DzActiviste.info Publié le ven 28 Juin 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-06-28 18:24:00

Partager

Terrorisme En Syrie : Les Vrais Commanditaires

« … Le soutien et l’armement à la soit disante opposition syrienne détourne l’attention de la menace posée par Israël et son agenda expansioniste en faisant de l’ennemi un ennemi interne afin d’affaiblir l’état… Le chaos dont nous sommes témoins en Syrie actuellement était en préparation depuis des années avec l’aide et le soutien des agents d’influence israéliens pour appliquer l’agenda d’Israël – l’expansion et le contrôle des ressources régionales en eau tout en affaiblissant ses adversaires… »



Terrorisme En Syrie : Les Vrais Commanditaires


Dans son discours extrêmement rude et direct devant le parlement irlandais, Clare Daly (député Dublin Nord) a qualifié Obama de « criminel de guerre » et « d’hypocrite du siècle ».

Bien que Daly ait certainement raison de reprocher à Obama sa politique criminelle dont l’aide aux terroristes en Syrie cela vaut la peine de faire remarquer qu’Obama n’est qu’un simple instrument consentent ( dans le conflit syrien) ses commanditaires leurs motivations et les politiques menées méritent qu’on les scrute plus amplement et qu’on les expose.

Le soutien et l’armement à la soit disante opposition syrienne détourne l’attention de la menace posée par Israël et son agenda expansionniste en faisant de l’ennemi un ennemi interne afin d’affaiblir l’état. Comme l’a dit l’ancien chef des renseignements israéliens, Amos Yadlin, devant le public du Forum sur la Politique d’Israël en Février 2013 :  » et cette armée ( l’armée syrienne ) qui est un énorme menace pour Israël est actuellement aussi entrain de s’affaiblir et d’une certaine façon de se désintégrer ( discours avant la victoire de Qusayr et + ndlt). Nous courons néanmoins le risque de la part de la Syrie – un risque d’être un pays d’Al Qaeda, un pays du type Somalie- mais du point de vue militaire ces deux possibilités sont moins dangereuses que l’armée régulière syrienne. »

Entretenir des adversaires pour qu’ils se tuent entre eux est une tactique qui a fait ses preuves dans le temps – celle qui a été utilisée pendant la guerre sanglante Irak Iran de 8 ans, une guerre qui selon Leon Wieseltier était faite pour détourner l’attention alors que les bottes israéliennes étaient au Sud Liban. Dans cette guerre, les US ont fourni des armes et des renseignements aux deux adversaires. Quand on a demandé quelle était la logique d’aide aux deux camps dans cette guerre sanglante, un ancien responsable a répondu « Vous auriez du être là bas ».

Mais pourquoi la Syrie ?

Le besoin d’eau

Le premier objectif de la direction sioniste c’était de contrôler et sécuriser les ressources en eau de la région. Lors de la Conférence de Paris de 1919, Haim Weizmann a déclaré que « c’est d’une importance vitale non seulement de sécuriser toutes les ressources en eau alimentant le pays mais aussi de les contrôler à leurs sources »– et le développement de ces ressources en eau est devenu l’objectif premier du « Yishuv » – colonisation – dans son ensemble. Cette politique est restée en place. Comme l’a dit le premier ministre israélien Levi Eshkol, l’eau est « le sang circulant dans les artères de la nation ».

Comme déclaré auparavant, le chaos dont nous sommes témoins en Syrie actuellement était en préparation depuis des années avec l’aide et le soutien des agents d’influence israéliens pour appliquer l’agenda d’Israël – l’expansion et le contrôle des ressources régionales en eau tout en affaiblissant ses adversaires.

Israël a affronté l’une de ses pires sécheresses en 1990-1991. Une deuxième sécheresse sévère l’a obligé à se tourner vers la Turquie riche en eau. La Turquie et Israël ont engagé des négociations sérieuses dés le début de Mai 2000 pour importer 50 milliards de M3 d’eau potable de Turquie utilisant des navires tankers mais l’utilisation de ces derniers n’était pas rentable pour le transport de l’eau. Des plans alternatifs ont été envisagés.

