DzActiviste.info Publié le jeu 24 Jan 2013

EPAU: Les enseignants décrètent le semestre “blanc”

Partager

5e semaine de débrayage des étudiants en second cycle d’architecture : Les enseignants décrètent le semestre « blanc »

La grève des étudiants de l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme, Epau, vient de prendre un nouveau tournant qui risque d’envenimer davantage la situation. « Semestre blanc » est la « note » affichée par les enseignants aux étudiants inscrits en S5 et en S7 qui n’ont pas suivi leurs cours depuis cinq semaines. C’est du moins ce qu’indiquent les PV sanctionnant les réunions des conseils pédagogiques de ces deux promotions. 
Réuni en effet pour évaluer l’apport pédagogique du S5 pour les étudiants de 1re année second cycle et en S7 pour ceux en 2e année et prendre position par rapport au débrayage des étudiants, le collectif des enseignants des deux promotions ont approuvé la proposition d’aller vers un « semestre blanc ».
Selon la copie du PV du CPC de la 1re année second cycle, la directrice des études a fait un compte-rendu sur l’état des discussions entre l’administration et les grévistes. « Cependant et malgré les efforts de l’administration, les étudiants poursuivent leur mouvement de grève », estime d’emblée le collectif des enseignants.
Abordant le volet pédagogique et l’évaluation de l’apport des étudiants, les enseignants sont revenus sur les conditions dans lesquelles s’est déroulé le semestre écoulé. Il faut dire que ces conditions n’étaient pas du tout propices à un semestre studieux. Au contraire, au démarrage tardif des cours en raison du concours de CPI, est venue s’ajouter  »cette multitude de jours fériés (allant de l’Aïd el-Adha aux élections du 29 novembre) qui ont sérieusement contrarié le bon déroulement des enseignements et principalement l’atelier projet ». À cela s’ajoutent les absences massives des étudiants et le mouvement de grève qu’ils ont déclenché le 9 décembre 2012. Tous ces retards ont freiné l’avancement des cours. « L’analyse des bilans de l’état d’avancement des enseignements, toutes matières confondues, arrêtée à la date du 14 janvier dernier, démontre que l’avancement global des programmes d’enseignement de ce S5 est au mieux à 45% et au pire à 35% », note le PV. Et de préciser que « le déficit en matière de volume horaire de présence est très important ». 
Les débats engagés ont fait ressortir deux positions : la première consistait à fixer une date butoir (le 20 janvier dernier) pour la reprise effective des cours et étudier les possibilités de rattrapage du retard cumulé.
La seconde proposition est de considérer le S5 comme un « semestre blanc » étant donné que les cours prodigués ne sont pas suffisants pour le valider et l’évaluer. Et c’est la proposition qui a été approuvée par la majorité des enseignants. Idem pour les étudiants en S7 dont la réalisation des programmes est d’un maximum de 40% pour les cours magistraux, de 35% pour les ateliers et beaucoup moins pour les cours optionnels. 
Les grévistes intransigeants !
« S’il faut un semestre blanc pour que le reste des semestres se déroulent dans de bonnes conditions, nous sommes prêts », répliquent les étudiants. C’est du moins ce que révèle le délégué C. Rafik qui explique que « si la grève dure autant c’est à cause de l’administration qui rejetait la balle au ministère en s’appuyant sur des mensonges ». Ce que veulent les étudiants, c’est un règlement des enseignements beaucoup plus souple dont ils doivent prendre connaissance à la rentrée universitaire et non trois ou quatre mois après.

M. B, Liberté du 24 Janvier 2013
(http://www.liberte-algerie.com/actualite/les-enseignants-decretent-le-semestre-blanc-5e-semaine-de-debrayage-des-etudiants-en-second-cycle-d-architecture-193167)


Nombre de lectures: 513 Views
Embed This