DzActiviste.info Publié le mer 9 Avr 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-04-09 14:59:00

Partager

Racolage tous azimuts

 

 

 

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.04.14

Plus de 20 000 logements seront distribués immédiatement après l’élection présidentielle du 17 avril, a récemment annoncé le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville. L’information qui, en fait, n’en est pas une, aurait pu passer sans autre commentaire si M. Tebboune n’avait pas tenu à en rajouter une couche en voulant préciser que le timing de l’opération vise à éviter toute récupération politique. En ces moments chauds de campagne électorale, il est fort difficile d’accorder le moindre crédit à cette déclaration et l’absoudre de toute intention d’induire en erreur une opinion publique très sensible à un sujet de tout temps au centre des préoccupations du citoyen.
En retraçant l’historique de cette distribution tumultueuse, il est aisé de mettre à nu cette volonté du ministre à vouloir récupérer à son compte une vieille recette, de la mettre au goût du jour et surtout de l’inclure au menu de la propagande du président-candidat.
A maintes reprises l’ex-wali, M. Addou, avait annoncé la distribution de ces mêmes logements avant la fin de l’année 2013. Prenant le relais, l’actuel patron d’Alger n’a pas manqué, à son tour, d’annoncer la bonne nouvelle, avec fin mars comme date butoir.
Il y a lieu de préciser encore que ce programme date des années 2000 et qu’il s’agit de logements destinés à résorber l’habitat précaire, dont la liste des bénéficiaires, installés dans des bidonvilles, a été clôturée en 2007 !

Pour toutes ces raisons évidentes, M. Tebboune n’a, en fait, servi que du réchauffé, lui qui pensait pouvoir rallier les «laissés-pour-compte» de la capitale à la propagande officielle en jouant sur l’espoir et le désespoir de centaines de milliers de citoyens. D’aucuns voient en la circonstance l’ombre d’un chantage accompagner les cérémonies officielles de remise des clefs, entrecoupées de youyous de circonstance et de louanges à l’adresse du «sauveur» du petit peuple.
Ainsi va donc la récupération politique dans notre pays. Les tenants du pouvoir ne lésinent sur rien pour arriver à leurs fins, quitte à transgresser les limites de la légalité et de la morale.Des symboles de la nation, dans leur diversité, n’ont pas été épargnés, à l’image de ces artistes, porte-drapeaux de notre culture, qui, pour beaucoup d’entre eux, se sont retrouvés exploités dans une œuvre artistique dédiée à la gloire de Bouteflika. C’est aussi le cas des stars sportives, appelées à soutenir le candidat invisible. Cette course effrénée au pouvoir fait abstraction de l’essentiel d’un vote qui ne peut être, avant tout, que l’expression libre et individuelle d’une conviction.
 

Ali Guissem


Nombre de lectures: 300 Views
Embed This