DzActiviste.info Publié le sam 26 Avr 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-04-26 22:04:00

Partager

Jihad en Syrie et engagement dans Tsahal : pourquoi interdire l’un et tolérer l’autre? 

 





Hicham Hamza

Samedi 26 Avril 2014


Paradoxe. Le Figaro publie aujourd’hui une tribune du juge Marc Trévidic qui propose la « création d’un délit-obstacle faisant interdiction à un Français de combattre à l’étranger sans autorisation ». Si les « djihadistes » sont explicitement visés, silence est fait sur les Français volontaires dans l’armée israélienne.

 
Le premier site à relayer la tribune du Figaro n’est pas le moindre: le Conseil représentatif des institutions juives de France n’a pas tardé à promouvoir l’appel du juge Marc Trévidic en faveur d’une loi visant à interdire de partir « combattre » en Syrie.
Nulle surprise à constater ici que cet organisme communautaire s’empresse de publier ce texte co-signé par le magistrat anti-terroriste: comme l’avait souligné Panamza, Marc Trévidic est un invité du dîner annuel du Crif, ce qui pose problème au regard du principe de l’indépendance des juges et de la nature parfois sensible des dossiers à caractère religieux traités dans les affaires de terrorisme.
Jihad en Syrie et engagement dans Tsahal : pourquoi interdire l’un et tolérer l’autre?


« Je pense terrorisme, je mange terrorisme, je dors terrorisme ! », déclare d’ailleurs  Marc Trévidic au quotidien La Croix. L’homme qui prône aujourd’hui une « interdiction de combattre à l’étranger sans autorisation » était plus radical un mois auparavant. Interrogé sur Rmc, Marc Trévidic défendait déjà la même idée mais sans préciser une quelconque forme d’exception basée sur la délivrance d’une « autorisation »: tout départ pour « combattre à l’étranger » devait être « interdit ».


Entre cette interview sur Rmc et la tribune du Figaro, un mois seulement s’est écoulé. Le juge a visiblement estimé désormais nécessaire d’accorder une sorte de dérogation pour certains types de « combattants » qui seraient « autorisés » à partir à l’étranger. Un assouplissement qui ne devrait pas déplaire pas à la direction du Crif dont la plupart des membres tolèrent -voire défendent- l’engagement de Français juifs (tel le conseiller d’Etat Arno Klarsfeld) dans l’armée israélienne. Sur ce point, un récent papier étayé du webmedia Orient XXI soulignait que ces derniers vont « intentionnellement participer à l’occupation de territoires, en violation du droit international. Mais cette démarche-là ne semble interroger personne, pas plus que les éventuelles implications de Français dans des violations de la charte internationale des droits de l’Homme ou du droit de la guerre. »

Par ailleurs, tandis que la France déplore la jeunesse des combattants partis en Syrie, il faut rappeler ici, à l’instar d’Orient XXI, qu’un programme de l’armée israélienne, dénommé Sar-El et réalisable dès l’âge de 16 ans, a intégré 1086 citoyens français pour la seule année 2012. Ce chiffre demeure d’ailleurs supérieur à celui des Français comptabilisés par le gouvernement Valls dans les « filières djihadistes » mais une telle discussion, politique ou médiatique, n’est probablement pas envisageable à court terme sur les antennes hexagonales: le thème audacieux des « filières sionistes » ne constitue pas exactement  un marronier typique de la presse française.


Remarquons, au passage, un autre élement croustillant de la tribune du Marc Trévidic: elle est co-signée par l’avocat Thibaut de Montbrial (un homme qui condamne -sans rire- la « stigmatisation » des policiers par la communauté musulmane de Trappes) mais également -et surtout- par Jean-Charles Brisard. La plupart des médias présentent aujourd’hui ce dernier comme un « consultant international spécialiste du terrorisme ».


Léger souci: Brisard est aussi -comme le rappela incidemment Le Parisien du 20 janvier- un ancien « honorable correspondant de la DST », autrement dit -précisa le quotidien- une « taupe » des services secrets. Cette activité singulière, encore méconnue du grand public, était notoire parmi les journalistes spécialisés sur les questions de police mais largement passée sous silence. Le « consultant » a ainsi été régulièrement convié par les médias pour défendre la version officielle du 11-Septembre comme celle de l’affaire Merah


Précisons ici que Brisard est à l’intersection idéale des appareils d’Etat de Paris, Washington et Tel Aviv. Collaborateur du contre-espionnage hexagonal et chantre de Charles Pasqua (dont il partage le même avocat: Léon-Lef Forster), ce Franco-Américain résidant en Suisse est également membre du conseil d’administration d’un think-tank dénommé American Center for Democracy et ex-chercheur auprès du Terror Finance Blog: comme l’illustre le profil idéologique de leurs membres, ces deux organisations sont emblématiques de ce qu’il convient factuellement de dénommer -n’en déplaise aux apprentis censeurs« l’américano-sionisme ».


En résumé, un juge proche d’un organisme ultra-sioniste et un agent officieux des services secrets -également lié à des hégémonistes israélo-américains- demandent aux parlementaires d’interdire aux Français musulmans de combattre en Syrie mais se taisent sur ces Français juifs qui sont volontaires pour servir un régime « colonial » et « ségrégationniste » pratiquant le « nettoyage ethnique » (selon les termes  de Richard Falk, bête noire du Crif et rapporteur spécial de l’ONU entre 2008 et 2014).

Au mieux, c’est une farce. Au pire, une tragicomédie.

HICHAM HAMZA  


Nombre de lectures: 131 Views
Embed This