DzActiviste.info Publié le sam 24 Mai 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-05-24 20:17:00

Partager
Alliance sino-russe : vers l’émergence d’un nouveau monde
C’est fait, Gazprom s’est mis d’accord avec Pékin en trouvant un consensus dont le prix final annoncé, 400 milliards de dollars, a en fait bouclé, en l’espace de seulement quelques jours, tout un cycle de négociations étalé sur dix ans.

Il faut remercier Washington et Bruxelles dont les sanctions ont eu un effet quelque peu faustien : « Je suis une partie de cette force qui, éternellement, veut le mal, et qui, éternellement, accomplit le bien ». Sauf que cette fois, il s’agit d’un accomplissement accidentel puisque la Russie a su déjouer les pièges qui lui avaient été tendus en s’évertuant à en tirer profit. Un tournant sans précédent.

La problématique gazière efficacement résolue, il ne faut pas oublier que Moscou a aussi beaucoup gagné sur le plan géopolitique puisque, primo, l’UE et ipso facto les USA perdent un levier de pression crucial sur une Russie qui même partiellement coupée de ses anciens partenaires européens en a trouvé d’autres sur le continent asiatique. Secundo, comme il s’agit d’un contrat devant prendre effet en 2018 pour 30 ans, il est clair qu’il ouvre la voie à une coopération bien plus large et notamment assez serrée sur le plan militaire.

Pour y voir plus clair, il convient de replacer dans un contexte plus conceptuel la signature du contrat Miller/Jiping.

Le monde serait en passe de se « multipolariser » via la diversification de ses alliances économiques. Dans le cas de l’alliance sino-russe, plusieurs projets prometteurs et initiatives de taille sont à relever :

– Moscou et Pékin projettent l’abandon du dollar comme monnaie d’échanges dans la région asiatique (cf. « Contre-offensive russe sur le front oriental, article de Manlio Dinucci publié sur le Réseau Voltaire). Cette décision fera considérablement remonter le yuan dont la Chine compte faire dans quelques années une monnaie de réserve mondiale. Si on suppose que le FMI ne voudra pas subir de réformes conformes à la réalisation de ce projet – et il est clair qu’il ne le voudra pas – il y aura toujours pour alternative la Banque de développement des BRICS dont le rôle sera automatiquement renforcé.

– La Russie va à son tour s’inspirer de « Union Pay », système de paiement chinois qui n’est devancé que par les cartes de crédit Visa. Rappelons que suite aux sanctions US, Visa et Mastercard avaient coupé leurs services aux clients de la banque Rossia.

– Suite aux manœuvres aéronavales otaniennes effectuées aux Philippines, la Chine et la Russie prévoient des exercices conjoints en mer de Chine méridionale. Il s’agit bien entendu d’un début de coopération militaire accentuant davantage encore les limites de l’OTAN. A noter que la Chine profitera bientôt des chasseurs Su-35, des sous-marins de type Lada et des systèmes de défense antiaérienne russes.

– La CICA (Conférence sur les mesures d’interaction et de renforcement de la confiance en Asie), fondée à l’initiative du Kazakhstan en 2006, tend à étendre sa part d’influence jusqu’à muer, le moment propice, en une organisation internationale coopérative. Telle est en tout cas l’intention exprimée par le Vice-ministre des Affaires étrangères chinois qui inclut tacitement les BRICS dans l’élaboration de son programme de sécurité.


Cette mise au point effectuée, je donne la parole à M. Bruno Drweski, géopolitologue, directeur de publication de la revue « La Pensée Libre».

La Voix de la Russie: « Pensez-vous que l’on assiste, suite à la signature du traité entre Gazprom et Pékin, à la création d’un bloc est-européen-asiatique ?

Bruno Drweski. L’idée de voir dans cette alliance un « bloc » est probablement erronée dans la mesure où la notion de « bloc » a des origines occidentales, étasuniennes plus concrètement. Je pense donc que le rapprochement russo-chinois a pour objectif de s’extraire de cette logique rigide en essayant d’établir des liens de coopération ou même des accords d’alliance stratégique entre différents pays refusant cette logique de bloc.

La VdlR. Parlant de coopération, que pensez-vous des manœuvres sino-russes qui devraient se tenir dans la mer de Chine méridionale ? Suffiront-elles à casser l’unipolarisme américain ?

Bruno Drweski. J’estime que ces manœuvres sont très importantes. C’est un signal adressé avant tout aux USA mais qui vise aussi à ce que les pays d’Asie, en particulier le Japon et le Vietnam, comprennent que les USA préfèrent garder leurs distances et que par conséquent une coopération entre voisins serait bien plus judicieuse. Ce signal devrait aller au-delà du monde oriental en s’adressant à des pays comme l’Inde éventuellement tentés de se rapprocher des USA. Ces facteurs démontrent bien que c’est un monde de plus en plus multipolaire qui se met en place et que les puissances en question ont bien compris qu’elles devraient désormais renforcer leur coopération militaire vu que la majeure partie des guerres entamées durant ces vingt dernières années venaient de l’OTAN.

La VdlR. Concernant la Route de la Soie. Comment est-ce que la Russie pourra techniquement aider la Chine à rétablir cette « Route » ?

Bruno Drweski. La Russie a évidemment une grosse part d’influence sur l’Eurasie. Je pense que nous assistons progressivement à une reconstruction des axes de coopération dans tout l’ensemble eurasiatique au sens large du terme.
Cette idée de « Route de la Soie » qui tient à une appellation symbolique a pour objectif de consolider lesdites coopérations. On sait qu’elle aboutit sur la Méditerranée du côté de la Syrie et là encore on relève une situation de tension d’envergure internationale qui fait que les visées militaire, géopolitique et économique s’y recoupent. Finalement, ce qui est important dans le rapprochement entre la Russie et la Chine, c’est sans doute le fait que nous ayons des réseaux de coopération économique qui échappent à la dictature du dollar et d’une économie à bout de souffle. Je pense à ce que le Président Poutine avait proposé aux pays européens en parlant de coopération de Lisbonne à Vancouver. C’est là qu’il a des perspectives, la Route de Soie allant bien plus loin que le Moyen-Orient, la Chine et la Russie. Je pense que c’est l’ensemble des pays de l’Eurasie et de la Méditerranée qui seront amenés à coopérer … en tout cas, c’est un signe qu’on leur envoie ».
Françoise Compoint
Voix de la Russie

Source: Agences


Nombre de lectures: 157 Views
Embed This