DzActiviste.info Publié le lun 4 Nov 2013

ELWATAN-ALHABIB 2013-11-04 18:54:00

Partager

L’histoire de ce terrorisme qui n’en finit pas.

 

 

 

moukribaAssassinat de deux journalistes français à Kidal.
L’histoire de ce terrorisme qui n’en finit pas.

Saïd RADJEF
Aucune raison ne peut justifier l’ignoble assassinat des deux journalistes de RFI à Kidal, au nord du Mali, sur les frontières algériennes. C’est un acte odieux et lâche. Mais au-delà de la colère qu’a provoqué cette barbarie qui a coûté la vie à deux journalistes en exercice de leur métier, des questions se posent, notamment sur la longévité du terrorisme dans notre pays et tout autour de sa périphérie.
Durant la guerre d’Algérie, les autorités coloniales ont mis moins de deux années pour capturer les principaux architectes de l’insurrection armée du 1er novembre 1954 (Benbella, Ait Ahmed, Khider et Boudiaf), alors que la durée de vie d’un maquisard qui avait le soutien de tout un peuple et la sympathie de plusieurs Etats, durant cette période, dans le meilleur des cas, ne dépasse pas les trois années. Cette situation s’est vérifiée à travers toutes les guérillas et sous toutes les latitudes.
Nous ne cherchons pas a incriminer x ou y, mais l’histoire de ce terrorisme qui n’en finit pas choque l’entendement. D’autant plus vrai qu’aujourd’hui les moyens de lutte contre le terrorisme (drones tueurs, satellites de surveillance et la coopération des renseignements) sont plus que jamais sophistiqués et efficaces. Comment se fait il dans ce cas que des groupes armés ne disposant ni de savoir ni de moyens et encore moins du soutien des populations arrivent avec autant de facilité à mettre en péril la survie et la sécurité de plusieurs Etats ? L’AQMI, Hassan Hattab, Droukdel, Abderazek le Para, Mokhtar Belmokhtar…sont toujours en activité depuis plus de vingt ans dans des zones ou la survie de l’espèce humaine est tout simplement impossible !
De la Kabylie au Sahel en passant par Tindouf, Bechar et les frontières tunisiennes, les terroristes ont frappé à de nombreuses reprises, toujours avec autant de facilité et autant d’ingéniosité que bien des esprits sont restés ahuris et perplexes. Comment donc ces terroristes arrivent-ils à se déplacer avec autant d’agilité sur des distances de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres qui nécessitent de grands moyens, pour commettre leurs actes odieux, sans être repérés ? Comment donc un « djihadiste » aussi ignorant qu’illettré comme Mokhtar Belmokhar arrive t-il a déjouer la surveillance des satellites ?
Je pense qu’au lieu de poser toutes ces questions, on devrait plutôt se poser celles-ci : C’est quoi au juste le terrorisme ? Le terrorisme est un concept bien identifié qui se traduit par des phénomènes violents dont le but est d’entretenir un climat de terreur au sein d’une population. Pourquoi le terrorisme dure depuis plus de vingt ans ? La « guerre contre le terrorisme » est devenue non seulement un paravent de la « guerre sociale » qu’implique une domination oligarchique aux dépens des peuples, une arme de maintien et de domination mais également un instrument de sécurité intérieure au sens large du terme.


Nombre de lectures: 318 Views
Embed This