DzActiviste.info Publié le mer 12 Mar 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-03-12 09:07:00

Partager
LES ANDALOUS COMPRENNENT LE SIGNAL 
 
 
 
 
 

par M. Saadoune

Que faire d’une information comme l’accroissement du nombre de marines basés en Andalousie en préposition pour une éventuelle intervention dans un pays d’Afrique du Nord ? Tout et n’importe quoi ! Les médias marocains ont tenté, en 2013, d’en faire vulgairement un moyen de marquer un «point» contre le voisin : cette force a été mise en place en prévision d’une crise grave en Algérie. Bien entendu, il y a eu une source au Pentagone pour mettre tout le monde sur un pied d’égalité : le champ d’intervention de la force spéciale, c’est l’ensemble de l’Afrique du Nord. Et au cas où des diplomates et des citoyens auraient des ennuis, cette force pourrait, si Washington l’autorise, se passer de l’accord des gouvernements locaux. Avis donc à tous les gouvernements de la zone !

 Aujourd’hui, ceux qui contestent aux Algériens le droit de s’indigner contre le quatrième mandat pourraient faire comme les médias marocains il y a un an : dire que c’est l’Algérie qui est «ciblée». Ils pourraient même fabriquer des connexions entre la contestation en Algérie et la base militaire américaine de Moran. C’est en Andalousie. Ceux qui mettent en avant la «situation sécuritaire aux frontières» pour défendre la présumée «stabilité» pourraient croire que c’est facile à amalgamer. Et que les «Andalous comprendront le signe». Sauf que de nombreux Algériens qui aiment l’andalou n’ignorent pas que c’est un discours creux. Après tout, l’Algérie officielle n’est-elle pas l’amie officielle des Etats-Unis ? Elle n’aurait de ce fait rien à craindre. Un autre usage possible de l’information serait de dire que l’Algérie, en raison de la manière dont se «décide» la présidentielle et le statuquo, entre dans une situation de clivage qui rend nos «amis» américains inquiets.

On peut, en forçant le trait comme le font les propagandistes en général, à partir de ce fait concocter toutes les lectures qu’on veut, genre c’est à cause du «4ème mandat» ou des «adversaires de la stabilité». Pourtant, ni l’existence de bases américaines en Espagne et ailleurs dans notre environnement, ni les risques sécuritaires aux frontières ne doivent être pris à la légère. A condition de voir plus large et d’admettre que l’intérêt de l’Algérie n’est absolument pas réductible à celui du régime ou à un de ses clans. C’est cette confusion qui est dangereuse. Quand on essaie d’alarmer les Algériens en donnant pour exemple la Libye, la Syrie ou l’Ukraine, on fausse totalement la perspective. On oublie, par exemple, que Kadhafi était «l’ami» de ceux qui sont venus le faire tomber et que son régime était une calamité, pour la Libye comme pour les voisins. Pour la Syrie, c’est le même regard biaisé qui tente de faire oublier que le régime de Bachar Al-Assad s’est tellement fermé aux Syriens qu’il a créé d’énormes boulevards pour l’action des étrangers.

L’économiste Omar Aktouf, scandalisé par l’usage qui est fait actuellement du terme de la stabilité, a rappelé opportunément le conseil de Machiavel : «Prince, si tu crains la révolution, fais-la !». Les Andalous comprendraient dans ces conditions le signal (Al-Andalous Yefhamou Al Ichara), selon la chanson. Pas les «stabilisateurs» dont l’argument se résume à un «honnis soient ceux qui ne nous aiment pas !» (Inaal Li Ma Yhabnache), ce stade suprême de l’argument creux !


Nombre de lectures: 215 Views
Embed This