DzActiviste.info Publié le sam 18 Jan 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-01-18 17:28:00

Partager

Lettre ouverte à Monsieur Manuel Valls : Luttons contre l’antisémitisme en interdisant la LDJ

 

 

Ou comment l’impunité de la LDJ met en péril la communauté juive en France et décribilise Manuel Valls.

JPEG
Monsieur le Ministre de I’Intérieur,
C’est un simple citoyen, sans importance particulière, qui s’adresse à vous.
Vous dîtes vouloir lutter contre l’antisémitisme en interdisant les spectacles de Dieudonné, lui faisant ainsi une promotion qu’il n’aurait jamais pu espérer. Mais soit. Admettons que Dieudonné provoque des « troubles à l’ordre public ». D’abord on peut mettre ce qu’on veut derrière cette appellation, ensuite, les spectacles de Dieudonné n’ont jamais entraîné de violences, si ce n’est verbales, au grand dam de monsieur Klarsfeld qui a publiquement appelé à faire des manifestations pour créer ce trouble et ainsi justifiier l’interdiction. Est ce que ce genre de déclarations ne rentre pas dans vos critères de trouble à l’ordre public ? Mais je ne veux pas m’étendre sur Dieudonné dont on a suffisamment parlé ces derniers mois.
Je m’interroge par contre vraiment sur votre inaction face à la Ligue de Défense Juive qui a un palmarès impressionnnant de « troubles à l’ordre public ». Je rappelle que cette organisation est interdite en Israël et aux Etats-Unis, car considérée comme terroriste. Ces pays, que je sache, ne sont pas particulièrement réputés pour leur antisémitisme viscéral.
Mais en France, non seulement ce groupuscule d’extrême droite (la vraie, la pure, la dure) a droit de cité dans notre beau pays, mais de plus a bénéficié pour ses entrainements au combat de locaux à l’intérieur du ministère de l’intérieur (voir le reportage de Complément d’Enquête diffusé en septembre 2004).
Voici une liste, malheureusement non exhaustive des agissements de ce groupe. (tiré de europalestine.com). Attention elle est longue.

  • 18 décembre 2000 : Saccage des locaux du M.R.A.P

  • 11 juin 2001 : Saccage des locaux de l’association Enfants de Palestine

  • 19 décembre 2001 : Agression de manifestants pro-palestiniens place de la Convention (Paris XVème) par une trentaine de ces nervis. 10 blessés (cf. Libération du 21 décembre 2001)

  • 11 février 2002 : Agression en marge d‘un conseil municipal, des proches de l’ancien maire (U.M.P) de Levallois-Perret Olivier de Chazeaux 3 plaintes sont déposées pour « violence en réunion »

  • 19 février 2002 : Agression des participants à une conférence pro-palestinienne à la Sorbonne (Paris Vème). 1 blessé (21 jours d’I.T.T), 1 arrestation. (cf. Communiqué du M.R.A.P)

  • 18 mars 2002 : A l’occasion du gala de l’A.B.S.I (Association pour le Bien-Etre du Soldat Israélien, sic) au Palais des Sports de Paris, un photographe de Libération qui portait un keffieh autour du cou est agressé. (cf. Libération du 19 mars 2002)

  • 22 mars 2002 : Saccage de la librairie « Envie de Lire » à Ivry (Val de Marne), qui abritait la section parisienne de l’Association des Palestiniens de France. Plusieurs interpellations.

  • 26 mars 2002 : Remise du prix de la désinformation à l’A.F.P lors d’une manifestation d’une centaine de personnes à l’appel de la Ligue de Défense Juive devant le siège de l’A.F.P : un passant pro-palestinien est giflé. (cf. observatoire du Communautarisme)

  • 2 avril 2002 : Agression de José BOVE de retour de Ramallah et de militants pro-palestiniens, à l’aéroport d’Orly. (cf. Journal de 20h00 de TF1, France2 et le 6 minutes de M6) Les papiers d’identité d’un militant lui sont volés et il est menacé de mort.

  • Nuit du 2 au 3 avril 2002 : Tentative d’incursion dans les locaux du CICP (Centre International de Culture Populaire) par un commando masqué et armé de matraques. Vitre blindée de la porte principale cassée.

  • 4 avril 2002 : Nouveau saccage des locaux de l’association Enfants de Palestine.

