DzActiviste.info Publié le lun 12 Mai 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-05-12 07:25:00

Partager
LA BANQUE DES ILLUSIONS
 
 
 
 
 

par M. Saadoune

La routine de la langue de bois diplomatique a été respectée : un énième Conseil des ministres des Affaires étrangères des pays de l’Union du Maghreb arabe tenu à Rabat a donné, une nouvelle fois, un accord de «principe» pour la tenue d’un sommet des chefs d’Etat avant la fin de l’année en Tunisie. Rien n’a manqué à ce Conseil des ministres, pas même la traditionnelle mésentente entre le Maroc et l’Algérie qui n’était pas représentée par Ramtane Lamamra mais par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Abdelhamid Senouci Bereksi.

Moncef Marzouki, dans la foulée des changements en Tunisie, avait essayé de faire bouger les lignes en obtenant des «accords de principe» pour la tenue d’un sommet maghrébin en octobre 2012 à Tabarka, en Tunisie. Il est aujourd’hui vaguement question, dans la nouvelle annonce et dans une sortie de clin d’œil involontaire au rendez-vous raté, de la possibilité de tenir le sommet en octobre 2014. Les bureaucrates de l’UMA – il y en a même si l’Union est une coquille vide – n’ayant pas beaucoup de choses à faire n’ont pas oublié, une fois de plus, de reparler du projet de création de la Banque du Maghreb pour l’investissement et le commerce extérieur (BMICE). Et le Conseil des ministres tenu à Rabat, indique-t-on, a adopté le «projet définitif» d’une banque en chantier depuis 1991 !

Dans les propos les plus récents sur la banque, les ministres des Finances des pays de l’UMA l’annonçaient fièrement et «définitivement» pour la fin 2013 ! Ceux qui désespèrent d’un Maghreb resté la seule entité régionale viable au monde qui n’a pas démarré voient dans ce modeste projet de banque maghrébine l’illustration même de l’absence d’une volonté politique minimale. Régulièrement, on annonce son lancement à l’occasion d’un sommet maghrébin qui n’a pas lieu. Ce devait être le cas en octobre 2012 à Tabarka… Et, pour rester dans la tradition, ce vendredi on a annoncé son lancement pour le prochain sommet d’octobre dont personne ne peut certifier qu’il aura bien lieu ! La très modeste Banque du Maghreb – son capital prévu est de 500 millions de dollars – qui relève normalement d’une décision subalterne est devenue, au fil des années, le grand symbole de ce Maghreb qui recule.

LIER CE VIEUX PROJET DE BANQUE A LA TENUE D’UN SOMMET DE L’UNION DU MAGHREB – IL NE SE TIENT PLUS DEPUIS 1994 – EST LE MOYEN LE PLUS SUR DE L’EMPECHER DE NAITRE. PERSONNE N’EST SUR QUE LE SOMMET MAGHREBIN AIT LIEU. LA PROBABILITE QU’IL N’AIT PAS LIEU EST MEME BEAUCOUP PLUS FORTE, LES RELATIONS ALGERO-MAROCAINES POUVANT PASSER, A TOUT MOMENT ET PARFOIS DE MANIERE BIEN MYSTERIEUSE, A DES NIVEAUX PLUS EXECRABLES QU’ELLES NE LE SONT D’ORDINAIRE. IL SUFFIRA PAR EXEMPLE, COMME CELA S’EST FAIT POUR 2012, QUE LE MAROC EXIGE AU «PREALABLE» LA REOUVERTURE DES FRONTIERES POUR REFUSER LA TENUE D’UN SOMMET. ET SI LE SOMMET NE SE TIENDRA PAS EN 2014, CELA N’EMPECHERA PAS LES BUREAUCRATES DE PREPARER LES «DOSSIERS» POUR LES MINISTRES QUI ANNONCERONT LE LANCEMENT DE LA BANQUE POUR… LE PROCHAIN SOMMET. IL EN SERA AINSI TANT QUE LA QUESTION MAGHREBINE NE DEVIENDRA PAS, EN ALGERIE COMME AU MAROC OU EN TUNISIE, UN ELEMENT DU DEBAT POLITIQUE INTERIEUR. CE N’EST PAS LE CAS POUR LE MOMENT. ON RESTE STRICTEMENT DANS LA ROUTINE BUREAUCRATIQUE QUI CONSISTE A FAIRE SEMBLANT DE DEPOUSSIERER DES PROJETS POLITIQUEMENT SANS VIE. COMME CELUI DE LA BANQUE MAGHREBINE DES ILLUSIONS.


Nombre de lectures: 220 Views
Embed This