En Septembre 2000 la même année ou le jeune Bashar al Assad a succédé à son père comme président de la Syrie, un document de stratégie intitulé  » The Geopolitics of Water «  présenté par l’IASOS ( Institute for Advanced Strategic and Political Studies ) a émis l’avis que  » comme les propositions étendues de planification d’eau nécessiteront d’établir des aqueducs et des terminaux traversant les frontières une structure politique et militaire qui peut assurer la sécurité des moyens de transport sera une pré requis pour le partage efficace de l’eau… Mais un système régional efficace exigerait une coopération politico militaire contre la Syrie »

Mais cela peut-il se faire ?

Les agents d’influence israéliens à la rescousse

Le magnat des médias Haim Saban s’est impliqué dans la politique au milieu des années 90 avec pour objectif le soutien Israël. Lors d’une conférence en Israël Saban a décrit sa méthode pour influencer la politique américaine :

 » faites des dons aux partis politiques créer des thinks tanks et contrôler les médias »

(Saban a écrit un article d’opinion dans le New York times en soutien à la candidature du président sortant Obama en 2012)

Pas surprenant donc qu’en 2003 Saban se soit engagé à verser 13 millions de $ pour créer une organisation au sein de la Brookings Institution appelé le Saban Center for Middle East Policy (Centre Saban sur la Politique au Moyen Orient). Le Centre Saban a joué un rôle important pour faire émerger l’opposition syrienne ( comme il l’a fait en en alimentant l’agitation post électorale en Iran en 2009 par la publication de son document intitulé « Which Path to Persia ? Options for a New American Strategy Towards Iran  » (Quelle voix pour la Perse ? Options pour une Nouvelle Strategie Américaine à l’égard de l’Iran).

En 2006 le Time Magazine a révélé que les US avaient activé, financé et soutenu l' »opposition » en Syrie. Selon ce Magazine les US soutenaient des réunions régulières d’activistes de la diaspora et de l’intérieur en Europe. L’article exprimait sans détour l’espoir que « ces réunions faciliteront une stratégie plus cohérente et un plan d’actions pour tous les activistes anti Assad ».

C’est important de mentionner ici que le soutien de l’Amerique pour la soit disante « opposition » qui inclue des criminels, des terroristes, et des combattants étrangers pour effectuer un changement de régime corrobore l’hypocrisie totale de l’Amerique.Selon le chapitre 18 paragraphe 2385 de l’USC (Constitution des US) encourager le renversement du gouvernement ( Loi Cornell)  » organiser ou aider ou tenter d’organiser toute société tout groupe ou assemblée de personnes qui professe ou encourage le renversement ou la destruction du gouvernement des US ou le gouvernement d’une quelconque subdivision par la force et la violence «  encourt des conséquences sérieuses dont des amendes et des peines de prison pouvant aller jusqu’à 20 ans.

Ce qui est le plus révélateur sur l’article mentionné ci dessus du Time Magazine de 2006 c’est que les efforts de l’Amérique pour aider l’opposition et affaiblir Assad ont été menés via une Fondation dirigée par Ahmad Abdulhamid un membre d’un groupe de l’opposition syrienne basé à Washington connue sous le nom de NSF (National Salvation Front). Abdulhamid a été (2004-2006) invité du Centre Saban avant d’intégrer l’organisation néo con National Defense of Democraties. (NDD).

Quand en 2008 l’agent d’influence d’Israël, Dennis Ross, a rencontré l »opposition » pour discuter de ‘ » la transition en Syrie », l’invité du Saban, Abdulhamid était présent. En Février 2009 Dennis Ross a rejoint l’équipe de l’Administration Obama. En Avril 2009 la TV Baraada à Londres financée par les US a commencé sa propagande anti Assad en Syrie (l’épicentre du soulèvement a été une émission de Barraada sur la distribution de l’eau). Le responsable des programmes de Baraada TV, Malik al-Abdeh, est cofondateur du groupe syrien en exil le Mouvement for Justice and Development dirigé par Anas al-Abdah qui a participé à la réunion de Dennis Ross en 2008.

Ce n’est pas une surprise que John Mc Cain qui a été membre du CLI (Committee for the Liberation of Irak – Comité pour la Liberation de l’Irak) formé pour provoquer la chute de Saddam Hussein en Irak, et un fervent partisan de l’intervention en Libye , de l’opposition à Moubarak, du bombardement de l’Iran, ect… a rendu visite (via la Turquie) à l' »opposition » syrienne pour encourager encore plus de bain de sang. Et comme prévu, il a fait son rapport -non pas à la Maison Blanche – mais au Centre Saban.

