DzActiviste.info Publié le sam 17 Août 2013

En Egypte, ce n’est pas le combat de la démocratie contre l’islamisme, mais celui de la démocratie contre l’oppression

Partager

969277_10200955212495647_992841378_nL’islamisme politique est en phase d’administrer une leçon mémorable à tous ceux qui se gargarisaient de vain démocratisme. Le roi est nu !

Aujourd’hui, ce sont ceux qui accusaient l’islamisme de vouloir instaurer des régimes fascisants, autoritaires et sanguinaires qui ont été les premiers à appeler l’armée à déposer un président élu par une majorité d’électeurs. Ce sont ces prétendus progressistes, qui avaient fait de leurs professions de foi faussement démocratiques leur crédo dans leur lutte contre l’islamisme, dont ils disaient qu’il n’était pas compatible avec la démocratie, qui donnent un chèque à blanc à une des armées les plus corrompues du monde, pour réprimer dans le sang les manifestations pacifiques de ceux qui n’ont rien exigé d’autre que le retour à la légitimité.

L’histoire retiendra que ce sont les Frères musulmans égyptiens, et les citoyens qui ont voté pour eux, qui les suivent dans leur juste sursaut, qui auront été à la hauteur des grandes valeurs qui leur ont été déniées par leurs adversaires. Ce sont eux aujourd’hui, ces Frères musulmans, dignes héritiers d’une logue tradition politique, qui font montre de civisme, de tolérance, et d’un pacifisme qui confine au sacrifice suprême, plutôt que de succomber à la tentation de se défendre par les armes.

Ce qui se passe en ce moment même en Egypte ressemble étrangement, de façon inquiétante, aux premieres revendications du peuple syrien, quand il avait résolu de marcher pacifiquement contre le régime qui l’opprimait, aux cris de « salmiya salmiya ». C’est avec la même barbarie, et les mêmes grossières manipulations, que le régime syrien avait débridé contre les populations désarmées, que celui de Sissi tente de faire taire les légitimes revendications des manifestants égyptiens. Rien n’est épargné à ces malheureux, jusqu’ à la profanation des dépouilles mortelles, jusqu’à leur incinération au lance-flamme.

En Egypte, n’en déplaise aux uns et autres embarqués dans le même mensonge grossier, nous n’assistons pas au combat de la démocratie contre la barbarie intégriste. Quelle pitoyable caricature, et quel épouvantable mépris pour notre intelligence ! Non ! Rien de tel !

C’est à un combat épique et valeureux que nous assistons, souvent impuissants. C’est celui d’ hommes et de femmes libres, dignes, civilisés, imprégnés de hautes valeurs morales, contre des barbares et des crapules, contre des assassins et des pillards, des menteurs et des lâches. C’est cette engeance détestable qui a permis à des Généraux corrompus de pouvoir lâcher tous leurs fauves et tous leurs chiens contre le peuple qui a osé les chasser. Les hommes et les femmes dignes se battent contre un Naguib Sawiris qui après avoir fait fortune avec les Moubarak et les généraux algériens, a monté de toute pièce la facade en trompe-l’oeil qui a pour nom « Tamarrod ». C’est lui, derrière le parti politique fantôche qu’il a créé, et sa chaîne de télévision mensongère et manipulatrice, qui a appelé au Coup d’Etat, puis à la repression des Frères musulmans. C’est lui qui a fait croire aux opinions publiques internationales que c’est une armée républicaine qui luttait contre le terrorisme mondial. Ce milliardaire, qui ne cache pas ses amitiés avec Israël, la Saoudie et les Evangéliques américains a joué un rôle central dans cet immense complot.

Ce n’est pas pour rien que la monarchie la plus réactionnaire du monde, et ses satellites émiratis, ont apporté leur soutien, tout leur soutien, à la junte égyptienne, y compris pour tuer les résistants égyptiens.

Haut les coeurs vrais démocrates, Hommes et Femmes libres, quels que soient vos opinions sur l’islamisme, ne permettez pas qu’une telle ignominie continue de se perpetrer ainsi, sous vos yeux, dans la complicité générale ! Soutenons le peuple égyptien qui se bat pour la démocratie ! Ne perdons pas de vue que le Président victime d’un coup d’état a été élu par le peuple, dans des élections libres et honnêtes, supervisées par cette armée même qui l’a déposé par la suite. *
Le Président Morsi, au délà de sa propre personnalité, honorable et respectable, est l’émanation de la première Institution démocratique du pays. Il ne peut être chassé du pouvoir que par d’autres élections, lorsqu’elles arriveront à leur échéance. Le devoir de tout démocrate digne de ce nom, même celui qui lutte contre l’islamisme, est de défendre le droit et la justice. Des hommes et des femmes meurent pour que le droit soit rétabli. Ne les laissons pas seuls ! Face à leurs terrifiants ennemis.

Djameledine Benchenouf
17 08 2013 @Facebook


Nombre de lectures: 1109 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 6 Comments
Participer à la discussion

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>