  • 7 avril 2002 : Violences en marge d’une manifestation appelée par le C.R.I.F, Place de la Bastille (Paris IIIème), un commissaire de police est poignardé, 2 journalistes et plusieurs photographes sont passés à tabac, des passants maghrébins sont agressés, des manifestants de « Shalom Arshav » se font asperger de gaz incapacitant (cf. Libération du 9 avril 2002)

  • 10 avril 2002 : Insultes à l’encontre du candidat des Verts : Noël Mamère, alors qu’il passait dans le quartier du Marais. (cf. L’E.Novateur du 10 avril 2002)

  • 15 avril 2002 : Agression à coups de battes de base-ball de quatre étudiants auxquels il est reproché d’avoir déchiré des affiches sionistes, par des membres du Tagar (cf. Est-il permis de critiquer Israël ? de Pascal Boniface)

  • 22 avril 2002 : Saccage d’une exposition de photos à Paris (XIXème) (cf. L’Oursaint 2ème partie)

  • 14 mai 2002 : Agression par des membres de la Ligue de Défense Juive de jeunes maghrébins à la sortie du concert du LIBI. 2 blessés 1 arrestation

  • 12 novembre 2002 : Agression à la faculté de Nanterre d’un administratif d’origine maghrébine confondu avec un membre de l’A.G.E.N (syndicat étudiants sur le campus de Nanterre) 1 blessé. 1 arrestation (cf. Paris Obs de Catherine Erhel du 29 janvier 2004)

  • 7 décembre 2002 : Saccage des locaux de radio Méditerranée (cf. communiqué de l’association CAPJPO)

  • 8 janvier 2003 : Agression de militants syndicaux, suite à la manifestation de l’U.E.J.F contre la suspension par l’université de Jussieu d’un accord de coopération avec des universités Israéliennes. 3 hospitalisés, un traumatisme crânien.(cf. Oumma.com)

  • 30 septembre 2003 : Insultes et menaces dans l’enceinte du Tribunal de Grande Instance de PARIS, contre des parties civiles lors du procès du gestionnaire du site amisraëlhaï.org lequel avait invité à agresser une liste de personnes réputées juives et opposées à la politique israélienne (cf. Le Monde du 2 octobre 2003)

  • 7 octobre 2003 : Agression par l’actuel dirigeant de la LDJ, Joseph Ayache, à coups de casque, d’un palestinien alors qu’il était interviewé, aux abords des bureaux de la Délégation Palestinienne à PARIS, (XVème). L’agresseur s’est enfui en Israël. L’agression étant filmée, l’auteur des coups a été condamné à 4 mois de prison ferme par la 24ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris. Prison qu’il n’a jamais faite bien qu’étant ensuite revenu en France.

  • 30 décembre 2003 : Agression en réunion, avec armes et préméditation de membres du syndicat étudiant : A.G.E.N, du campus de Nanterre, devant et dans la cour du tribunal administratif de Paris, rue de Fourcy (IVème). Refus d’instruction par le Parquet pour identifier les auteurs, une arrestation et une condamnation à 8 mois de prison avec sursis, 4 blessés dont 1 très gravement (45 jours d’ITT).

  • 5 février 2004 : Jet d’acide sur les spectateurs à Lyon lors d’un spectacle. (6 blessés, 1 arrestation)

ADVERTISEMENT

  • 16 mai 2004 : Agression contre Noël Mamère par la LDJ, lors d’une manifestation contre le racisme et l’antisémitisme. (cf. France- Soir de Cécile Maillard du 17 mai 2004)

  • 10 septembre 2004 : Insultes et menaces à l’encontre de Fouad Alaoui (responsable de l’U.O.I.F) devant le siège du C.R.I.F (cf. Libération du 10 septembre 2004)

  • 20 février 2005 : Agression à 3 reprises de militants pro-palestiniens présents lors de la manifestation syndicale des fonctionnaires et enseignants. 2 blessés

  • 2 mars 2005 : Agression de Dieudonné lors de sa tournée en Martinique par 4 membres de la L.D.J. 4 arrestations

  • 19 février 2006 : Lors d’une marche en la mémoire d’Ilan Halimi, des passants maghrébins sont passés à tabac par la LDJ, des journalistes sont molestés et une voiture est saccagée. (cf. Le Parisien du 20 février 2006)

  • 19 février 2006 : Tentative d’incursion dans le théâtre de Dieudonné (cf. Libération du 20 février 2006)

  • 26 juin 2006 : Tentative d’incursion dans les locaux du CICP par une vingtaine de membres de la LDJ, dont bon nombre casqués, à l’occasion d’une conférence sur la Palestine. Une personne âgée aspergée de gaz et un employé du CICP blessé.

  • 25 octobre 2006 : Agression contre Ginette Skandrani à son domicile, rouée de coups par trois membres de la LDJ.

  • 7 décembre 2006 : Attaque contre la Librairie Résistances qui recevait Tanya Reinhart, universitaire et opposante israélienne : vitrines cassées, projection de gaz lacrymogène. Deux blessés.

  • 17 février 2008 : Rassemblement à la mémoire d’Illan HALIMI bd Voltaire. La LDJ agresse des passants maghrébins, puis une vingtaine de ses membres chargent dans la rue Voltaire en direction du CICP à l’issue du rassemblement.