Peut après ce rapport au Centre Saban la Maison Blanche a mis en doute le rapport de l’ONU ( sur les armes chimiques ndlt) et a affirmé que la Syrie avait « franchi la ligne rouge » et utilisé des armes chimiques.

Ce n’est pas le but de cet article d’énumérer la pléthore d’autres individus, de thinks tanks, de forums, et magnats des medias qui ont institutionnalisé les politiques d’Israël et l’ont promu comme « intérêts de l’Amérique » ; ils sont trop nombreux pour les mentionner ici. Cependant un autre supporter d’Israël connu doit être nommé.

Le facteur évangéliste

Tandis que différents groupes à Washington perpétuent et soutiennent les politiques expansionnistes et agressives d’Israël – au détriment des intérêts américains – aucun n’a le zèle du groupe des Evangélistes qui soutient Israël à mort. Selon leur vision une période de tumulte s’approche mais les croyants seront « raptured » ( emportés ) avant que cela ne commence. La période de tribulation culminera par la bataille d’Armaggedon dans une vallée au Nord Ouest de Jerusalem.

La proche collaboration entre les Evangelistes américains et Israël a été un objectif clair des politiciens israéliens spécialement ceux du parti Likud. Selon Rabbi Marc Tanenbaum,d’AJC « la communauté évangeliste est le bloc pro juif dans ce pays le plus important et qui se développe le plus vite » Israël et les organisations juives continuent de dépendre du soutien des Evangélistes pour justifier l’occupation de la terre arabe par Israël même si le zéle des Chrétiens sionistes pour évangéliser les Juifs restent un point de friction.

Par exemple dés les premiers jours de l’invasion du Liban en Juin 1982 ( avec le feu vert de Reagan) des pages entières d’encarts publicitaires ont été publiés dans les principaux journaux réclamant le soutien des Evangelistes pour l’invasion. en 1998 alors que Benjamin Netayahou était en visite à Washington il a rencontré Jerry Falwell et un grand nombre de Chrétiens fondamentalistes avant de rencontrer le président Clinton. De même tout récemment en Avril 2013 Pat Robertson a mis en garde contre un accord de paix entre Israël et la Palestine disant qu’il provoquerait une punition pour l’Amerique.

On a dit que des fonds récoltés en Amérique par des Chrétiens d’extrême droite financent des colonies en Cisjordanie. Le maire d’Ariel en Cisjordanie a estimé que 2/3 de toutes les colonies étaient financées par des Chrétiens sionistes.

Préparer Armaggedon ?

Alors même que les Evangélistes ( pas tous) sont prêts pour l' »enlèvement » et encouragent l’agenda expansionniste d’ Israël les politiciens israéliens ne sont prêts pour Armaggedon, enfin pas encore.

En Mars 2013 Business Inside a révélé que les US dépensaient des centaines de millions de $ pour construire des bunkers en Israël devant être achevés 900 jours après le 13 Février 2013. Le projet appelé Site 911  » aura cinq niveaux sous terre et 6 autres niveaux en surface dans la zone. Les 3 premiers niveaux abriteront des classes, un auditorium et un laboratoire – tous protégés par des portes blindées résistantes aux radiations et hypersécurisées. Une seule entrée permettra aux employés de rentrer et sortir pendant la réalisation du projet et elle sera gardée que par des Juifs »

Chaque porte de l’installation aura une description détaillée des mezouzahs écrite à « l’encre indélébile ».

Cela devrait faire plaisir aux Américains dont les impôts sont dépensés pour de tels projets tandis qu’ici à la maison les ponts menacent de s’écrouler.

Le futur

La liste des conflits en attente est longue et sanglante. La Syrie ne sera pas le dernier conflit. Nous continuons à enfouir notre tête dans le sable et espérons la venue d’un hero – pour que quelque chose se passe. Il n’y a qu’un espoir pour le futur et un seul pouvoir capable de changer cette voie menant à la destruction :

« Nous Le ¨Peuple ».

SS/NN

Soraya Sepahour-Ulrich 25/06/2013 Press TV

Soraya Sepahour -Ulrich est diplômé en diplomatie publique. Chercheur indépendant et écrivain il s’est spécialisé sur la politique étrangère US et le rôle des lobbies.

Article en Anglais


Jeudi 27 Juin 2013

Mireille Delamarre


Nombre de lectures: 300 Views
Embed This