DzActiviste.info Publié le lun 14 Avr 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-04-14 11:28:00

Partager

Bouteflika se plaint de Benflis auprès du MAE espagnol


Grave manquement aux usages diplomatiques

 

 

 

 

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.04.14 


Indigne d’un Etat souverain. Le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, qui se plaint de son rival, Ali Benflis, auprès du ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Garcia-Margallo y Marfil.

Un grave manquement aux usages et aux mœurs diplomatiques. Dans une scène aussi pathétique que surréaliste, Bouteflika, d’une voix à peine audible, implique le ministre des Affaires étrangères d’Espagne dans un débat politique interne. «Par certains moments, elle (la campagne électorale) a manqué d’élégance. Il y a des appels à la violence, des comportements pas très orthodoxes, pas très démocratiques», bafouillait-il à l’adresse de son invité du jour.
A la réplique du ministre espagnol qui assurait que d’Espagne, il n’avait pas «remarqué que c’était une campagne tellement dure», le président-candidat, qui n’a pas pu faire sa propre campagne électorale, s’en est violemment pris au candidat Ali Benflis. En des termes graves, Bouteflika persiste dans sa «chikaya» : «Qu’un candidat vienne menacer les walis et les autorités de faire attention à nos familles et à nos enfants en cas de fraude, cela veut dire quoi ? C’est du terrorisme à travers la télévision.»  Un chef d’Etat qui assimile les déclarations d’un candidat à la magistrature suprême au «terrorisme». Une mauvaise interprétation des déclarations de Benflis faite à dessein, sachant que dans la même journée de samedi, la direction de campagne de Bouteflika a fait porter la responsabilité des troubles marquant la campagne électorale à Benflis.Divagation. Visiblement, tous les coups tordus sont permis pour forcer le passage.
Ces propos lourds de sens, qui sonnent comme une menace contre un adversaire politique, n’ont pas manqué d’indigner de nombreux Algériens qui ont vivement réagi sur les réseaux sociaux. En faisant de telles déclarations, le Président a franchi un cap dangereux dans la surenchère électorale qui aggrave une polarisation politique de plus en plus préoccupante.
Sa sortie d’avant-hier illustre manifestement une perte de cohérence à l’intérieur du régime. L’état d’incertitude dans lequel se trouve le pays exige du président de la République de la sagesse, de rassurer les Algériens de plus en plus inquiets et d’atténuer les tensions qui plombent la société. Alors qu’une région du pays – la vallée du M’zab – est en proie à une terrible violence opposant des populations, Bouteflika préfère parler du match de football opposant l’Atletico Madrid au FC Barcelone pour démontrer que ses facultés mentales ne sont pas atteintes. Les habitants de Ghardaïa sont choqués et scandalisés.
La charge du chef de l’Etat, aussi incompréhensible qu’ubuesque, est signe d’une panique qui s’empare du clan présidentiel qui, visiblement, vacille dans ses certitudes quant à l’obtention d’un 4e mandat sans trop de difficulté.  Une perte totale de self-control provoquée par un Ali Benflis qui réussit indéniablement sa campagne électorale et surtout est décidé à défendre les voix de ses électeurs en cas de fraude. Un Benflis conquérant qui, au fil des journées de campagne, montait en cadence et a fait douter le camp du parti du 4e mandat qui cumule les ratages. Assurément, le 4e mandat fait redouter un éclatement. Des acteurs plus sérieux, qui s’inscrivent en dehors du calendrier électoral, mettent en garde contre le désordre.
 


Hacen Ouali


Nombre de lectures: 215 Views
Embed This