  • 15 mai 2008 : Agression par environ 25 membres de la LDJ armés de casques, Bd Voltaire, de personnes sortant du CICP après une conférence en présence du journaliste Georges MALBRUNOT. Un technicien du CICP est gravement blessé (22 jours d’ITT).

  • 8 janvier 2009 : Agression par 7 membres de la LDJ de deux lycéens devant le Lycée JANSON DE SAILLY (Paris 16ème) qui ont refusé des tracts, trois membres de la LDJ mis en examen

  • 12 avril 2009 : Lynchage de deux personnes aux abord du Théâtre AYDAR à PARIS, par une quarantaine de membres de la LDJ armés de chaînes et matraques, à titre de protestation contre la représentation du spectacle « Nos talents pour Gaza ». Instruction toujours en cours plus de 3 ans après les faits, 6 membres de la LDJ mis en examen.

  • 22 avril 2009 : Agression par une vingtaine de membres de la LDJ certains avec casques et matraques, de deux militants pro-palestiniens, boulevard Voltaire à PARIS, qui se rendaient à une soirée organisée par l’association Génération Palestine. Trois membres de la LDJ interpellés. Les victimes, sur la base de déclarations mensongères de deux autres membres de la LDJ, seront ensuite placées sous contrôle judiciaire et devront attendre 3 ans pour que leur statut de victimes soit enfin reconnu par le Tribunal de Grande Instance de PARIS. 2 membres de la LDJ condamnés à des peines de prison avec sursis, appel en cours.

  • 3 juillet 2009 : 5 membres de la LDJ attaquent la Librairie Résistances, renversent et jettent de l’huile sur les livres, détruisent le matériel informatique et s’enfuient. Ils étaient suivis par les R.G. et seront rapidement identifiés et déférés la semaine suivante en comparution immédiate. 4 mois de prison avec sursis, alors que plusieurs des inculpés ont déjà un lourd casier judiciaire.

  • 10 juillet 2009 : Injures, agressions et menaces par les membres de la LDJ dans l’enceinte du Tribunal de Grande Instance de PARIS à l’occasion de l’audience de jugement des 4 membres majeurs, de la LDJ, jugés pour l’attaque de la Librairie Résistances la semaine précédente.

  • 21 novembre 2010 : Une trentaine de voyous encagoulés et munis de casques de moto attaquent le Musée d’Art Moderne de Paris (11 Avenue Wilson, 7016 – Paris – M° Iéna ou Alma-Marceau, ligne 9), pour tenter de détruire une exposition photographique consacrée aux massacres d’Israël de décembre 2008-janvier 2009 dans la bande de Gaza.

  • 13 février 2011 : Toujours à la fin d’un rassemblement en mémoire d’illan HALIMI, une soixantaine de membres de la LDJ remonte le Bd Voltaire en direction du CICP qu’ils assiègent et sur lequel des œufs sont jetés.

  • 15 mars 2011 : La LDJ parade dans le Tribunal de Grande Instance de PARIS à l’occasion d’une confrontation dans l’affaire « bd Voltaire ». A l’issue de la confrontation, ils se jetteront à une dizaine sur une personne qu’ils identifient comme militant pro-palestinien. Classement sans suite par le Parquet, malgré l’interpellation de deux membres de la LDJ et les ITT de la victime.

  • 3 avril 2011 : Attaque du cinéma Saint Michel à PARIS, qui projette le film Gaza-Strophe. Ils tentent d’enfermer le projectionniste et l’ouvreuse pour interrompre la projection du film. Ils frappent le projectionniste qui résiste, menacent de bruler le cinéma et s’enfuient après avoir signé leur présence par des autocollants de la LDJ.

  • 1er mai 2011 : Agression par des membres de la LDJ, au niveau du Bd Voltaire, de personnes portant des drapeaux palestiniens dans les cortèges syndicaux.

  • 5 mai 2011 : La LDJ attaque à Paris une réunion organisée par un comité local parisien de l’AFPS, Association France Palestine Solidarité, dans la mairie du 14ème, en présence du maire d’arrondissement, aux cris notamment de « Palestine on t’encule ». Classement sans suite par le Parquet.

  • 18 juin 2011 : La LDJ se rend spécialement de Paris à Marseille pour une contre-manifestation à l’occasion d’un rassemblement pour la Flotille de GAZA, affrontement avec plusieurs membres de la LDJ qui demandent à la police de faire semblant de les embarquer pour pouvoir s’enfuir.

  • 26 juin 2011 : La LDJ attaque le CICP à l’issue d’une manifestation contre l’organisation de la Flotille pour Gaza, les participants à une soirée mexicaine qui se déroulait au CICP doivent être raccompagnés par la police jusqu’à la Nation pour ne pas être agressés – Pas d’interpellation.

