DzActiviste.info Publié le mer 4 Juin 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-06-04 21:16:00

Partager
Comment la presse stipendiée et mercenaire d’Alger fait l’apologie des dictateurs assassins !
 
 
Maamar Farrah …. directeur du SOir d’Algérie fait l’apologie du criminel Sissi d’Egypte. Et retenez bien ce texte, car demain (ou après demain) , ce même journaliste fera l’éloge de la démocratie …. et du droit des citoyens à choisir leurs représentants … C’est « ça » l’intelligentsia au service des bouchers et autres voyous politiques.
Samir 03 06 2014
———————

>>> Sissi, encore un militaire sauveur d’une nation
Par Maâmar Farah
Non, je ne ferais pas comme beaucoup de mes confrères et je ne traiterais pas Sissi de putschiste mais de patriote ayant extirpé son pays des mailles de la mortelle toile intégriste et libéré l’l’Égypte de la domination grotesque et surréaliste d’un petit émirat qui prend raclée après raclée et la toute dernière est venue d’un tabloïd anglais mettant en cause, preuves à l’appui, ses instances dirigeantes dans «l’achat» de la Coupe du monde 2022.
La grande misère de notre époque peut se résumer en cette image symbole, ces terribles instantanés qui marqueront les générations : la grande Égypte, «mère du monde», terre d’illustres civilisations ayant façonné la pensée humaine, le pays de Nasser et Naguib Mahfouz, dirigé par un mouvement islamiste manipulé par l’émir d’un Etat microscopique, imposé au monde par ses maîtres sionistes et ses pétrodollars. L’histoire avait drôlement bégayé en ces terribles jours où une révolution populaire contre l’ultralibéralisme et l’injustice venait d’être détournée de son itinéraire pour servir de tremplin aux forces rétrogrades, aux obscurantistes ennemis du progrès et de la liberté.
Mais cette terre généreuse, fille du Nil et de l’intelligence, ne connaît pas la ménopause. Elle continue d’enfanter des hommes libres. Des hommes qui agissent, se trompent sûrement, sèment parfois des cadavres sur la route, punissent d’autres fois des innocents, mais ne s’arrêtent jamais à mi-chemin car le parcours, ou on le fait jusqu’au bout ou on laisse les aventuriers occuper la place et tuer la vie, l’amour, la beauté…
maamarfarah20@yahoo.fr
farahmadaure@gmail.com

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2014/06/03/article.php?sid=164297&cid=2


Nombre de lectures: 170 Views
Embed This