DzActiviste.info Publié le lun 2 Juin 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-06-02 15:11:00

Partager
Fusillade de Bruxelles :les questions qu’on peut se poser  ! 
 

1/ Un jeune djihadiste de retour de Syrie, fiché par la DGSI, se rend à Bruxelles, pénètre dans un musée juif et abat quatre personnes dont un couple d’Israéliens. Quelques jours plus tard il se fait choper à Marseille à l’occasion d’un « banal contrôle douanier ». Ce dernier avait sur lui «des armes du type de celles utilisées le 24 mai a Bruxelles» (Source Libé).

2/ On constate que le « terroriste » possède le même profil que Mohammed Merah : ancien délinquant connu des services de police, qui s’était signalé par le braquage d’une supérette à Tourcoing et qui a fait de la prison.
Comme Merah notre apprenti terroriste a bourlingué dans divers pays jusqu’en Syrie, où il aurait guerroyé contre le régime de Bachar Al Assad, puis serait tranquillement rentré sans être inquiété.

La première question que l’on doit se poser est : comment ce « terroriste » a pu se mouvoir aussi librement dans l’espace Schengen sans jamais être inquiété alors qu’il figurait au FPR (Fichier des personnes recherchées).
Comment se fait t-il n’ait pas été interpellé par la police allemande qui l’avait repéré en mars 2014, alors qu’il revenait d’Asie du Sud Ouest (source Le Monde)?

La deuxième question que l’on doit se poser est : comment un « djihadiste » a pu abattre un couple d’israéliens – qui, selon le journal Haaretz, serait « proche du Mossad » – sans que Interpol et des agents israéliens ne se lancent à sa poursuite?
Pourquoi Haaretz, journal réputé sérieux, a t-il écarté le mobile antisémite en parlant de « guerre secrète », c’est-à-dire d’une guerre en rapport avec l’espionnage?

La troisième question est : comment le tueur a pu se procurer des armes? Avec de l’argent gagné comment? A t-il agi seul ou était-il en relation avec un réseau terroriste qui l’a aidé à mener l’attentat? Si oui lequel et pourquoi n’a t-il pas revendiqué « l’attentat » au nom de cette organisation?

La quatrième question est : comment se fait-il qu’il n’y avait aucune mesure de sécurité – à savoir un détecteur de métal – à l’entrée du musée? Surtout quand on connaît la paranoïa du milieu juif.
En général tout membre du Mossad porte une arme sur lui et sécurise l’endroit où il doit évoluer. Donc comment un couple lié au Mossad a pu être abattu aussi facilement? Y a t-il un lien avec les affirmations du journal Haaretz qui parle de « guerre secrète »? Guerre secrète impliquant quels acteurs? D’autant qu’on apprend que le FBI a été sollicité (et non la DGSI française qui dispose pourtant d’un dossier sur le tueur).

Conclusion : les cerveaux lobotomisés, à commencer par les pro-sionistes et certains Identitaires, ne se posent évidemment pas ce genre de questions. Ils préfèrent acter que le terroriste était arabe, musulman et antisémite. Zemmour, Finkielkraut, Roufiol, Elisabeth Lévy, BHL, etc, se chargeront de nous expliquer l’incompatibilité de la population arabo-musulmane avec la civilisation française et tout le blabla. On renforcera les mesures de sécurité dans les synagogues, le CRIF servira sa chanson habituelle, Soral et Dieudonné seront présentés comme les inspirateurs du tueur, Hollande et Valls feront des courbettes plus que jamais et les choses continueront comme avant.


Nombre de lectures: 161 Views
Embed This