  • 23 octobre 2011 : Attaque par une vingtaine de membres de la LDJ du CICP à l’occasion d’une soirée de solidarité avec une coopérative agricole Palestinienne. Le service d’ordre, puis l’intervention de la police, permettent de faire reculer les agresseurs. Pas d’interpellation.

  • 12 mars 2012 : Jacob COHEN, écrivain de 68 ans, est agressé dans un café du Bd Saint Germain à PARIS, alors qu’il dédicace son dernier livre. Jet d’œufs, de farine, crachats et injures. Menaces contre les témoins qui tentent de s’interposer. Agression filmée, mise en ligne et revendiquée par la LDJ.

  • 28 juin 2012 : Agression d’Olivia Zémor alors assise à la terrasse d’un café à la Bastille, elle reçoit sur la tête, le visage et le corps de la peinture à l’huile qui a nécessité un transport aux urgences de l’Hôtel Dieu par les pompiers, étant donné la toxicité du produit. La LDJ revendiquera l’agression et publiera une vidéo de l’acte. La police indique avoir rapidement identifié les agresseurs, mais personne n’est interpellé à ce jour.

  • 5 juillet 2012 : Jacob Cohen, se rend au métro Saint-Paul à Paris pour un rendez-vous avec la presse. Une jeune femme l’attend, le conduit dans une ruelle au motif d’aller à la rencontre d’un journaliste. Trois hommes surgissent, bombardent l’écrivain de peinture à l’huile rouge et de farine. La scène filmée est mise en ligne sur le site de la Ligue de Défense Juive (LDJ), titrée : « La LDJ rend visite au kapo Jacob Cohen »

  • 6 septembre 2012 : Plusieurs membres de la LDJ lancent des œufs contre la façade de l’Institut du Monde Arabe à Paris, où était projeté en avant-première le film « Coucheriez-vous avec un Arabe ? » Ils publieront la vidéo de l’acte le lendemain.

  • 13 septembre 2012 : La voiture de Jonathan Moadab journaliste indépendant du « Cercle des Volontaires », a reçu un engin incendiaire à Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Trois membres de la LDJ sont mis en examen – l’instruction est en cours au Tribunal de Grande Instance de Versailles.

  • 24 octobre 2012 : Houria Bouteldja, militante du Parti des Indigènes de la République est agressée par jet de peinture lors d’un guet-apens, un membre de la LDJ se faisant passer pou un journaliste. L’agression sera publiquement revendiquée par la LDJ.

Est-ce que ceci n’est pas suffisant ? Et que dire de l’affaire Saïd Bouraraach ou de l’agression au couteau d’un gendarme en avril 2002 à Paris ? A partir de combien de morts et blessés considèrerez vous cette organisation comme terroriste (qui utilise la terreur et la violence pour imposer ses idées politiques ou son autorité) ?

Voici pour preuve un lien vers une vidéo montrant leur dernière agression, contre des membres de l’agence infos libre, le 15 janvier 2013, filmée, devant témoins et devant les forces de l’ordre qui ne sont pas intervenues

Moi même et une majorité croissante de nos concitoyens sont de plus en plus exaspérés par le deux poids deux mesures pour tout ce qui touche à la communauté juive (je vous renvoie à la différence de traitement des médias dominants entre l’affaire Saïd Bourarach et l’affaire Merah, ainsi qu’à la légèreté des peines voire de la totale impunité pour les perpétrateurs de ces actes) ce qui a pour conséquence de faire monter l’antisémitisme en France. Si n’importe quelle organisation avait à son actif, ne serait ce qu’un dixième du palmarès de la LDJ, je suis sûr que vous auriez trouvé les ressources pour l’interdire. Donc pourquoi, Monsieur le Ministre, ne faîtes vous rien contre ce groupuscule, ainsi que contre les membres du Betar, qui donnent une image désastreuse de la communauté juive, qui ne mérite en rien d’être associée à ce genre d’individus ?
Je terminerai par une citation de l’un de vos amis, Monsieur Claude Askolovitch :  » La Ligue de défense Juive est une bande d’ados boutonneux encadrés par des salopards idéologiques…
Je pense que la Ligue de Défense Juive doit être dissoute « .

En cas d’inaction de votre part, je considèrerai que vous vous rendez complice de ce genre d’individus, et rassemblerai un maximum de gens, d’associations, de sites et de partis politiques pour vous attaquer, médiatiquement, politiquement et même pénalement, car laisser faire ce genre d’agissements serait criminel pour un ministre de l’intérieur qui a en charge la sécurité de tous les français.
Je vous remercie pour votre attention et vous souhaite de trouver la volonté et la courage de faire honneur à votre fonction.
Florian Ventura


Nombre de lectures: 240 Views
Embed This
DzActiviste.info Publié le sam 18 Jan 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-01-18 17:28:00

Partager

Lettre ouverte à Monsieur Manuel Valls : Luttons contre l’antisémitisme en interdisant la LDJ

 

 

Ou comment l’impunité de la LDJ met en péril la communauté juive en France et décribilise Manuel Valls.

