DzActiviste.info Publié le mar 7 Mai 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-05-07 08:51:00

Partager
Del Ponte, le grain de sable dans le plan américano-occidental 
 
 
 

par Kharroubi Habib

De l’armement chimique a été utilisé en Syrie.
Mais pas par les partisans du régime comme cela a été prétendu par Londres et des ONG totalement acquises à la cause de la rébellion. Carla del Ponte, l’ex-procureur auprès de la Cour pénale internationale, a catégoriquement accusé cette rébellion d’en avoir été l’utilisatrice. Cette dame ne peut être soupçonnée de rouler pour le régime de Damas contre lequel elle participe aux enquêtes internationales visant à établir qu’il est coupable de crimes de guerre et contre l’humanité. Sont par conséquent irrecevables les allégations qui ne manqueront pas de dénigrer la conclusion qu’elle a rendue publique.

L’Amérique et les Occidentaux ont signifié avec forte fermeté que l’utilisation d’armes chimiques dans le conflit syrien constitue une «ligne rouge» dont ils n’accepteront pas le franchissement. Carla del Ponte leur a apporté la preuve que ce franchissement s’est opéré et par la rébellion qu’ils arment et financent. Qu’elle va être alors leur attitude à l’égard de celle-ci ? Mettront-ils à exécution la menace de «réviser» leur position, qu’ils ont brandie quand il est apparu que des gaz chimiques ont été effectivement employés en Syrie, ou vont-ils considérer qu’il n’y a pas en l’occurrence crime contre l’humanité du moment que ce n’est pas le régime syrien qui y a eu recours ?

L’accusation proférée par Carla del Ponte est venue démonter le montage des ennemis étrangers du régime syrien visant à légitimer une intervention militaire internationale contre lui au prétexte qu’il aurait usé d’armes chimiques contre sa population. Leurs fausses allégations à charge contre celui-ci ont certes mystifié une partie de l’opinion internationale encline à penser à juste titre que sa nature barbare ne le ferait pas reculer sur l’emploi d’armes chimiques. Il est désormais avéré que la rébellion en Syrie est aussi barbare que le régime qu’elle combat. Que l’on cesse donc de la présenter comme se battant pour la défense du peuple syrien avec des moyens et des méthodes que ne peut réprouver la morale

Bachar El-Assad et son régime ont définitivement perdu tout crédit et légitimité par les atrocités qu’ils commettent en tentant d’étouffer la rébellion qui le combat. Mais il faut arrêter de nous vendre cette rébellion comme l’alternative à ce régime d’autant qu’en plus de commettre comme lui des crimes de guerre et contre l’humanité elle travaille pour la réalisation en Syrie et dans le monde arabe d’un agenda géopolitique conçu par les stratèges de l’Occident et d’Israël et dans lequel les intérêts des peuples syrien et de la région sont totalement ignorés. En tout cas, pour ces peuples, la confirmation que la rébellion syrienne n’hésite pas à gazer son peuple et l’intervention d’Israël dans le conflit syrien dissipent l’espoir qu’ils ont eu en ce «printemps arabe» qu’on leur a présenté comme allant leur apporter liberté, démocratie et progrès.


Nombre de lectures: 278 Views
Embed This