DzActiviste.info Publié le jeu 17 Avr 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-04-17 11:03:00

Partager

Mohamed Mediène, l’homme le plus mystérieux d’Algérie 

 

 

 

Le Point.fr 

Celui que toute l’Algérie appelle Toufik et craint est le grand patron du renseignement. Il joue au chat et à la souris avec Bouteflika depuis 15 ans.

Il n'existe qu'un seul cliché du général Mohamed Mediène.
Il n’existe qu’un seul cliché du général Mohamed Mediène.© DR

Décidément, la réputation d’opacité du système politique algérien n’est pas usurpée. Non seulement les Algériens vont élire demain à la présidence un candidat invisible – certes pour des raisons de santé -, mais ils vivent aussi depuis l’indépendance sous la tutelle pesante de services de renseignements dont ils ne connaissent pas le responsable, ignorent tout, y compris le visage. C’était vrai hier de Kasdi Merbah, le puissant patron de la sécurité militaire de Houari Boumédiène que la population a découvert dans les années quatre-vingt, quand il est devenu ministre. C’est vrai aujourd’hui du général Mohamed Mediène, dit Toufik, qui dirige, depuis septembre 1990, le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), successeur de la sécurité militaire. Le DRS a pendant longtemps constitué, derrière le paravent d’un gouvernement civil, la réalité du pouvoir politique.
Cette opacité du régime algérien n’est pas tant le fait des hommes qui le dirigent que du « système » mis en place par Houari Boumédiène à l’indépendance, voire avant, dans les maquis. « Les hommes passent, les rouages demeurent », répétait Boumédiène, le deuxième chef d’État du pays. D’où cette permanence dans l’opacité de la décision politique qui est toujours prise de manière collégiale au sein de l’institution militaire (armée et services) lorsqu’il s’agit de questions vitales. Ce mode de fonctionnement déroute les observateurs incapables de répondre à la question : qui dirige l’Algérie ? À ce propos, l’hebdomadaire Jeune Afrique rapportait, il y a peu, la question posée par Nicolas Sarkozy à un ministre algérien : « Pourquoi votre pays est-il si opaque ? » « Parce que c’est justement ce qui fait notre force », lui aurait rétorqué le responsable.

Un « éradicateur » pour venir à bout des islamistes

Au sommet de ce mystérieux pouvoir algérien : le général Mohamed Lamine Mediène, le patron des services de renseignements, le DRS. Il est à la fois l’homme le plus puissant et le moins connu du pays, celui dont le nom et celui de son service entretiennent tous les fantasmes. Il n’existerait qu’une ou deux anciennes photos de Toufik, qui semble entretenir un mystère qui accroît son aura. Il y a quelques années encore, les Algériens baissaient la voix quand ils citaient son nom. Que sait-on de lui ? Il est né en 1939, en petite Kabylie, dans la région de Sétif, et passe son enfance à Bologhine, un quartier excentré de la capitale. Jeune, pendant la guerre d’indépendance, il rejoint l’Armée de libération nationale et est l’un des quatre officiers de l’ALN encore en exercice. Après 1962, il ne quitte pas l’armée et fait partie de ce qu’on appelle en Algérie la promotion « tapis rouge » : les militaires passés par l’école du KGB, les services de renseignements soviétiques.
Son avenir est tracé. De retour en Algérie, il occupe différents postes au sein de la sécurité militaire : chef d’antenne de la 2e région dont Chadli Bendjedid, le futur président, est le commandant en chef ; attaché militaire en Libye ; responsable de la sécurité à la présidence sous Chadli ; puis chef de l’important département de la sécurité de l’armée qui dépend des services de renseignements alors dirigés par le général Mohamed Betchine. En septembre 1990, Betchine quitte la direction de la sécurité militaire et Mohamed Mediène, nommé général, le remplace à titre transitoire. Vingt-quatre ans après, il est toujours le puissant patron des services de renseignements. La sécurité militaire a été rebaptisée Département du renseignement et de la sécurité (DRS) à l’arrivée de Mediène et rattachée directement à la présidence. Boumédiène qui se méfiait de la sécurité militaire les avait, à l’origine, mis sous son autorité pour les soustraire à l’état-major de l’armée et mieux les contrôler.
En décembre 1991, lorsque le Front islamique du salut (FIS) est sur le point d’emporter les élections législatives, le général Mediène fait partie, avec un groupe de généraux, dont le chef d’état-major, le général Khaled Nezzar, des « éradicateurs » qui organisent le coup d’État. Le second tour des législatives est annulé, le président Chadli Benjedid renvoyé dans ses foyers, des dizaines de milliers d’islamistes sont arrêtés et un haut comité d’État, présidence collégiale nommée par les militaires, mis en place. C’est un habillage derrière lequel se cachent les « éradicateurs ». Ils vont tirer les ficelles du pouvoir pendant toute la sanglante guerre civile à laquelle Abdelaziz Bouteflika met fin après son élection à la présidentielle, en 1999. Les militaires lui ont demandé de se présenter et de devenir le premier président civil du pays.