JPEG
Monsieur le Ministre de I’Intérieur,
C’est un simple citoyen, sans importance particulière, qui s’adresse à vous.
Vous dîtes vouloir lutter contre l’antisémitisme en interdisant les spectacles de Dieudonné, lui faisant ainsi une promotion qu’il n’aurait jamais pu espérer. Mais soit. Admettons que Dieudonné provoque des « troubles à l’ordre public ». D’abord on peut mettre ce qu’on veut derrière cette appellation, ensuite, les spectacles de Dieudonné n’ont jamais entraîné de violences, si ce n’est verbales, au grand dam de monsieur Klarsfeld qui a publiquement appelé à faire des manifestations pour créer ce trouble et ainsi justifiier l’interdiction. Est ce que ce genre de déclarations ne rentre pas dans vos critères de trouble à l’ordre public ? Mais je ne veux pas m’étendre sur Dieudonné dont on a suffisamment parlé ces derniers mois.
Je m’interroge par contre vraiment sur votre inaction face à la Ligue de Défense Juive qui a un palmarès impressionnnant de « troubles à l’ordre public ». Je rappelle que cette organisation est interdite en Israël et aux Etats-Unis, car considérée comme terroriste. Ces pays, que je sache, ne sont pas particulièrement réputés pour leur antisémitisme viscéral.
Mais en France, non seulement ce groupuscule d’extrême droite (la vraie, la pure, la dure) a droit de cité dans notre beau pays, mais de plus a bénéficié pour ses entrainements au combat de locaux à l’intérieur du ministère de l’intérieur (voir le reportage de Complément d’Enquête diffusé en septembre 2004).
Voici une liste, malheureusement non exhaustive des agissements de ce groupe. (tiré de europalestine.com). Attention elle est longue.

  • 18 décembre 2000 : Saccage des locaux du M.R.A.P

  • 11 juin 2001 : Saccage des locaux de l’association Enfants de Palestine

  • 19 décembre 2001 : Agression de manifestants pro-palestiniens place de la Convention (Paris XVème) par une trentaine de ces nervis. 10 blessés (cf. Libération du 21 décembre 2001)

  • 11 février 2002 : Agression en marge d‘un conseil municipal, des proches de l’ancien maire (U.M.P) de Levallois-Perret Olivier de Chazeaux 3 plaintes sont déposées pour « violence en réunion »

  • 19 février 2002 : Agression des participants à une conférence pro-palestinienne à la Sorbonne (Paris Vème). 1 blessé (21 jours d’I.T.T), 1 arrestation. (cf. Communiqué du M.R.A.P)

  • 18 mars 2002 : A l’occasion du gala de l’A.B.S.I (Association pour le Bien-Etre du Soldat Israélien, sic) au Palais des Sports de Paris, un photographe de Libération qui portait un keffieh autour du cou est agressé. (cf. Libération du 19 mars 2002)

  • 22 mars 2002 : Saccage de la librairie « Envie de Lire » à Ivry (Val de Marne), qui abritait la section parisienne de l’Association des Palestiniens de France. Plusieurs interpellations.

  • 26 mars 2002 : Remise du prix de la désinformation à l’A.F.P lors d’une manifestation d’une centaine de personnes à l’appel de la Ligue de Défense Juive devant le siège de l’A.F.P : un passant pro-palestinien est giflé. (cf. observatoire du Communautarisme)

  • 2 avril 2002 : Agression de José BOVE de retour de Ramallah et de militants pro-palestiniens, à l’aéroport d’Orly. (cf. Journal de 20h00 de TF1, France2 et le 6 minutes de M6) Les papiers d’identité d’un militant lui sont volés et il est menacé de mort.

  • Nuit du 2 au 3 avril 2002 : Tentative d’incursion dans les locaux du CICP (Centre International de Culture Populaire) par un commando masqué et armé de matraques. Vitre blindée de la porte principale cassée.

  • 4 avril 2002 : Nouveau saccage des locaux de l’association Enfants de Palestine.

