DzActiviste.info Publié le mar 8 Avr 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-04-08 14:23:00

Partager
Rabbi Yestor 
 
 
 

par K. Selim

Le pire n’est jamais certain mais il ne faut pas s’aveugler, cette élection présidentielle qui se déroule sur fond de crise aiguë du système politique en place est porteuse de risques. On en a eu quelques exemples qui n’annoncent pas des perspectives réjouissantes. Les Algériens qui se désintéressent d’une élection présidentielle «courue d’avance» commencent à y prêter attention non sous l’angle de «l’intérêt civique» mais celui de l’appréhension des suites.

Certains observent déjà une tendance des Algériens à stocker des vivres dans le cas où… les choses déraperaient. La formule qu’échangent le plus les Algériens entre eux est «Rabbi yestor» (Que Dieu nous préserve). Le système algérien arrive à ses ultimes retranchements et la manière dont se noue l’élection présidentielle suscite des colères et des frustrations. Il sera difficile de faire du 17 au soir une «fête démocratique» car les jeux biaisés des élections à l’algérienne ne font plus illusion. Même les «fidèles» du vote ont du mal à comprendre le cours qui est imposé au pays avec la reconduction d’un statuquo devenu très visiblement bancal.

Le 17 au soir ne sera pas une fête, c’est certain. De très nombreux Algériens appréhendent qu’il ne tourne au drame et qu’il serve d’étincelle à une accumulation de frustrations et de colères dont les signaux ont été donnés dans une campagne surréaliste menée par procuration. A dix jours du vote, les tensions sont perceptibles. Et tout indique qu’elles ne retomberont pas après le 17 avril. La campagne par procuration n’a rien d’un voyage tranquille et Ali Benflis ne semble pas vouloir jouer le rôle de lièvre «sage». L’activisme des «anti-4ème mandat» et des boycotteurs a été renforcé par les gros dommages provoqués par les bévues de Sellal. Il crée déjà une forte polarisation sur une base régionale, une évolution sinistre alors que dans d’autres régions, Ghardaïa ou à Ali Menjeli (Constantine) on bascule dans le tribalisme et les guerres des gangs.

On n’est pas dans la configuration de 1999 où tous les compartiments du régime ont soutenu «l’homme du consensus», on n’est pas non plus dans celle de 2004. Ces élections ont été conduites par un régime qui avait encore du ressort. Celle qui se profile se déroule sur fond de crise interne sérieuse du régime. C’est cette crise qui permet à un Benflis de croire qu’il n’est pas un lièvre. Ou qu’il peut refuser le rôle qu’on lui impute. Devant la faible confiance – pour ne pas dire l’absence de confiance – à l’égard des institutions et des administrations, la contestation des résultats se profile déjà. La révolte du «lièvre» principal pourrait chambouler les constructions. Et ce qui rend la situation délétère est que ceux qui sont en charge de la campagne de Bouteflika réfutent avec beaucoup de raideur les appels à la transition et à la renégociation d’un nouveau consensus pour un nouveau régime.

Tout le monde demande la transition et le consensus sauf les Sellal, Ouyahia and co qui s’installent dans un discours du déni et font mine de croire que les institutions fonctionnent normalement et jouissent du crédit nécessaire pour qu’il ne soit pas besoin de remettre en cause le régime. L’autisme dans sa plus grande splendeur. Rabbi yestor disent les Algériens. Eux ne sont pas aveugles. Ils sont en Algérie pas dans une bulle rentière.


Nombre de lectures: 154 Views
Embed This