Oussama Madani, sur la gestion de la chaîne, ainsi que sur sa ligne éditoriale, en plus des litiges d’ordre financier. Autre problème soulevé qui peut être à l’origine de cette situation : le non-respect par la direction de la chaîne du cahier des charges auquel elle est soumise, pendant que d’autres sources avancent que ce serait à cause de non-paiement des frais de transmission sur satellite. Quoi qu’il en soit, le conseil d’administration d’Al Magharibia a trouvé la parade, pour annoncer, dans un communiqué, que la chaîne subirait des pressions politiques, sans en donner d’autres précisions, et promet qu’elle reprendrait sa diffusion «dans les prochains jours». Une chose dont les journalistes et animateurs de la chaîne doutent fort. A noter que ce n’est pas la première fois qu’Al Magharibia interrompt sa diffusion à cause des problèmes de gestion. En deux ans d’existence, cette chaîne s’est fait connaître auprès du public algérien par sa propagande subversive reprenant tous les mots d’ordre du parti dissous et de ses démembrements terroristes. Tous ses programmes et débats à sens unique sont consacrés à attiser le feu en Algérie, amplifiant le moindre soubresaut de la contestation sociale dans le pays, pour le décrire comme «première étincelle d’un printemps arabe en gestation», tel que souhaité par ses parrains du Qatar. Ses invités, recrutés parmi les affidés du FIS, et les Larbi Zitout, Karim Moulai, Mourad Dhina se relaient chaque semaine pour débiter un discours qui, sous couvert d’opposition radicale au pouvoir, s’échine à «formater» une opinion algérienne réceptive au plan de déstabilisation du monde arabe, en vain. Sans doute est-ce cela la raison principale de cette interruption et du problème de «ligne politique» évoqué par nos sources.
R. Mahmoudi
___________________________________________________________________________________
 Rédaction LQA dit :
 

Droit de Réponse au sieur R. Mahmoudi et aux responsables du « journal » électronique « Algérie Patriotique ».
Des compatriotes viennent d’attirer mon attention sur un « article » publié sur votre « journal » électronique « Algérie patriotique » du 02 avril 2013 http://www.algeriepatriotique.com/article/la-chaine-integriste-al-magharibia-sest-eteinte-le-fis-perd-son-outil-de-propagande
J’ai été sidéré à la lecture du texte, par cette odieuse désinformation concernant ma modeste personne et les accusations portées contre moi, relevant de la diffamation et de la déclaration calomnieuse.
Je tiens à préciser à vos « informateurs » que je réside dans ma chère patrie l’Algérie, depuis juin 1948, date de ma naissance et à ce jour et que je ne quitterais jamais cette terre natale pour la laisser aux hyènes venus des frontières en 62, aux sous-officiers de l’armée coloniale, en service commandé et à leurs rejetons. Les voyous de la police politique qui nous surveillent quotidiennement et qui ont distillé cette crasseuse information savent très bien que j’ai toujours vécu et que je continue à vivre sur ma terre algérienne et que je ne l’ai jamais quittée en dehors des voyages pour assister à des Congrès de chirurgie ou à l’invitation d’ONG des droits de l’homme. Je ne l’ai pas quittée durant les années de sang et de larmes quand les sbires des sous-officiers de l’armée coloniales devenus « Arbabs Al Djazair » et leurs escadrons de la mort sont venus un certain 18 décembre 95 pour tenter de m’assassiner à mon domicile. Et ce n’est pas aujourd’hui que je la quitterais pour la laisser aux petits-fils de goumiers, devenus milliardaires grâce aux crimes contre l’Humanité commis par leurs grands-parents et parents.
Mes étudiants de la faculté de médecine, mes confrères dignes, mes patients, mes voisins, mes ami(e)s, sont là pour témoigner de mon « exil » de « plus de 15 ans ». Et les « services » aussi.

Pour ce qui est de l’autre ignoble mensonge, concernant le fait que je sois actionnaire à la chaîne satellitaire Al Magharibiya, je laisse le soin au conseil d’administration de cette TV de démentir cette ineptie grotesque.
Quant à mon « appartenance » au FIS, là aussi, je laisse le soin aux responsables encore en vie de ce parti populaire, d’affirmer ou d’infirmer votre « information ». Et là aussi, vos « informateurs » des officines connaissent très bien la réponse.
Par contre, oui, je me suis opposé fermement au Coup d’Etat de janvier 92 contre la volonté populaire qui avait légitimé les trois fronts (FIS, FFS et FLN) pour gouverner l’Algérie du changement.
Oui, j’ai dénoncé les atteintes gravissimes aux Droits de l’homme à l’encontre des militants et sympathisants du FIS. Oui, j’avais adressé plus de 15 000 dossiers colligés de disparitions forcées, de tortures et d’exécutions sommaires à l’ONU et aux ONG internationales. Tous ces dossiers avec les noms des victimes et des tortionnaires sont soigneusement rangés dans les coffres de deux avocats internationaux en Europe à toutes fins utiles. Comme j’avais dénoncé en avril 80 la sauvage répression contre les berbéristes, en 85, la torture contre les militants benbellistes du MDA, et en octobre 88, la répression contre les communistes du pags. Je n’ai jamais été un adepte de l’indignation sélective. La dignité humaine est Une et indivisible.

Je ne me suis jamais tu devant les dérives des imposteurs au pouvoir depuis 62, de leur sinistre police politique et de leurs chaouchs de l’armée coloniale, devenus par un malheureux accident de l’Histoire, les « décideurs » (éphémères) de notre Algérie. Ce n’est pas aujourd’hui que je permettrais à des individus de toucher à ma dignité et de distiller de grossiers mensonges sur ma modeste personne.
Que ce démenti soit publié ou non par votre « journal » électronique, sachez qu’une plainte sera déposée dans les 48 heures, conformément à la loi, pour diffamation et déclaration calomnieuse. Je vous donne ainsi rendez-vous -ainsi qu’à vos « informateurs » et sinistres commanditaires à la conscience troublée – au tribunal d’Alger.

Salah-Eddine SIDHOUM
Alger le 02 avril 2013

Démenti adressé aux responsables du site « Algérie Patriotique ( contact@algeriepatriotique.com) le mardi 02 avril 2013 à 18h 36
Copie jointe à la plainte du Collectif d’avocats.


Nombre de lectures: 340 Views
Embed This