  • 7 avril 2002 : Violences en marge d’une manifestation appelée par le C.R.I.F, Place de la Bastille (Paris IIIème), un commissaire de police est poignardé, 2 journalistes et plusieurs photographes sont passés à tabac, des passants maghrébins sont agressés, des manifestants de « Shalom Arshav » se font asperger de gaz incapacitant (cf. Libération du 9 avril 2002)

  • 10 avril 2002 : Insultes à l’encontre du candidat des Verts : Noël Mamère, alors qu’il passait dans le quartier du Marais. (cf. L’E.Novateur du 10 avril 2002)

  • 15 avril 2002 : Agression à coups de battes de base-ball de quatre étudiants auxquels il est reproché d’avoir déchiré des affiches sionistes, par des membres du Tagar (cf. Est-il permis de critiquer Israël ? de Pascal Boniface)

  • 22 avril 2002 : Saccage d’une exposition de photos à Paris (XIXème) (cf. L’Oursaint 2ème partie)

  • 14 mai 2002 : Agression par des membres de la Ligue de Défense Juive de jeunes maghrébins à la sortie du concert du LIBI. 2 blessés 1 arrestation

  • 12 novembre 2002 : Agression à la faculté de Nanterre d’un administratif d’origine maghrébine confondu avec un membre de l’A.G.E.N (syndicat étudiants sur le campus de Nanterre) 1 blessé. 1 arrestation (cf. Paris Obs de Catherine Erhel du 29 janvier 2004)

  • 7 décembre 2002 : Saccage des locaux de radio Méditerranée (cf. communiqué de l’association CAPJPO)

  • 8 janvier 2003 : Agression de militants syndicaux, suite à la manifestation de l’U.E.J.F contre la suspension par l’université de Jussieu d’un accord de coopération avec des universités Israéliennes. 3 hospitalisés, un traumatisme crânien.(cf. Oumma.com)

  • 30 septembre 2003 : Insultes et menaces dans l’enceinte du Tribunal de Grande Instance de PARIS, contre des parties civiles lors du procès du gestionnaire du site amisraëlhaï.org lequel avait invité à agresser une liste de personnes réputées juives et opposées à la politique israélienne (cf. Le Monde du 2 octobre 2003)

  • 7 octobre 2003 : Agression par l’actuel dirigeant de la LDJ, Joseph Ayache, à coups de casque, d’un palestinien alors qu’il était interviewé, aux abords des bureaux de la Délégation Palestinienne à PARIS, (XVème). L’agresseur s’est enfui en Israël. L’agression étant filmée, l’auteur des coups a été condamné à 4 mois de prison ferme par la 24ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris. Prison qu’il n’a jamais faite bien qu’étant ensuite revenu en France.

  • 30 décembre 2003 : Agression en réunion, avec armes et préméditation de membres du syndicat étudiant : A.G.E.N, du campus de Nanterre, devant et dans la cour du tribunal administratif de Paris, rue de Fourcy (IVème). Refus d’instruction par le Parquet pour identifier les auteurs, une arrestation et une condamnation à 8 mois de prison avec sursis, 4 blessés dont 1 très gravement (45 jours d’ITT).

  • 5 février 2004 : Jet d’acide sur les spectateurs à Lyon lors d’un spectacle. (6 blessés, 1 arrestation)

ADVERTISEMENT

  • 16 mai 2004 : Agression contre Noël Mamère par la LDJ, lors d’une manifestation contre le racisme et l’antisémitisme. (cf. France- Soir de Cécile Maillard du 17 mai 2004)

  • 10 septembre 2004 : Insultes et menaces à l’encontre de Fouad Alaoui (responsable de l’U.O.I.F) devant le siège du C.R.I.F (cf. Libération du 10 septembre 2004)

  • 20 février 2005 : Agression à 3 reprises de militants pro-palestiniens présents lors de la manifestation syndicale des fonctionnaires et enseignants. 2 blessés

  • 2 mars 2005 : Agression de Dieudonné lors de sa tournée en Martinique par 4 membres de la L.D.J. 4 arrestations

  • 19 février 2006 : Lors d’une marche en la mémoire d’Ilan Halimi, des passants maghrébins sont passés à tabac par la LDJ, des journalistes sont molestés et une voiture est saccagée. (cf. Le Parisien du 20 février 2006)

  • 19 février 2006 : Tentative d’incursion dans le théâtre de Dieudonné (cf. Libération du 20 février 2006)

  • 26 juin 2006 : Tentative d’incursion dans les locaux du CICP par une vingtaine de membres de la LDJ, dont bon nombre casqués, à l’occasion d’une conférence sur la Palestine. Une personne âgée aspergée de gaz et un employé du CICP blessé.

  • 25 octobre 2006 : Agression contre Ginette Skandrani à son domicile, rouée de coups par trois membres de la LDJ.

  • 7 décembre 2006 : Attaque contre la Librairie Résistances qui recevait Tanya Reinhart, universitaire et opposante israélienne : vitrines cassées, projection de gaz lacrymogène. Deux blessés.

  • 17 février 2008 : Rassemblement à la mémoire d’Illan HALIMI bd Voltaire. La LDJ agresse des passants maghrébins, puis une vingtaine de ses membres chargent dans la rue Voltaire en direction du CICP à l’issue du rassemblement.

