DzActiviste.info Publié le mer 11 Sep 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-09-11 17:00:00

Partager
Revue de presse
La Sonatrach impliquée dans des achats de gaz israélien

 
Par La rédaction
Négligée par sa tutelle, Sonatrach se trouve impliquée dans l’achat de gaz israélien via une entreprise dans laquelle elle détient des parts.

L’information est confirmée à la fois par les médias égyptiens et israéliens qui font état de l’accord conclu entre la société Union Fenosa Gas SA et des fournisseurs israéliens pour la vente de gaz produit dans l’offshore de l’état hébreux.

Union Fenosa Gas SA est une société espagnole, dans laquelle Sonatrach est actionnaire à hauteur de 4%, et qui dispose d’une unité de GNL en Égypte.

Celle-ci vient de conclure l’accord en question avec la partie israélienne. Cette action est justifiée, côté espagnol, par le fait que le marché égyptien ne dispose plus des ressources énergétiques nécessaires au fonctionnement de ses installations de liquéfaction du gaz.

Selon la presse égyptienne, en 2012, Union Fenosa Gas SA n’a pu exploiter son unité de Damiette, dans la périphérie de la capitale, qu’au tiers de sa capacité et se trouve dans l’obligation de recourir au gaz israélien pour couvrir ses besoins. Sonatrach se trouve, ainsi, impliquée dans une opération lourde de sens en termes de relations avec l’Etat hébreux.

Négligence ou complicité ? Tous les experts affirment que la Sonatrach et le ministère de l’Energie ne peuvent être complices dans ces transactions entre la société espagnole Union Fenosa Gas SA et les fournisseurs du gaz israéliens.

Ils justifient ces jugements par le fait que les investissements de Sonatrach à l’étranger sont délaissés et ne font pas l’objet d’un suivi rigoureux. Les représentants du groupe public à l’étranger sont, quant à eux, sélectionnés dans la plupart des cas sur la base de recommandation et non sur des critères de compétence.

La Sonatrach aurait pu fournir l’unité de Damiette en gaz si le responsable du suivi des activités de Gas Natural Fenosa avait signalé ce fait. Mais, tel n’est pas le cas. Le groupe Sonatrach dispose d’une participation de l’ordre de 4,007% dans le capital du groupe espagnol Gas Natural Fenosa.

Fin 2012, il a acquis 2 millions d’actions supplémentaires, pour porter à 40 millions le nombre de titres qu’il détient dans ce groupe énergétique. Depuis 2011, Sonatrach est le troisième investisseur dans le groupe espagnol, après la banque Caixa et le groupe pétrolier Repsol. Aujourd’hui, la valeur de la participation du groupe algérien au sein de la compagnie espagnole est estimée à quelque 720 millions d’euros.

Il convient de rappeler que le différend sur la révision des prix du gaz fourni par Sonatrach en Algérie entre 2005 et 2008 a conduit à une décision d’un tribunal international qui a condamné la partie espagnole à verser à Sonatrach la somme de 1,897 million de dollars.

L’accord conclu en 2011 portait également sur la prise de participations de Sonatrach dans le capital de GNF et sur une cession de l’ordre de 10% des actions détenues par Sonatrach dans le gazoduc Medgaz, qui relie l’Algérie à l’Espagne.

Cette opération a été conclue au début du mois de janvier dernier quand Gas Natural Fenosa a acheté, auprès de Sonatrach, 10% du capital de Medgaz pour la somme de 61,9 millions d’euros. La filiale Union Fenosa Gas (UFG) a été fondée en 1998 par le groupe Gas Natural Fenosa pour activer dans la liquéfaction, le transport du gaz et la production de l’électricité.

En 2003, UFG a conclu un partenariat stratégique avec l’italien ENI qui a pris 50% de participations dans le capital du groupe. A travers ce partenariat, le groupe espagnol s’est lancé à l’international, notamment en Égypte et à Oman. Entre ces espagnols et ces italiens, la Sonatrach a perdu le Nord à tel point qu’elle se trouve mêlée à du business avec les exportateurs de gaz israélien.

Lu sur Le Soir d’Algérie


Nombre de lectures: 296 Views
Embed This