DzActiviste.info Publié le sam 24 Mai 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-05-24 08:16:00

Partager
Une décision qui n’a pas fini de faire parler d’elle 
 
 
 
 

par Kharroubi Habib

Là où les gouvernements dont les territoires renferment des gisements de gaz de schiste ont autorisé leur exploitation, la décision fait polémique entre experts en questions énergétiques et alimente l’indignation des milieux écologiques. L’Algérie ne fera pas l’économie d’une controverse sur le sujet après le feu vert donné mercredi par le Conseil des ministres à l’exploration et à l’exploitation de ce gaz de schiste, disponible, semble-t-il, en grand quantité dans le sous-sol national. Comme ailleurs, cette perspective divise nos experts nationaux et inquiète les défenseurs de l’environnement. A l’instar des gouvernements canadien et américain, le nôtre a tranché en faveur des partisans de l’exploitation. Il ne fait aucun doute que, comme pour les deux gouvernements précités, ce sont les considérations d’ordre financier qui ont prévalu pour la décision du nôtre. Ce qui ne manquera pas d’attiser la colère des opposants à celle-ci qui estimeront un vœu pieux, voire hypocrite, l’instruction faite par Bouteflika au Conseil des ministres, après son adoption, de «veiller» à ce que l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste soient «menées en permanence avec le souci de préserver les ressources hydrauliques et de protéger l’environnement». A tort ou à raison, l’exploitation du gaz de schiste a de nombreux détracteurs qui la combattent en faisant valoir qu’elle génère plus de problèmes gravissimes par leurs conséquences pour les pays qui la permettent qu’elle n’en résout. Leur argument dans ce sens, qui devrait donner à réfléchir dans le cas de l’Algérie, est celui que l’exploitation est une menace mortelle pour les réserves d’eau. Elle le serait d’autant chez nous que le pays est semi-aride et déjà confronté à l’insuffisance de ces réserves. Sans vouloir prétendre être connaisseur du sujet et de ses implications, il nous apparaît que la décision prise par le Conseil des ministres a été hâtive et relève d’une pratique de la gouvernance par «fait du prince». Le Président réélu n’a que les mots de «consensus national» et de «concertation» dans la bouche depuis sa réélection. La question de l’exploitation du gaz de schiste, dont il sait parfaitement qu’elle donne lieu à forte controverse y compris parmi les «experts» du domaine énergétique, aurait pu l’inciter à la soumettre à débat préalable avant que le Conseil des ministres n’en soit saisi. En passant en force, l’adoption de l’autorisation d’exploitation du gaz de schiste, et sans faire valoir les raisons qui l’y ont conduit, Bouteflika crédite le soupçon que se font les anti-gaz de schiste qu’il aurait agi en l’occurrence avec pour unique motivation la satisfaction du desiderata de puissances étrangères convoitant cette ressource nationale et ayant accordé leur caution à son contesté et controversé quatrième mandat. Pour certains d’entre eux, Paris n’est pas étrangère à la décision du Conseil des ministres algériens.

En la matière, pensent-ils, elle a demandé un «renvoi d’ascenseur» qui va permettre aux sociétés françaises des hydrocarbures d’avoir accès à des gisements qui sont considérés comme parmi les plus grands dans le monde. Ce qui serait tout bénéfice pour l’Etat français qui n’a pu décréter la même décision pour les gisements que recèle son territoire au constat que son opinion publique y est majoritairement opposée. Ce qui indubitablement n’est pas une préoccupation qui a traversé l’esprit des autorités algériennes pour lesquelles le seul «consensus national» qui vaille est celui qu’elles se forgent dans les secrets de leurs «officines de réflexion».


Nombre de lectures: 104 Views
Embed This