DzActiviste.info Publié le mer 21 Mai 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-05-21 09:36:00

Partager

Le nord du problème 
 
 
 
 
par M. Saadoune

Seuls ceux qui ont cessé de voir et de suivre la situation au Mali sont surpris par les derniers évènements sanglants survenus à Kidal. Ils ne sont pas un accident mais un révélateur des risques encourus par une démarche de déni des problèmes par le gouvernement malien. Depuis l’intervention française qui a dispersé les groupes djihadistes installés au Mali, la défiance des populations du nord du Mali à l’égard de Bamako est restée inchangée. Les tensions n’ont jamais baissé avec parfois des pics de violence en général liés à des visites de hauts responsables maliens à Kidal. Entre le Mouvement national de Libération de l’Azawad (MNLA) et Bamako, les échanges sont restés marqués par de l’hostilité avec parfois des escarmouches armées. Les derniers incidents sont plus graves depuis janvier 2013, début de l’opération française au Mali, et traduisent une exacerbation des rapports entre les deux parties. Les Touaregs ont, à plusieurs reprises, menacé de reprendre le chemin de la guérilla. De son côté, le gouvernement malien a durci le ton à l’égard du MNLA dont les membres ont été assimilés à des «terroristes». La France, qui maintient une présence militaire conséquente, n’a pas de vision claire sur la manière de gérer le problème du nord du Mali.

Il est certes question de réconciliation nationale mais les deux parties ne lui donnent pas le même contenu. A Bamako, on a persisté à considérer que l’intervention française et la dispersion –ce qui ne veut pas dire disparition– des djihadistes avait résolu le problème du Nord. Le MNLA, qui avait été débordé puis supplanté par les djihadistes, n’était pas en odeur de sainteté à Bamako. Même si des accords en bonne et due forme ont été conclus avec ce mouvement, le gouvernement malien a tendance à le considérer comme une quantité négligeable. Ce qui est une fausse appréciation de la situation : le MNLA et les autres mouvements ont enregistré des renforts après la déconfiture d’Ansar Eddine d’Iyad Ag-Ghaly. C’est une erreur d’appréciation qui conduit Bamako à rester très rigide en matière de réforme de l’Etat et à n’envisager, au mieux, pour répondre aux demandes des Touaregs, qu’une «décentralisation». Cela est confirmé par le fait que, malgré le retour de l’administration centrale, la situation sécuritaire reste des plus problématiques avec même un regain d’activisme des djihadistes. Il ne faut pas être un grand stratège pour comprendre qu’une stabilisation du nord du Mali dépend très largement de l’adhésion de la population à l’Etat malien. Or, Bamako ne semble pas envisager une réforme suffisamment acceptable pour les populations du Nord alors même que le MNLA et les autres mouvements ont accepté de renoncer à une option indépendantiste qui n’est pas acceptée au niveau régional et international. Bamako reste dans la ligne édictée par le président Ibrahim Boubacar Keïta : on ne discute ni d’indépendance, ni de fédéralisme, ni d’autonomie mais «d’amélioration de la décentralisation».

Les rapports entre les deux parties restent constamment au bord de la rupture alors que les pays pouvant avoir de l’influence, comme l’Algérie et la France, hésitent à se mêler des «détails» de la crise pour ne pas froisser les dirigeants de Bamako. Sauf que ce problème essentiel, qui a fait pendant longtemps du Mali une zone grise, ne peut se résorber sans une vraie volonté politique. Pour le moment, le Mali, contrairement à ce que croient les dirigeants de Bamako, n’a pas retrouvé le nord et la paix après l’opération militaire française. Ce sera toujours le cas tant que le gouvernement malien refuse d’entrer dans le vif du sujet : le nord du problème !


Nombre de lectures: 207 Views
Embed This