DzActiviste.info Publié le jeu 8 Mai 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-05-08 22:26:00

Partager

Libye: Le projet « C . C» de la Rand Corporation

 

 

 

«La stratégie américaine, depuis 2007, a visé à confier la gestion de l’Islam politique aux Frères Musulmans afin que la confrérie assume le rôle de chef de file du courant se réclamant de l’Islam modéré». Elle s’est inspirée d’un rapport de la Rand corporation, qui avait pour nom de code «C-C» pour «From Confrontation to Containement».




«La stratégie américaine, depuis 2007, a visé à confier la gestion de l’Islam politique aux Frères Musulmans afin que la confrérie assume le rôle de chef de file du courant se réclamant de l’Islam modéré». Elle s’est inspirée d’un rapport de la Rand corporation, qui avait pour nom de code «C-C» pour «From Confrontation to Containement».
La Rand corporation est un Think Tank américain chargé d’élaborer des prospectives en vue de nourrir la réflexion stratégique américaine, en complément d’une structure jumelle, la Ford Foundation, dont la directrice régionale pour le Moyen-Orient, basée au Caire, n’était autre que l’universitaire franco-syrienne Basma Kodmani, la première porte-parole de l’opposition syrienne off-shore, chargée de la promotion de L’ «Arab Reform Initiative», un projet financé par des capitaux mixtes notamment de la principauté d’Abou Dhabi.
-«Morsi au Pouvoir était pleinement conforme aux desideratas américains. Mais les Américains baignent dans la  contradiction. Ils ont certes protesté contre la destitution du de l’ancien président égyptien comme étant contraire à la légalité, mais n’ont soufflé mot lorsque en Libye, le vainqueur des élections législatives, la «Coalition des Forces nationales», a été privée du pouvoir par la force des armes».
-«Al Qaida, les takfiristes, les djihadistes ont été instrumentalisés par certains cercles occidentaux dans le but de les canaliser et de les diriger vers des lieux précis, non pour les affronter, mais pour les contenir. Le courant islamiste devrait veiller à éviter de servir de prétexte à une intervention militaire étrangère».

 Le printemps arabe en rapport avec le conflit israélo-palestinien: Le sud Sinaï, le Hong Kong des Arabes.

-«Le printemps arabe avait un rapport avec le règlement du conflit israélo-arabe. Le projet prévoyait l’affectation d’une portion du désert du Sinaï à l’installation de Palestiniens de la diaspora dans le sud de la péninsule. Ce projet devait être complété par la création d’une zone franche à l’Est de Suez et des investissements considérables pour en faire de cette zone de démarcation entre Israël  et l’Egypte Le Hong Kong des Arabes».
La Syrie: Le régime syrien sera préféré aux djihadistes du fait du désarmement de son arsenal chimique. «Le désarmement chimique de la Syrie donne désormais à ce pays une importance plus grande aux yeux des américains et des occidentaux que les djihadistes. Assad désarmé est un atout considérable pour la sécurité d’Israël, dont le maintien sera préféré à la présence d’un inconnu extrémiste. Le règlement en Syrie interviendra selon le schéma yéménite. Le maintien des structures du régime sans Assad. Un de ses proches lui succédera et Assad ne sera pas poursuivi par la justice pénale internationale.
La faiblesse des démocrates arabe: «Le printemps arabe a tué le printemps arabe. Nous lui avons fait supporter plus qu’il n’en pouvait. La paternité du terme revient d’ailleurs au journaliste américain Thomas Friedman du New York Times par comparaison avec le phénomène qui s’est produit en Europe centrale» dans la décennie 1990.
-«La Libye contenait en germes les indices d’une malformation. La Syrie en a démontré l’ampleur. En Libye la violence était contenue dans tous les aspects de la phase de transformation. En Syrie, la violence a atteint un degré catastrophique. Le drame du Monde arabe réside dans la faiblesse des démocrates.
-«Si la Libye fait face à un problème de gestion des richesses, la Tunisie et l’Egypte connaissent un problème de création de richesse. Les investissements ont chuté de 90 pour cent durant cette séquence, dont 30 pour des recettes touristiques tant pour l’Egypte que pour la Tunisie, alors que l’Algérie demeure une énigme de par son attentisme lors du printemps arabe. C’est l’attaque d’Inamenas, début 2013, qui conduira Alger à autoriser le survol de son territoire par l’aviation  française lors de l’opération Serval au Mali.
«Les objectifs américains dans la zone ont été pleinement atteints. La sécurité d’Israël et du pétrole n’ont jamais été aussi grands. L’Irak et la Syrie ont été détruits. L’Egypte a besoin d’un véritable plan Marshall pour son redressement afin de retrouver son rôle pilote dans le Monde arabe. Tout cela a déblayé la voie à l’émergence de l’Iran et de la Turquie en tant que puissances régionales avec les rivalités que cela implique.


Nombre de lectures: 154 Views
Embed This