  • 15 mai 2008 : Agression par environ 25 membres de la LDJ armés de casques, Bd Voltaire, de personnes sortant du CICP après une conférence en présence du journaliste Georges MALBRUNOT. Un technicien du CICP est gravement blessé (22 jours d’ITT).

  • 8 janvier 2009 : Agression par 7 membres de la LDJ de deux lycéens devant le Lycée JANSON DE SAILLY (Paris 16ème) qui ont refusé des tracts, trois membres de la LDJ mis en examen

  • 12 avril 2009 : Lynchage de deux personnes aux abord du Théâtre AYDAR à PARIS, par une quarantaine de membres de la LDJ armés de chaînes et matraques, à titre de protestation contre la représentation du spectacle « Nos talents pour Gaza ». Instruction toujours en cours plus de 3 ans après les faits, 6 membres de la LDJ mis en examen.

  • 22 avril 2009 : Agression par une vingtaine de membres de la LDJ certains avec casques et matraques, de deux militants pro-palestiniens, boulevard Voltaire à PARIS, qui se rendaient à une soirée organisée par l’association Génération Palestine. Trois membres de la LDJ interpellés. Les victimes, sur la base de déclarations mensongères de deux autres membres de la LDJ, seront ensuite placées sous contrôle judiciaire et devront attendre 3 ans pour que leur statut de victimes soit enfin reconnu par le Tribunal de Grande Instance de PARIS. 2 membres de la LDJ condamnés à des peines de prison avec sursis, appel en cours.

  • 3 juillet 2009 : 5 membres de la LDJ attaquent la Librairie Résistances, renversent et jettent de l’huile sur les livres, détruisent le matériel informatique et s’enfuient. Ils étaient suivis par les R.G. et seront rapidement identifiés et déférés la semaine suivante en comparution immédiate. 4 mois de prison avec sursis, alors que plusieurs des inculpés ont déjà un lourd casier judiciaire.

  • 10 juillet 2009 : Injures, agressions et menaces par les membres de la LDJ dans l’enceinte du Tribunal de Grande Instance de PARIS à l’occasion de l’audience de jugement des 4 membres majeurs, de la LDJ, jugés pour l’attaque de la Librairie Résistances la semaine précédente.

  • 21 novembre 2010 : Une trentaine de voyous encagoulés et munis de casques de moto attaquent le Musée d’Art Moderne de Paris (11 Avenue Wilson, 7016 – Paris – M° Iéna ou Alma-Marceau, ligne 9), pour tenter de détruire une exposition photographique consacrée aux massacres d’Israël de décembre 2008-janvier 2009 dans la bande de Gaza.

  • 13 février 2011 : Toujours à la fin d’un rassemblement en mémoire d’illan HALIMI, une soixantaine de membres de la LDJ remonte le Bd Voltaire en direction du CICP qu’ils assiègent et sur lequel des œufs sont jetés.

  • 15 mars 2011 : La LDJ parade dans le Tribunal de Grande Instance de PARIS à l’occasion d’une confrontation dans l’affaire « bd Voltaire ». A l’issue de la confrontation, ils se jetteront à une dizaine sur une personne qu’ils identifient comme militant pro-palestinien. Classement sans suite par le Parquet, malgré l’interpellation de deux membres de la LDJ et les ITT de la victime.

  • 3 avril 2011 : Attaque du cinéma Saint Michel à PARIS, qui projette le film Gaza-Strophe. Ils tentent d’enfermer le projectionniste et l’ouvreuse pour interrompre la projection du film. Ils frappent le projectionniste qui résiste, menacent de bruler le cinéma et s’enfuient après avoir signé leur présence par des autocollants de la LDJ.

  • 1er mai 2011 : Agression par des membres de la LDJ, au niveau du Bd Voltaire, de personnes portant des drapeaux palestiniens dans les cortèges syndicaux.

  • 5 mai 2011 : La LDJ attaque à Paris une réunion organisée par un comité local parisien de l’AFPS, Association France Palestine Solidarité, dans la mairie du 14ème, en présence du maire d’arrondissement, aux cris notamment de « Palestine on t’encule ». Classement sans suite par le Parquet.

  • 18 juin 2011 : La LDJ se rend spécialement de Paris à Marseille pour une contre-manifestation à l’occasion d’un rassemblement pour la Flotille de GAZA, affrontement avec plusieurs membres de la LDJ qui demandent à la police de faire semblant de les embarquer pour pouvoir s’enfuir.

  • 26 juin 2011 : La LDJ attaque le CICP à l’issue d’une manifestation contre l’organisation de la Flotille pour Gaza, les participants à une soirée mexicaine qui se déroulait au CICP doivent être raccompagnés par la police jusqu’à la Nation pour ne pas être agressés – Pas d’interpellation.

