DzActiviste.info Publié le mer 11 Juin 2014

ELWATAN-ALHABIB 2014-06-11 14:04:00

Partager
Démonstration de force et d’intelligence politique 
 
 
 
 
 

par Kharroubi Habib

Le doute a subsisté jusqu’au bout quant à la possibilité pour les partis et personnalités politiques regroupés dans la CNLTD d’obtenir l’accord des forces ou figures de proue de l’opposition qu’ils ont invitées à prendre part à la conférence nationale organisée par eux pour débatte de l’option d’une transition démocratique comme issue consensuelle et pacifique de sortie de la crise nationale multidimensionnelle. Ils y sont pourtant parvenus et au-delà même de l’espérance qui a été la leur initialement. A quelques exceptions près, tous les partis et personnalités nationales de l’opposition invités par la CNLTD à cette conférence ont répondu présents. Rien que le fait inouï d’être parvenue à réunir l’imposant aréopage d’opposants rassemblé hier au complexe Mazafran autorise la CNLTD à se prévaloir d’un succès plein pour son initiative.

La conférence n’a certes pas mis fin miraculeusement aux divergences idéologiques, tactiques ou purement personnelles qui ont tenu jusque-là éloignés les uns des autres les partis ou personnalités qui y ont pris part. Elle a néanmoins émis le message qu’ils ont la sagesse de les dépasser quand la situation du pays l’exige. Pour avoir administré cette preuve hier, l’opposition algérienne a marqué sa volonté de reconquérir le respect de l’opinion publique qui s’était détournée d’elle au constat que son émiettement, ses luttes intestines l’empêchaient de jouer le rôle de contrepoids à la toute-puissance du pouvoir et d’être un pôle politique d’où pouvait émaner une alternative crédible face à ce pouvoir.

Elle y parviendrait sans conteste si ayant brisé les murs qui les ont séparés, les partis et les personnalités qu’elle a réunis conviennent de la création de cadres prennes dans lesquels ils poursuivront le dialogue que la conférence initiée par la CNLTD leur a permis d’engager et pourquoi pas parvenir à s’entendre factuellement sur des actions à mener en commun à chaque séquence de l’évolution de la situation politique du pays. Cette tendance a déjà pris forme avant la tenue de la conférence d’hier. Des partis et des personnalités politiques ont en effet scellé leurs regroupements qui dans la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD), qui dans le pôle des forces du changement.

Le succès de la conférence qu’a abritée le complexe Mazafran plaide pour tenter de fédérer encore plus en avant l’opposition. L’idée n’en paraît pas utopique aux partis et personnalités ayant participé aux consultations autour de l’organisation de cette conférence. Ils en sont à peaufiner une proposition de constitution d’un bloc réunissant les différents rassemblements qui se sont fait jour au sein de l’opposition qui permettrait alors véritablement à celle-ci de s’adresser au pouvoir en tant que force qui compte. Il ne faut pas rêver, un tel bloc ne doit pas se concevoir basé sur un « programme commun » qui se substituerait à ceux que défendent les partis et personnalités qui l’intégreraient, mais en tant que construction tactique vouée à donner du liant aux actions politiques que ses membres conviendront d’engager de concert.

Le pouvoir feindra probablement d’ignorer la grande et spectaculaire avancée opérée par l’opposition en vue de coordonner ses positions à son égard. Pour peu que celle-ci persiste sur cette voie, il lui faudra inéluctablement réviser son comportement à son égard et accepter la réalité qu’il n’aura plus un « vide politique » en face de lui.


Nombre de lectures: 194 Views
Embed This