DzActiviste.info Publié le sam 29 Mar 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-03-29 20:36:00

Partager

140329-syrie Moyen-Orient


Syrie : assiste-on à un virage à 180 degrés ?


Nous ne sommes pas encore au printemps, mais il semble que le grand nettoyage soit déjà commencé. Quelle en est la raison ; là est la question. Nous avons vu récemment un reportage sur BFM TV nous montrant des djihadistes dans leurs œuvres en Syrie. Ce reportage a une intention plus que transparente (ils ne savent plus faire…) : noircir au maximum les takfiristes et blanchir d’une blancheur OMO, l’armée syrienne libre, après que le Quai d’Orsay ait donné le ton. Parallèlement à cette volte-face officielle de ( est aussi officiel pour que l’est New York Time pour la Maison Blanche), c’est le sauve-qui-peut général dans les pays du Golfe.

Ce fut d’abord l’ qui décida de considérer les takfiristes, ses propres employés, comme . La nouvelle fut très peu relayée. Ensuite ce fut, hier, au tour du (province Saoudienne) de donner un ultimatum (carrément !) à ses ressortissants qui se battent en Syrie, leur promettant bien des déboires s’ils ne rentraient pas à la maison sous deux semaines. Avec un peu plus de finesse et de filouterie aussi, il semble qu’Erdogan aussi est en train de manœuvrer dans ce sens. On a constaté qu’il fermait la frontière turque aux djihadistes qui voulaient refluer vers la Turquie avec les soldats syriens à leurs trousses. Et maintenant c’est la France qui annonce clairement qu’elle lâchait les  takfiristes, se servant pour cela de ses propres takfiristes (à moins que ce ne soit des acteurs ?).

Il y a anguille sous roche, c’est le moins que l’on puisse dire. Deux voies seraient alors à suivre. Mais avant cela, signalons que Moscou a introduit une résolution à l’ONU au sujet de « l’Intégrité du système judiciaire » et qui a été adoptée par la plupart des voix (dont ne fait évidemment pas partie celle des Etats-Unis). Cette résolution appelle les pays à assurer que les tribunaux et les cours nationales adoptent les principes de procédures judiciaires basés sur le droit international.

Pour en revenir à nos anguilles, la première serait que le bloc atlantiste veut armer massivement ceux qu’ils veulent présenter comme modérés, c’est-à-dire la soi-disant armée syrienne libre, et partir dans une offensive un peu plus clean. Mais qui peut croire, une seule seconde, que le bloc atlantiste soit gêné, de quelque manière que ce soit, de fricoter avec les takfiristes ? Ils l’ont toujours fait et le font encore et pour cause, ce sont leur soldats, qu’ils ont recrutés, formés et entrainés avant de les envoyer au charbon, bien encadrés par de faux djihadistes encagoulés.

La deuxième anguille, vers laquelle je penche volontiers, c’est que dans cette guerre visible, il y en a une autre sous-terraine, dans laquelle la joue un grand rôle. Quoi que nous fassions, nous ne verrons que la partie émergée de l’iceberg et n’en observerons que les conséquences. et (non pas Moscou et Washington) ont-ils décidé d’accélérer les évènements syriens, à la lumière des derniers développements ukrainiens ?  Ou bien Moscou dispose-t-il d’éléments qui peuvent faire pression sur les uns ou les autres, à la manière des Etats-Unis au temps de leur splendeurs ? Notons que pendant les trois années de guerre où la fut un allié indéfectible de la Syrie, elle en a avalé des couleuvres. Et cependant, jamais un mot plus haut que l’autre, jamais aucune menace, ni même de propos hostiles même devant l’insulte. Elle n’a agi qu’une, et une seule fois, dans un moment où il fallait absolument agir, et cette seule action, effectuée en silence et dans le calme, fut décisive.  Qui peut donc croire que ce pays, qui a su s’éviter deux catastrophes, une en Syrie et l’autre en , sans avoir l’air d’avoir levé le petit doigt, ait pu rester passif pendant trois ans de guerre dont, au bout du compte, il était la cible finale ?

Dans un cas comme dans l’autre, cela ne peut être que positif pour la Syrie et les syriens. Sans takfiristes BFM ou saoudo-bahreïni, les militaires syriens y verront un peu plus clair. Et si la deuxième hypothèse est vraie, cela veut dire que chacun est tenu de se désengager pour sauver la face avant l’arrêt des hostilités, et la vie reprendrait alors son cours.

Les prochains évènements en Syrie et dans les capitales atlantistes nous donneront des indications.

Avic


Nombre de lectures: 250 Views
Embed This