Un animal à sang froid

Pendant toutes ces années, Toufik a transformé le DRS en un véritable État dans l’État. Les services de renseignements ont pris la tête de la répression des islamistes pendant la « décennie noire », les années quatre-vingt-dix. Ils infiltrent et manipulent les groupes terroristes, s’opposent à ceux (du pouvoir ou de l’opposition) qui veulent négocier avec le Front islamique du salut, contrôlent les médias, placent leurs hommes dans les entreprises, les administrations, les partis politiques, les associations…. On estime que le DRS compte quelque 100 000 agents.
Le général Mediène dispose de réseaux dans tous les milieux et sur l’ensemble du pays. Passionné de football et amateur de cigares, gros travailleur, parlant peu, fuyant les mondanités, il a la réputation d’être un calme introverti, un animal à sang froid apprécié de collaborateurs qui lui sont fidèles. C’est un homme trop puissant pour ne pas entretenir des rapports compliqués avec Abdelaziz Bouteflika, chef d’État impérieux qui entend bien être le seul responsable de la décision présidentielle. Pour le DRS, le pouvoir du premier président civil doit rester sous le contrôle de l’institution militaire et ne pas dépasser les limites d’El Mouradia, le palais présidentiel. Dès son élection, en 1999, Abdelaziz Bouteflika tente, à plusieurs reprises, de renvoyer l’armée dans ses casernes et de lui imposer la tutelle du pouvoir politique. En 2004, lorsque le chef d’état-major s’oppose presque publiquement à sa candidature et soutient son rival, Ali Benflis (déjà), Bouteflika obtient le départ du chef d’état-major, le général Mohamed Lamari, qui est remplacé par un homme sûr, le général Mohamed Gaïd Salah, encore en place.
Reste le DRS. Le général Mediène garde toutes les apparences d’un officier loyal à l’institution présidentielle. La présidence va tenter de l’évincer. En vain. Sous le couvert de la lutte contre la corruption, lors de leurs enquêtes, les agents des services visent des proches de l’entourage du chef de l’État, comme l’ancien patron de la Sonatrach, Chekib Khellil. Certains responsables sont envoyés en prison. Mais Abdelaziz Bouteflika et Toufik se tiennent « par la barbichette » et trouvent toujours des compromis. Ils ne sont rien l’un sans l’autre. Le patron du DRS soutient la réélection d’Abdelaziz Bouteflika en 2004, puis en 2009, après avoir appuyé, en 2008, la révision de la Constitution qui limitait le nombre des mandats présidentiels à deux.

Qui partira le premier ?

Ces derniers mois, le général Mediène ne semblait pas souhaiter que le président malade et très diminué physiquement postule à un quatrième mandat. À partir de l’été dernier, la querelle à fleurets mouchetés entre le DRS et l’état-major (pro-Bouteflika, ce qui n’est pas le cas de toute l’armée) s’exacerbe. Celui-ci rend le DRS responsable du fiasco de l’attaque de la base pétrolière près d’In Amenas, dans le Grand Sud algérien, par des islamistes en février 2013. Cette prise d’otages a entraîné la mort de plusieurs dizaines de salariés civils. Le DRS est accusé de ne pas avoir anticipé les mouvements des groupes terroristes. Le chef d’état-major, le général Mohamed Gaïd Salah, entend que le DRS s’occupe moins de politique et se cantonne à sa mission de renseignements pour assurer la sécurité du pays. Le président joue de la rivalité entre ces deux institutions qu’il entend contrôler. En septembre, l’organisation des services de renseignements est modifiée. Certaines directions passent sous le contrôle de l’état-major.
Le débat s’envenime en janvier lorsque le président Bouteflika est sur le point d’annoncer sa candidature à un quatrième mandat. Le parti FLN, pro-Bouteflika, affronte directement le DRS. Du jamais-vu. Les Algériens s’inquiètent de ces règlements de comptes mis sur la place publique, ce qui n’est pas dans les habitudes du pays. En février, une réunion des officiers supérieurs décide la mise à la retraite de généraux du DRS. Toufik voit partir une partie de sa garde rapprochée. Puis tout rentre dans l’ordre.
Que se passera-t-il demain entre les trois hommes forts du pouvoir algérien ? Tous trois appartiennent à la même génération, ce sont des septuagénaires qui vont passer la main à plus ou moins longue échéance. Abdelaziz Bouteflika va être réélu. Les rumeurs algéroises parlent d’un éventuel départ du général Gaïd Salah, mais il n’entend pas partir seul. Qui partira le premier ? Qui les remplacera ? Les Algériens veulent savoir si le changement des hommes se soldera par un changement du « système ». Ils n’y croient guère. « Les hommes passent, les rouages demeurent… », répétait Boumédiène.


Nombre de lectures: 196 Views
Embed This