DzActiviste.info Publié le sam 24 Mai 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-05-24 20:08:00

Partager

Valeurs Actuelles, magazine antimusulman, ultra-sioniste et subventionné par l’État 

 

 



Hicham Hamza

Vendredi 23 Mai 2014

Valeurs Actuelles, magazine antimusulman, ultra-sioniste et subventionné par l’État

INFO PANAMZA. Découvrez les coulisses de l’hebdomadaire le plus islamophobe de France.

Le 22.05.2014 à 17h23
Contribuable, l’information suivante vous concerne. 22 centimes par exemplaire: c’est la somme publique qui est accordée à Valeurs Actuelles, magazine dit libéral, conservateur et patriote. Selon le ministère de la Culture et de la Communication, les aides à la presse ont subventionné –pour l’année 2013– l’hebdomadaire, placé en 57ème position, à hauteur d’1 083 788 euros pour sa diffusion.

valeursactuelles2013

C’est mieux que l’année précédente: Valeurs Actuelles, alors 66ème dans le classement des aides, recevait moins d’un million d’euros.

valeursactuelles2012

Officiellement, les aides à la presse « concourent à la modernisation et la diffusion partout dans le pays d’une presse pluraliste et diverse ».

L’heureux bénéficiaire: un journal qui, depuis trois ans, fait de la diabolisation régulière des musulmans un fonds de commerce. Illustration.

Bnid8kDCcAAImPL
1243413_294526777354692_830640478_o


La première couverture sensationnaliste, datant du jeudi 15 mai, est relative à un dossier anxiogène et caricatural sur le nombre de mosquées en France dont un statisticien et militant anti-islamophobie, Marwan Muhammad, a souligné l’inexactitude.
valeursactuellesmm
Surfant également sur l’impopularité croissante de François Hollande, le magazine a ainsi vu ses ventes s’accroître durant ces derniers mois au point d’enregistrer la plus forte progression des hebdomadaires.

Si l’obsession antimusulmane du journal est désormais de notoriété publique, notamment via les réseaux sociaux, peu de citoyens connaisssent le pendant idéologique de l’équipe: son sionisme radical.
Directeur de la publication, Yves de Kerdrel se joint ainsi fréquemment aux colloques organisés par la mouvance ultra-sioniste. Tel fut le cas, en janvier dernier, auprès de l’Union des patrons et professionnels juifs de France, une organisation droitière, antimusulmane et préoccupée par la sécurité d’Israël qui se considère -selon ses propres termes- comme un « lobby juif » en devenir.
A la tête du directoire du groupe Valmonde (propriétaire de Valeurs Actuelles), Olivier Dassault ne dénote pas sur l’engagement pro-israélien: fils du sénateur UMP Serge Dassault, Olivier -également parlementaire- est issu d’une famille de fabricants d’armes qui jouèrent un rôle-clé en faveur du régime de Tel Aviv lors de la Guerre des Six-Jours de 1967.
Par ailleurs, son frère Laurent est fortement investi dans le secteur de la viticulture israélienne. Enfin,  le groupe Dassault Aviation a récemment reçu un prix remis par Laurent Fabius et décerné par la Chambre de commerce franco-israélienne pour son implication « dynamique » dans ce domaine comme en témoigne son parternariat avec Edouard Cukierman (président d’un fonds d’investissement, porte-parole de l’armée israélienne et fils de l’actuel président ultra-sioniste du Conseil représentatif des institutions juives de France).

Ce tableau ne serait pas complet sans la mention de François d’Orcival, président du comité éditorial de Valeurs Actuelles et membre de l’Académie des sciences morales et politiques.
Au lendemain de l’attaque israélienne d’une flottille humanitaire (en 2010), cet ancien dirigeant d’extrême droite aux allures de notable BCBG s’est distingué en rédigeant une tribune pour dédouaner le gouvernement Netanyahou et justifier le bellicisme historique d’Israël. Encore récemment, lors de la visite d’État de François Hollande en Israël, son magazine a publié un article dont la lecture pourrait laisser croire que le rédacteur est davantage un Israélien proche du Likoud qu’un « patriote » français de sensibilité conservatrice.

Nulle surprise, dès lors, à voir l’individu rendre service à Roger Cukierman, patron du Crif: hier soir, une association dénommée « les Amis du Crif » a ainsi convié l’ancien magistrat Jean-Louis Bruguière pour discuter du « terrorisme »
Et qui en fut le maître de cérémonie? François d’Orcival, chargé d’animer le débat.

Une alliance entre sionisme et islamophobie qui n’aurait pas surpris Edward Saïd. Dès 1986, cet universitaire américano-palestinien, aujourd’hui décédé, fut l’un des premiers intellectuels de renom à discerner et mettre en lumière un phénomène qui n’est jamais discuté sur les plateaux de débat en France: l’entretien, à partir de la fin des années 70 et sous couvert de « lutte contre le terrorisme », du racisme anti-arabe et anti-musulman par la mouvance sioniste internationale.

De plus en plus visible dans les sphères politiques, médiatiques, culturelles et universitaires du monde occidental, cette stratégie continue d’avoir ses émules et ses fantassins dans l’Hexagone. Sous l’ère Valls, Premier ministre emblématique de cette collusion entre culte d’Israël et stigmatisation de l’islam, le travail journalistique consistant à identifier, exposer et faire connaître ces propagandistes et leurs artifices est une mission d’utilité publique.

Impliquez-vous. Contrairement à Valeurs Actuelles, Panamza et bien d’autres médias indépendants -mais pourtant efficaces- ne sont pas subventionnés par l’État. Il ne tient qu’à vous de compenser votre contribution involontaire de 22 centimes à l’équipe d’Orcival en soutenant concrètement, ici ou ailleurs, une autre manière de produire l’information.

HICHAM HAMZA  



Nombre de lectures: 182 Views
Embed This