DzActiviste.info Publié le mar 11 Mar 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-03-11 20:22:00

Partager

Un monde multipolaire grâce à la Russie,

 

 

 

 par Ghaleb Qandil

IRIB-L’épreuve de force ukrainienne initiée par les Etats-Unis et l’Occident,

accompagnée de menaces et d’interventions dans le pré-carrée de la Russie, a pour objectif de déclencher une confrontation directe avec la puissance russe montante pour imposer de nouvelles règles, conformément à une vision défendue par des stratèges américains, dont Zbigniew Brzezinski, Henry Kissinger et Richard Haas. Cette vision consiste en un monde multipolaire conduit par les Etats-Unis, en opposition à la vision russe d’une relation d’égal à égal, dans le cadre d’un partenariat international dirigé par la Russie et l’Amérique. La riposte russe en Ukraine est offensive et répond à la stratégie du Soft power, basée sur la suprématie des facteurs géographiques, démographiques et économiques, face aux adversaires.L’Occident a été choqué par les mesures russes en Crimée, qui se prépare à un référendum, dans les prochains jours, pour décider de l’union avec la Fédération de Russie, alors que l’activisme se développe dans d’autres provinces d’Ukraine sur la base des liens ethniques slaves et de l’appartenance religieuse à l’Eglise orthodoxe, forts de quatre siècles d’histoire.
Face à l’option des sanctions brandies par l’Occident, la Russie a réagi avec fermeté, laissant entrevoir son intention, en cas de mise à exécution de ces menaces, d’accélérer les mesures pour transformer les Brics et l’organisation de Shanghai en puissant rassemblements financiers internationaux, indépendants et concurrents des Etats-Unis.
Moscou œuvrera afin de devenir un centre financier international, rival de New York, en tant que plate-forme pour les transactions internationales, ce qui menacerait la suprématie du dollar en tant que monnaie-refuge. La Russie envisage aussi de réclamer une restructuration des Nations unies.
De plus, toute décision américaine de mettre en œuvre des sanctions internationales contre la Russie provoquera de sérieuses divergences entre Washington et ses alliés européens, qui ont déjà exprimé des réserves face aux demandes américaines de réduire leurs échanges commerciaux avec la Russie.
D’autant que les Russes ont assuré qu’ils imposeraient leurs propres sanctions contre des sociétés américaines et européennes.
De nombreux articles dans la presse européenne ont reflété les craintes britanniques, françaises et allemandes face à de telles mesures russes.
La crise ukrainienne dépasse dans sa portée et ses enjeux les limites géographiques de ce pays. Elle reflète clairement les contours de la lutte que la Russie compte mener jusqu’au bout pour récupérer son influence historique dans les pays slaves d’Europe de l’Est, tombés dans l’escarcelle de l’Occident après la chute du mur de Berlin.
Les experts assurent que si la Russie réussit à imposer sa vision de l’avenir politique de l’Ukraine, d’importants développements internes suivront dans d’autres pays, comme la Roumanie, la Bulgarie et la Hongrie.
Conduit par les Etats-Unis, l’Occident a voulu essayer, dans la crise ukrainienne, de tordre le poignet de la Russie. Mais il a été surpris par la réaction des Russes, qui ont décidé d’aller jusqu’au bout dans le bras de fer, en fixant ses limites au bord du gouffre, ce qui a contraint l’Otan à reculer de peur d’une confrontation directe.
Cela signifie que les Etats-Unis seront contraints, en fin de compte, à accepter de nouvelles règles pour le partenariat international, sans suprématie américaine.
En outre, l’analyse selon laquelle la crise ukrainienne, aux portes de la Russie, aura des répercussions sur d’autres questions (la guerre en Syrie, le nucléaire iranien…) n’est qu’une illusion, car ces dossiers ont leurs propres dynamiques et ne dépendent pas de la seule volonté russe.
La Syrie a sa propre volonté et sa propre force populaire et militaire. Sa résistance a aidé la Russie à construire les nouveaux équilibres internationaux, autant que l’émergence de l’Iran en tant que puissance régionale incontournable.
La fermeté et la détermination affichées par Vladimir Poutine dans ces deux dossiers sont le résultat des épreuves de force, qui ne seront que renforcées par la crise ukrainienne.
De nombreux experts et centres de recherche occidentaux ont établi des comparaisons entre la résistance du président Bachar al-Assad, de l’Etat, du peuple et de l’armée syrienne, face à une guerre universelle qui dure depuis trois ans, et la fuite du président Viktor Iouchtchenko au bout de quelques heures seulement face aux groupes de saboteurs qui ont pris d’assaut son palais et instauré un pouvoir illégitime issu d’un coup d’Etat.
Le monde nouveau naitra sur les décombres des illusions américaines et émergera sur le solide roc de la résistance de la Syrie.


Nombre de lectures: 274 Views
Embed This