  • 23 octobre 2011 : Attaque par une vingtaine de membres de la LDJ du CICP à l’occasion d’une soirée de solidarité avec une coopérative agricole Palestinienne. Le service d’ordre, puis l’intervention de la police, permettent de faire reculer les agresseurs. Pas d’interpellation.

  • 12 mars 2012 : Jacob COHEN, écrivain de 68 ans, est agressé dans un café du Bd Saint Germain à PARIS, alors qu’il dédicace son dernier livre. Jet d’œufs, de farine, crachats et injures. Menaces contre les témoins qui tentent de s’interposer. Agression filmée, mise en ligne et revendiquée par la LDJ.

  • 28 juin 2012 : Agression d’Olivia Zémor alors assise à la terrasse d’un café à la Bastille, elle reçoit sur la tête, le visage et le corps de la peinture à l’huile qui a nécessité un transport aux urgences de l’Hôtel Dieu par les pompiers, étant donné la toxicité du produit. La LDJ revendiquera l’agression et publiera une vidéo de l’acte. La police indique avoir rapidement identifié les agresseurs, mais personne n’est interpellé à ce jour.

  • 5 juillet 2012 : Jacob Cohen, se rend au métro Saint-Paul à Paris pour un rendez-vous avec la presse. Une jeune femme l’attend, le conduit dans une ruelle au motif d’aller à la rencontre d’un journaliste. Trois hommes surgissent, bombardent l’écrivain de peinture à l’huile rouge et de farine. La scène filmée est mise en ligne sur le site de la Ligue de Défense Juive (LDJ), titrée : « La LDJ rend visite au kapo Jacob Cohen »

  • 6 septembre 2012 : Plusieurs membres de la LDJ lancent des œufs contre la façade de l’Institut du Monde Arabe à Paris, où était projeté en avant-première le film « Coucheriez-vous avec un Arabe ? » Ils publieront la vidéo de l’acte le lendemain.

  • 13 septembre 2012 : La voiture de Jonathan Moadab journaliste indépendant du « Cercle des Volontaires », a reçu un engin incendiaire à Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Trois membres de la LDJ sont mis en examen – l’instruction est en cours au Tribunal de Grande Instance de Versailles.

  • 24 octobre 2012 : Houria Bouteldja, militante du Parti des Indigènes de la République est agressée par jet de peinture lors d’un guet-apens, un membre de la LDJ se faisant passer pou un journaliste. L’agression sera publiquement revendiquée par la LDJ.

Est-ce que ceci n’est pas suffisant ? Et que dire de l’affaire Saïd Bouraraach ou de l’agression au couteau d’un gendarme en avril 2002 à Paris ? A partir de combien de morts et blessés considèrerez vous cette organisation comme terroriste (qui utilise la terreur et la violence pour imposer ses idées politiques ou son autorité) ?

Voici pour preuve un lien vers une vidéo montrant leur dernière agression, contre des membres de l’agence infos libre, le 15 janvier 2013, filmée, devant témoins et devant les forces de l’ordre qui ne sont pas intervenues

Moi même et une majorité croissante de nos concitoyens sont de plus en plus exaspérés par le deux poids deux mesures pour tout ce qui touche à la communauté juive (je vous renvoie à la différence de traitement des médias dominants entre l’affaire Saïd Bourarach et l’affaire Merah, ainsi qu’à la légèreté des peines voire de la totale impunité pour les perpétrateurs de ces actes) ce qui a pour conséquence de faire monter l’antisémitisme en France. Si n’importe quelle organisation avait à son actif, ne serait ce qu’un dixième du palmarès de la LDJ, je suis sûr que vous auriez trouvé les ressources pour l’interdire. Donc pourquoi, Monsieur le Ministre, ne faîtes vous rien contre ce groupuscule, ainsi que contre les membres du Betar, qui donnent une image désastreuse de la communauté juive, qui ne mérite en rien d’être associée à ce genre d’individus ?
Je terminerai par une citation de l’un de vos amis, Monsieur Claude Askolovitch :  » La Ligue de défense Juive est une bande d’ados boutonneux encadrés par des salopards idéologiques…
Je pense que la Ligue de Défense Juive doit être dissoute « .

En cas d’inaction de votre part, je considèrerai que vous vous rendez complice de ce genre d’individus, et rassemblerai un maximum de gens, d’associations, de sites et de partis politiques pour vous attaquer, médiatiquement, politiquement et même pénalement, car laisser faire ce genre d’agissements serait criminel pour un ministre de l’intérieur qui a en charge la sécurité de tous les français.
Je vous remercie pour votre attention et vous souhaite de trouver la volonté et la courage de faire honneur à votre fonction.
Florian Ventura


Nombre de lectures: 240 Views
Embed This