DzActiviste.info Publié le dim 19 Jan 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-01-19 11:21:00

Partager

Hassen Chalghoumi veut « effacer certains préjugés des musulmans de France à l’égard d’Israël »

 

 

INFO PANAMZA. À l’initiative de l’imam controversé Hassen Chalghoumi, une cinquantaine de Français musulmans participent, dès aujourd’hui, à un « pélerinage » de quatre jours en Israël. 

La première raison de ce voyage, c’est d’abord de répondre à une forte attente des musulmans de France de visiter et d’aller prier à Al Qods Jérusalem. Car après La Mecque et Médine, il y a notre troisième lieu saint qu’est Jérusalem où nous rêvons de prier à la mosquée al-Aqsa. La deuxième raison, c’est que grâce à ce voyage, on efface certains préjugés des musulmans de France à l’égard d’Israël, comme c’est le cas lorsque les gens voyagent dans un pays arabe et changent leur point de vue sur l’islam et les musulmans.

De la même manière que les musulmans de France vont prier à la Mecque, nous partons à Al-Aqsa à Jérusalem, non pas pour faire de la politique mais pour dialoguer, demander la paix, la récompense du Ciel et prier à la Mosquée d’Al-Aqsa, ouverte au monde entier. 

Songez qu’il y a en France 5 à 6 millions de musulmans. Pourquoi n’y aurait-il pas 15% de cette population intéressée à se rendre en Israël et à aller prier à Jérusalem mais aussi de découvrir ce pays et développer l’économie et l’amitié avec le peuple israélien, peuple de la diversité lorsque l’on sait que des populations de toutes les religions, y compris musulmanes, habitent ce pays.

Tels sont les propos extraits d’un entretien accordé dimanche par Hassen Chalghoumi au site de l’agence de voyages Select Israel. 
Cette compagnie israélienne a organisé le voyage, du jeudi 16 au dimanche 19 janvier, d’un groupe composé d’une cinquantaine de Français musulmans (imams, couples, familles) désireux d’accomplir un « pélerinage » à Jérusalem. Lors de leur passage par la ville sainte, ils seront logés à l’hôtel Ritz, situé dans la partie est -toujours occupée par le régime israélien.

Mercredi soir, c’est le site de l’ambassade de France en Israël qui annonca la nouvelle en des termes singuliers (retranscription littérale et passages en gras soulignés par Panamza):

L’Imam Hassan Chalghoumi, Président de l’association culturelle des musulmans de Drancy et lauréat du prix Copernic pour le dialogue, la paix et la fraternité (2013) décerné par l’Union libérale israélite de France, est à l’origine de ce voyage
L’objectif de cette visite, qui se déroule pour la deuxième année consécutive en Israël, s’inscrit dans la démarche pacifique et humaniste que mène depuis plusieurs années la Conférence des Imams de France sous la Haute autorité de Hassan Chalghoumi.
Parmi les moments forts de ce voyage : visite des lieux saints aux 3 religions à Jérusalem, recueillement à la mosquée de St Jean d’Acre en présence de l’imam de la ville.

À en croire le site de la Chambre de commerce France-Israël et les déclarations d’Hassen Chalghoumi, ce séjour est le fruit d’une collaboration, financière et logistique, essentiellement israélienne, impliquant une compagnie touristique (Select Israel, fondée en 2009 par les Français Gael et Gilles Sitruk), le ministère du Tourisme (qui remettra un « certificat de pélerin » à chaque voyageur), le ministère de l’Intérieur et le ministère des Affaires étrangères (actuellement dirigé par l’extrémiste et raciste Avigdor Lieberman et remercié par Chalghoumi à la fin de son entretien). 

La participation française se résume à un dîner offert par l’ambassadeur Patrick Maisonnave, l’homme qui manifesta (dans une tribune inattendue de la part d’un diplomate) son hostilité à Dieudonné et compara, le jour de sa prise de fonctions, le président Shimon Peres au dieu Pan.

Une comparaison audacieuse que n’aurait probablement pas utilisé le monothéiste Hassen Chalghoumi, même si celui-ci ne tarit pas d’éloges envers le principal responsable historique du programme nucléaire illégal du régime israélien. Extrait de son dernier entretien:

– Quand vous avez rencontré en mars dernier le Président Shimon Peres à Jérusalem, que vous a-t-il dit à propos de votre engagement à l’égard d’un Islam républicain et d’un dialogue inter-religieux?
– J’ai reçu le soutien total de ce grand homme de paix et ce « grand-père d’Israël » (comme je le lui ai dit). Il m’a répondu qu’il me considérait aussi comme un grand homme.  Je lui ai dit que je souhaitais promouvoir, par des voyages en Israël des musulmans de France et d’Europe le dialogue avec Israël – quelque soit son opinion politique –  tout en lui signalant que nous souffrons lorsque les Israéliens ou les Palestiniens souffrent et beaucoup de musulmans  français rêvent de deux États qui vivraient côte à côte et en harmonie. Le Président nous a rappelé qu’il avait lui-même rencontré, tout au long de sa vie, de très nombreux dirigeants arabes à travers le monde et que ce fut toujours très positif.  

En moins d’un an et demi, c’est le quatrième voyage d’Hassen Chalghoumi: hormis trois séjours collectifs, un déplacement fut également effectué, en mai dernier, auprès de conférenciers israéliens issus du sérail politique et militaire afin de stigmatiser plusieurs sites français d’information alternative, présentés comme « antisémites » en raison de leurs critiques répétées de l’État d’Israël.

De « l’imam des lumières » au tour operator

Hassen Chalghoumi -qui prétend par ailleurs que « 4000 à 5000 fidèles » seraient accueillis chaque vendredi dans sa mosquée de Drancy- a d’ores et déjà annoncé que deux autres voyages auront lieu au cours de l’année 2014.

Visiblement, l’instrumentalisation du personnage (récemment décoré par des oligarques israélo-ukrainiens) continue. À l’oeuvre depuis 2009: la frange ultra-sioniste de la communauté juive hexagonale, incarnée notamment par la direction droitière du CRIF mais aussi -et surtout- par son ami et mentor Sammy Ghozlan (qui s’était vanté le 6 février 2013 -sur l’antenne de Radio J- d’avoir eu l’idée de la création de la « Conférence des imams »).

Nul ne sait si « l’imam des lumières », à peine remis d’un voyage-fiasco au Vatican, réagira aux questions d’actualité sur le terrain: par exemple, l’homme qui avait affirmé ne pas vouloir voir sa fille « entourée que de Blacks et de Beurs à l’école » va-t-il s’indigner des vexations racistes subies, précisément, par les Arabes et les Noirs? Mystère…

Le destin, en tout cas, est cruellement facétieux : son premier voyage collectif et médiatisé -fin 2012- en Israël s’était accompagné du déclenchement meurtrier d’une opération militaire de grande ampleur contre la bande de Gaza. Aujourd’hui même, rebelote : l’aviation israélienne a bombardé deux camps du Hamas en « représailles » à des tirs de roquettes.

Hicham HAMZA


Nombre de lectures: 338 Views
Embed This