DzActiviste.info Publié le jeu 11 Oct 2012

Encore une interpellation arbitraire à Madinate El-Hayat

Partager
Encore une fois, les habitants de Madinate El-Hayat se sont réveillés ce matin, jeudi 11 octobre 2012, sous l’embargo de la gendarmerie nationale qui a encerclé tout le village afin de permettre cette fois-ci aux retrochargeurs de construire une nouvelle route menant à la décharge publique dont nous avons beaucoup parlé dans les précédentes occasions, apporte un activiste du même village.
 » Ils ne veulent pas comprendre et ils piétinent la volonté des habitants de la région », dit-il.
Ce n’est pas tout, car d’après la même source, la gendarmerie a interpellé arbitrairement ce matin, un citoyen le soupçonnant de les avoir filmé alors qu’il était seulement entrain de tenir à vue son portable.
En effet, la personne répond au nom de Omar Boudiaf. Elle est âgé de 55 ans et il était en route vers on travail à 07h00 du matin. Il est superviseur en Hydraulique à Kadiria, un autre village pas loin à l’est de Lakhdaria dans la wilaya de Bouira.
Une fois retrouvé à la brigade de Lakhdaria, Omar a été entendu et l’audience a été suivie par un PV signé par l’interpellé puis relâché vers midi dans la même journée.
D’après la même source, la gendarmerie n’a pas trouvé de photos les concernant mais ils ont trouvé en revanche des photos de militaires dont la source, ignore l’origine.
La source a précisé qu’Omar n’a pas été conduit au procureur mais il dit que la population est terrorisée par ses débarquements à leur insu et ses forcing des services d’ordre envoyés par les responsables direct de la wilaya pour semer la peur et signifier aux habitants de Madinate El-Hayat que rien ne peut s’opposer à la volonté des institutions d’État quand il s’agit du maintient de l’une de leurs décisions.
Les habitants de Madinate El-Hayat appellent les activistes, les écologistes et les militants des de l’Homme à intervenir dans leur cas pour mettre fin à cette situation désastreuse. Ils déclarent qu’il se sentent isolés, marginalisés et oubliés par la société civil dont ils ont besoin maintenant et dans ces moments les plus difficiles de leurs vies.


Nombre de lectures: 299 Views
Embed This